Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Rire avec le Tumblr des #Ratés de la campagne électorale tunisienne

Campaigning by the 'Current of Love', a political party in Tunisia

En campagne avec le ‘Courant de l'Amour’, un parti politique tunisien

Les internautes tunisiens collationnent les moments drôles ou grotesques de la course électorale sur un blog Tumblr intitulé #TnElecFails [les ratés des élections en Tunisie].

Le coup d'envoi de la campagne des élections législatives tunisiennes a été donné le 4 octobre. Plus de 5 millions d'électeurs inscrits sont appelés à élire le 26 octobre les 217 députés de l'Assemblée des représentants du peuple.

Les deux principaux concurrents aux élections de cette année sont le mouvement islamiste Ennahda, vainqueur de celles de 2011, et Nidaa Tounes, créé en 2012 et dirigé par Beji Caid Essebsi, 86 ans, qui a servi les présidences autocratiques de Habib Bourguiba et Zine el-Abidin Ben Ali.

Mais avec le nombre de listes dépassant les 1.300 et celui des candidats estimé à 13.000, les sujets de moquerie ne manquent pas dans la campagne électorale actuelle, des logos aux slogans en passant par les noms arborés par les listes.

Quelques photos :

"I like" is the logo of this list

Le “J'aime” de Facebook est le logo de cette liste

Name of the list: "the miserables", motto: "the hope of generations"

Nom de la liste : les misérables”, slogan : “un espoir pour les générations”

This independent list 'I want my country to be clean' was hanged on a wall near a high school, without the photos of its candidates, with the following note: "our photos do not matter, what matters is achieving our promises to you". The list did not remain with photos for long, and this note was written in answer: "we do not need your faces anyway".

Cette liste indépendante ‘Je veux que mon pays soit propre’ a été collée sur un mur proche d'un lycée, sans photos de ses candidats, avec l'explication suivante: “Nos photos ne comptent pas, ce qui compte, c'est de réaliser les promesses que nous vous faisons”. La liste n'est pas restée longtemps sans photos, et quelqu'un a ajouté : “De toute façon nous n'avons pas besoin de vos têtes”.

Scissors is the logo of the Tunisian party because they want to "circumsize the security [institution], the judiciary and the administration"Most probably, they meant to purge or cleanse from corruption. But, they opted for "circumcise".

Des ciseaux, voilà le logo que s'est choisi le Parti Tunisien qui veut “circoncire la sécurité [l'institution], la justice et l'administration”. Ils voulaient sans doute dire purger ou nettoyer la corruption. Mais c'est “circoncire” qu'ils ont choisi.

Pourquoi cette dérision du processus électoral tunisien ?

A vrai dire, ça n'est pas un choix. Qui ne rirait pas devant “les misérables, un espoir pour les générations” ou un parti qui se propose de “circoncire les institutions de la sécurité et de la justice ainsi que l'administration” ?

Mais en même temps, cette ironie reflète le mécontentement populaire face à la classe politique, qui presque quatre ans après le renversement du régime Ben Ali, n'a pas fait grand chose pour répondre aux aspirations socio-économiques criantes des Tunisiens.

Un bon exemple en est la protestation d'un groupe de diplômés au chômage de Metlaoui, une ville pauvre du gouvernorat de Gafsa dans le sud-ouest de la Tunisie. Ils ont collé leurs diplômes universitaires marqués “A vendre” sur un panneau d'affichage électoral.
for sale

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site