Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Hong Kong : “Si les hommes peuvent avoir des aventures, pourquoi pas les femmes?”

Ashley Madison, un site internet de rencontres d'origine américaine prônant l'adultère, a récemment lancé sa version locale à Hong Kong, avec pour principal public visé les femmes, et des paramètres de sécurité permettant des contacts en toute intimité. Certains groupes religieux et sociaux conservateurs critiquent la plateforme.

Pour aborder le sujet de cette vindicte populaire à travers un point de vue féminin et féministe, N Chan, journaliste contributeur pour le portail participatif inmediahk.net, a interviewé Miss T, qui recherche des aventures, et Lee Wai Yee, une féministe locale, à propos de la place du sexe dans la culture à Hong Kong. L'article a été à l'origine publié en chinois le 29 octobre 2013. Cette version en anglais abrégée a été traduite par Loh Yuen Ching et republiée sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Screen capture image from Hong Kong version of Ashley Madison.

Capture d'écran de la version locale d'Ashley Madison lancée à Hong Kong. “La vie est courte. Prenez un amant”

L'adultère est récemment devenu un sujet d'actualité brûlant à Hong Kong, suite au récent lancement de la plateforme de rencontres Ashley Madison. Tandis que certains ont vivement critiqué le site pour son incitation à l'infidélité, d'autres ont attiré l'attention sur le fait qu'un nombre croissant de femmes sont à la recherche d'aventures, et que ces dernières deviendront des utilisatrices actives de la plateforme.

Les forums et les tchats locaux destinés aux personnes recherchant des aventures existent depuis longtemps à Hong Kong, et le lancement de la version locale d'Ashley Madison ne devrait pas faire si grand bruit. Un nouveau site de rencontres ne peut pas soudainement attiser le désir sexuel des femmes. Cependant, les rapports et les commentaires issus des médias traditionnels à propos du nouveau site témoignent d'une forte panique morale. En quoi le désir sexuel des femmes est-il si menaçant ? J'ai interviewé Miss T, une femme à la recherche d'aventures, et Lee Wai Yee, une sexologue féministe, au sujet d'internet et de sa capacité ou non à libérer les femmes et leur permettre d'exprimer leur désir sexuel.

Miss T est dans une relation stable mais recherche toujours des partenaires sexuels différents. Elle a affirmé qu'il existait beaucoup de sites pour adultes proposant des services dédiés aux rencontres à Hong Kong, pour les personnes en quête d'aventures. De nombreuses femmes recherchent ouvertement un partenaire sexuel sur les forums pour adultes du Hong Kong Forum [chinois] et sur Uwants. Certaines plateformes sont spécialement conçues à cet effet. C'est le cas d’Adult Friend Finder. Et les timides peuvent aussi profiter de tchats plus privés et des applications mobiles. 

Si vous recherchez une liaison, il suffit d'utiliser Shake sur votre smartphone. Il s'agit de l'application mobile proposée par Wechat, un service de messagerie SMS et vocale, qui vous met en relation avec d'autres utilisateurs dans un rayon de 100 mètres. Cette fonctionnalité est utilisée pour trouver des relations amicales et amoureuses.

Miss T a déclaré: “La communauté des personnes recherchant des liaisons est en pleine expansion, tous sexes confondus.” Elle a trouvé ses partenaires sexuels principalement sur des forums pour adultes et des sites de mise en relation, et elle a souligné le fait qu'il n'y avait pas d'intérêts financiers ou matériels dans ces relations. Il s'agit uniquement de sexe. N'ayant plus de vie sexuelle satisfaisante avec son mari, elle a dû chercher des relations sexuelles ailleurs : “Je suis mariée depuis cinq ans. Mon mari a certainement des besoins sexuels, mais il ne me sollicitait pas et choisissait d'avoir des aventures hors mariage. Je sais que c'est ce que font la plupart des hommes, mais j'ai aussi mes propres besoins sexuels. Je lui ai même demandé des rapports sexuels, mais il n'a pas répondu à ma demande. Donc si les hommes peuvent avoir des aventures, pourquoi pas les femmes?” 

Cependant, selon Mr. A, un utilisateur du site Ashley Madison, “La plupart des utilisatrices ici recherchent des relations impliquant des enjeux financiers plutôt que des relations sérieuses, et il est difficile de trouver une bonne partenaire sur le site.”

Lee Wai Yee, maître de conférences en étude des genres à mi-temps à l'Université Chinoise de Hong Kong, mais aussi chroniqueuse et sexologue, a souligné que bien qu'il existe depuis longtemps sur le net une communauté de personnes à la recherche d'aventures, cela a brusquement attiré l'attention des médias en raison du nombre croissant de femmes en quête de relations extra-conjugales. Un phénomène inquiétant pour la société traditionnelle. 

Lee a indiqué que le sexe était toujours un sujet tabou dans les années 70, mais que depuis une dizaine d'années, grâce aux plateformes communautaires privées en ligne, davantage de femmes avaient commencé à échanger entre elles sur leurs expériences sexuelles, et les sujets tournant autour du sexe ont cessé d'être synonymes d'interdit. Ce changement a donné naissance à des espaces où les femmes peuvent assumer leur propre désir sexuel. […]

Les médias traditionnels sont à la traîne concernant la culture sexuelle. Ils continuent à aborder les actualités autour du sexe et de l'érotisme de façon négative. Les femmes entretenant une liaison sont souvent décrites comme des traînées par les médias, alors qu'il est normal pour les hommes d'être infidèles. Dès que les femmes jouent un rôle actif dans le sexe, les médias traditionnels entament une croisade morale autour de l'histoire, comme si le nombre croissant de femmes recherchant des aventures était un danger pour la société et les hommes.

En réalité, au lieu de parler d'Ashley Madison comme d'un site de rencontres, les médias locaux l'ont qualifié [chinois] de site “d'adultère”. Le premier jour de son lancement, le site comptait 14000 utilisateurs enregistrés et  7500 utilisatrices. Avec cette supériorité numérique des hommes sur le site, il est difficile de soutenir que sa seule existence encouragera les femmes à être infidèles. Les rapports dans la presse ont donc en parallèle mentionné le fait que le nombre d'hommes recherchant des conseils au sujet des relations extra-conjugales de leurs femmes avait également augmenté de 20 %.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site