Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Docteur Ko, nouveau maire de Taipei à Taïwan, s'est fait élire par les réseaux sociaux

Ko's election photo.

La photo de la campagne électorale du Dr. Ko Wen-je.Extraite de sa page Facebook

Le candidat indépendant Ko Wen-je sorti victorieux d'une élection municipale dans la ville de Taipei, a dit qu'il devait remercier les médias sociaux.

Les électeurs de Taiwan sont allés aux urnes le 29 novembre pour élire les gouverneurs de comté ainsi que les maires des villes et des cantons. Le paysage politique du pays favorise le bipartisme [fr], où le pouvoir se dispute essentiellement entre le Kuomintang (KMT) et le Parti démocratique progressiste (DPP). Mais M. Ko, un médecin de profession, a réussi à glaner 853 983 votes soit 57,16 pour cent des voix, une grande victoire par rapport au 40,82 pour cent recueillis par son principal adversaire, M. Sean Lien, soutenu par le Kuomintang.

Contrairement aux campagnes électorales des partis politiques classiques, qui ont tendance à dépenser une somme énorme d'argent sur les grands médias pour leur publicité, Dr. Ko s'est appuyé principalement sur les médias sociaux pour diffuser son message. Il a acheté du temps d'antenne pour une seule publicité à la télévision, et le reste a été publié sur les plates-formes de médias sociaux.

En outre, il s'est engagé à réaliser les idées recueillies par son équipe de campagne provenant d'utilisateurs de médias sociaux dans le cadre de sa politique pour Taipei City s'il gagnait l'élection. Beaucoup d'observateurs ont attribué à son activisme sur les réseaux sa réussite à faire participer les jeunes électeurs en masse.

Dans son discours d'acceptation, Dr. Kao a attribué sa victoire à la puissance des médias sociaux:

我來自庶民,未來進入台北市政府會繼續傾聽庶民的聲音;鄉民力量的展現見證了網路世代的強大,無論是線上捐款、理念傳播、活動募集,這都是一場網路主導的選戰。從白衫軍到太陽花學運,公民運動造就了台灣新政治的來臨。

Je suis un citoyen ordinaire, et je vais continuer à écouter les voix des gens ordinaires dès mon entrée en fonction pour servir dans le gouvernement de Taipei. Le pouvoir des médias sociaux depuis la base est liée à la montée en puissance de la génération de l'Internet. La campagne électorale a été entièrement basée sur l'Internet – don en ligne, promotion des idéaux et mobilisation pour les événements. Du mouvement White T-shirt Armée au Sunflower Movement (Mouvement de tournesol), les mouvements civiques ont créé une nouvelle approche de la politique à Taiwan.

La White T-shirt Army (Armée des t-shirts blancs) est un mouvement populaire exigeant une enquête militaire sur la mort de M. Hung Chung-chiu, un jeune soldat décédé subitement le 4 juillet 2013 alors qu'il était détenu durant son service militaire. Le Mouvement tournesol est une mobilisation contre les négociations non transparentes de l'accord de libre-échange avec la Chine. Les deux mouvements s'appuient fortement sur les médias sociaux.

La campagne du Dr. Ko était orientée vers la culture Internet et guidée par des principes ainsi que par des valeurs telles que  “la sagesse du crowdsourcing”, la transparence et l'ouverture. Par exemple, son site de campagne a publié une annonce le 11 novembre, soit deux semaines avant l'élection, informant qu'ils allaient arrêter de recevoir des dons pour la campagne une fois qu'ils auraient atteint une somme suffisante pour payer toutes les dépenses afférentes.

Quelques jours après l'élection, son équipe de campagne a publié, dans son intégralité, les feuilles de calcul de chaque centime dépensé pour la campagne. Un des articles achetés a provoqué une série de commentaires en ligne – NT $ 80 (environ US $ 3) consacré à de l'ail, acheté le 5 septembre.

L'utilisateur de Facebook Chang Shiu-hwen a plaisanté à propos de cette dépense:

大蒜應該是菜市場阿嬤送的,最終買下?是這樣嗎?

L'ail doit avoir été offert par une vieille dame du marché de l'agriculteur, et à la fin, [ils] ont du payer pour cela? Est-ce le cas?

Un autre exemple concerne la femme du Dr. Ko. Mme Pegger Ko a été très active pour soutenir son mari sur sa page Facebook publique, qui compte plus de 200 000 “J'aime”.

Lors des élections locales de la semaine dernière, qui ont été dénommées “les élections 9-en-1″, on a voté pour les gouverneurs de comtés, les maires des villes et des cantons , des conseillers municipaux, les chefs de village autochtones et les chefs de petites villes. L'élection donne un aperçu de ce à quoi la prochaine élection présidentielle qui se tiendra en 2016 pourrait ressembler. Le Kuomintang au pouvoir, qui détenait 14 des 22 municipalités et comtés, a perdu plus de la moitié de ses circonscriptions, n'ayant réussi à garder que six municipalités et comtés, tandis que le Parti progressiste démocratique a pris le contrôle de 13 municipalités et comtés.

Le succès du Dr. Ko dans l'élection municipale de la capitale en tant que candidat indépendant aura un impact important dans la détermination du comportement des électeurs et dans la culture politique du pays, selon certains analystes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site