Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'appétit des Japonais pour le thon rouge pourrait bien provoquer son extinction

japan bluefin tuna consumption

Photo de l'utilisateur de Flickr Stewart Butterfield. CC BY-NC-ND 2.0

Les gastronomes japonais sont confrontés au problème du thon rouge désormais menacé d'extinction, selon l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Le thon rouge du Pacifique était auparavant classé dans la catégorie des espèces les moins concernées par une extinction. 

L'UICN, basée en Suisse, a récemment ajouté le thon rouge du Pacifique à la liste rouge des espèces en danger. L'annonce, de même que la situation calamiteuse dans laquelle se trouvent les autres stocks de poissons, ont été vécues comme un choc par les internautes japonais.

Le thon rouge du Pacifique est à présent une espèce en danger et figure désormais sur la liste rouge de l'UICN.

Un autre twittonaute a indiqué :

Le thon rouge du Pacifique est à présent une espèce en danger, selon l'UICN (http://t.co/ZuirAwncag), de même que le poisson-globe (Takifugu chinensis) dont la population a décliné de 99,99 % au cours des 40 dernières années. J'ai entendu parler de l'anguille, du thon rouge, du hareng, mais à présent c'est au tour du poisson-globe ? C'est comme s'il n'existait aucun concept de gestion (durable) des ressources.

Quelle est la cause du déclin du thon rouge du Pacifique, selon l'UICN ? La surpêche. Le thon rouge du Pacifique représente environ 70 % du volume de la pêche mondiale de thon rouge. Les juvéniles (poissons âgés de moins de trois ans qui n'ont pas eu la chance de se reproduire) représentent 97% du volume de pêche de thon rouge du Pacifique.

Le chercheur spécialisé en pêcheries, Sumio Horikawa, a commenté la nouvelle :

Bruce Collete, responsable du groupe dédié au thon rouge à l'UICN, a indiqué que si la pêche [japonaise] dans le Pacifique ouest, notamment de jeunes poissons, n'était pas réduite, à court terme, les stocks de thon rouge ne se reconstitueraient plus. Je suis d'accord avec cette évaluation. 

Quoique le Japon consomme environ un quart de la pêche mondiale de thon, le thon rouge a été plus particulièrement la cible de l'industrie de la pêche pour le marché des sushi et des sashimi, partout dans l'est asiatique.

Dans la mesure où l'écrasante majorité de thon rouge pêché dans le Pacifique est composé de juvéniles qui n'ont pas eu l'opportunité de se reproduire, la population est estimée avoir subi un déclin de 19 à 33 % au cours des 22 dernières années. 

Le thon rouge est un des poissons les plus recherchés dans tout le Japon. Malgré les pressions sur les stocks, on trouve, pour l'instant, énormément de poisson et pas seulement dans les restaurants haut de gamme :

Regardez la réduction que vous avez pour 800 yens ($8). Le thon rouge premium FIREBIRD est très bon marché et le bol de riz donburi au thon est le meilleur.

- Spotlight LLC (@misterspotlight)

Le thon rouge est devenu populaire après la Seconde guerre mondiale, lorsque d'énormes efforts ont été mobilisés pour nourrir une population affamée. Ce poisson est à présent ancré dans la cuisine japonaise :

Nous avons roulé jusqu'à la plage à Shiomisaka, Shizuoka. La mer est bel et bien un endroit incontournable ! Nous avons mangé des brochettes de thon rouge au barbecue, et nous avons fait griller une tête entière de thon. LOL.

La plupart de la flotte de pêche au thon à la palangre est basée à Kesennuma, dans la préfecture de Miyagi. Kesennuma est une petite ville isolée sur la côté pacifique qui a été dévastée par le tremblement de terre et le tsunami de 2011. Dans le but de revitaliser la ville sinistrée, le gouvernement central a injecté de l'argent dans l'industrie de la pêche de Kesennuma. La ville vend encore du poisson aux consommateurs à la recherche de poisson frais, et pas uniquement de thon rouge :

C'est de nouveau la saison pour l'espadon des côtes de Kesennuma et de Sanriku, disponible via une commande par internet. A Tohoku, l'espadon est encore plus prisé que le thon. La chair grasse est délicieuse. Comme sur la photo, l'espadon de Kesennuma, de classe A, vous sera directement livré !

Le thon et l'espadon sont de grands prédateurs qui se reproduisent lentement et qui, habituellement, parcourent les océans pour rechercher de la nourriture et se reproduire. Leur parcours migratoire à travers la haute mer rend cette espèce courante difficile à contrôler.

Le thon rouge du Sud, une espèce distincte de thon rouge qui fraie dans l'Océan indien, est répertorié comme espèce sérieusement menacée sur la liste rouge UICN des espèces menacées. Ces derniers temps, les prises atteignent près de 80 % des totaux historiques. 

Sur une note plus positive, la population de thon rouge de l'Atlantique est en train de se reconstituer après une décennie désastreuse qui a abouti à des quotas de pêche drastiques. En 2013, le stock de thon rouge en état de frai dans l'Atlantique et en Méditerranée a atteint presque le double des niveaux des années 1950, selon une estimation de l'ICCAT. En conséquence, en novembre 2014, des pays ont augmenté leurs quotas de thon rouge de l'Atlantique, une mesure prêtant à polémique.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site