Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une iconothèque sous licence libre Creative Commons à la Landesbibliothek de Dresde

Capture d'écran de la page d'accueil de la colletion numérique de la SLUB

Capture d'écran de la page d'accueil de la colletion numérique de la SLUB de Dresde.

La bibliothèque nationale de Saxe, [Sächsische Landesbibliothek – Staats- und Universitätsbibliothek (SLUB)] de Dresde donne désormais accès à une partie importante de sa collection numérique, qui passe désormais sous licence CC-BY-SA.4.0.

Les licences Creative Commons sont des instruments simples permettant à un auteur d'accorder au public des droits d'utilisation particuliers sur ses oeuvres. Les licences Creative Commons sont soumises à différentes conditions : la licence CC-BY-SA-4.0 de la SLUB de Dresde autorise l'utilisation et la modification, y compris à des fins commerciales, de la collection, sous réserve de citer la source et de la mettre à disposition, sous la même licence.

La collection de la SLUB compte 72 365 titres ou 88 268 ouvrages ainsi que plus de 1,5 millions de documents iconographiques. Près de 75 pour cent des objets seront désormais régis par la licence Creative Commons. Sont exclus les objets numérisés des institutions tierces ou les objets qui ne peuvent pas être libérés car soumis à d'autres dispositions légales et accords. 

La SLUB de Dresde est l'un des principaux centres publics de numérisation. Elle propose des contenus importants à la Deutsche Bibliothek et à la Bibliothèque numérique europénne (Europeana). La SLUB de Dresde explique [en allemand] sur son blog les raisons ayant motivé ce projet. 

Wir sind davon überzeugt, dass das kulturelle und wissenschaftliche Erbe der Bibliotheken am besten genutzt werden kann, wenn es möglichst frei im Internet verfügbar ist. Auch die SLUB selbst profitiert bei der Entwicklung neuer Dienste von offenen Lizenzen (…). Entsprechend sollen die digitalisierten Bestände der SLUB ebenfalls offen und für innovative Projekte optimal verwertbar sein. Künftig sind unsere Digitalen Sammlungen einschließlich der Bilddatenbank der Deutschen Fotothek daher so weit als möglich unter einer Lizenz veröffentlicht, die der Definition für Offenes Wissen (Open Definition) entspricht.Wir sind uns sicher, dass sich die gleichermaßen berechtigten Interessen nach größtmöglicher Offenheit wie nach angemessener Vergütung schöpferischer Leistungen im Bereich von Wissenschaft und Forschung gut miteinander vereinbaren lassen.

Nous sommes convaincus que le meilleur moyen d'utiliser le patrimoine culturel et scientifique des bibliothèques est de le rendre disponible sur Internet avec le maximum de liberté. La SLUB profite elle-même des licences ouvertes en développant de nouveaux services (…). Les fonds numériques de la SLUB doivent être, à leur tour, ouverts et pouvoir être exploités de manière optimale pour des projets innovants. A l'avenir, nos collections numériques, y compris la banque de données iconographiques de la Deutsche Fotothek, doivent être publiées, autant que faire se peut, sous une licence répondant à la définition des connaissances ouvertes (Open Definition). Nous avons la certitude qu'il est possible de concilier les intérêts pareillement justifiés en faveur d'une ouverture maximum et d'une rémunération appropriée des travaux créatifs dans les domaines de la science et de la recherche.

 

Perspectives d'utilisation commerciale

Le site Web Flurfunk Dresden [en allemand] spécule désormais sur la manière dont la collection pourrait être utilisée à l'avenir : 

Darunter findet sich zum Beispiel die “Bibliotheca Gastronomica”, eine Sammlung alter Kochbücher. Mit der neuen Lizenz könnte man diese problemlos selbst zu einer Publikation machen und das fertige Produkt auch verkaufen – vorausgesetzt, man bietet die Inhalte unter den gleichen Lizenzbedingungen an (und wehrt sich also nicht, wenn jemand die Idee kopiert oder weiterentwickelt). Da es sich um digitales Material handelt, wäre z.B. auch möglich, aus den alten Rezepten eine kostenpflichtige Smartphone-App zu machen. Denkbar wäre auch, den Dresden Codex als eBook mit Übersetzung herauszugeben. Oder das Wagner-Material zu nehmen und…

On y trouve par exemple la “Bibliotheca Gastronomica”, une collection d'anciens livres de cuisine. La nouvelle licence pourrait permettre de réaliser sans problème une publication à partir de cette collection, voire de vendre le produit fini – à condition de proposer le contenu sous des conditions de licence identiques (on ne s'oppose donc pas à ce que l'idée soit copiée ou transposée). Ces documents étant disponibles sous forme numérique, on pourrait également imaginer réaliser une application payante pour smartphone basée sur les anciennes recettes. On pourrait également imaginer publier le Codex de Dresde sous forme de livre électronique assorti d'une traduction. Ou bien d'exploiter les documents du fonds Wagner, etc.

Voici quelques exemples de la collection numérique de la SLUB de Dresde sous licence CC-BY-SA-4.0 :

/mnt/goobi/processing-codedrm_280742827/codedrm_280742827_tif/jp

Page du manuscrit Maya appartenant à la collection numérique de la SLUB de Dresde. CC-BY-SA-4.0

Il existe un unique manuscrit maya accessible publiquement dans le monde entier, connu sous le nom de “Codex Dresdensis”, correspondant à 39 doubles pages d'une longueur totale de 3,96 m. Ce manuscrit contient des calendriers de rituels et de prédictions, des calculs sur les constellations des étoiles, sur les éclipes de la lune et du soleil ainsi que des prédictions sur les conditions météorologiques et les récoltes.

Les ouvrages disponibles numériquement comptent également des manusrits orientalistes. Cette collection comporte essentiellement des manuscrits ottomans, arabes et perses. Elle comprend par ailleurs de nombreux documents en tibétain, en mongol et en hébreu.

La collection comporte en outre des documents sur l'histoire allemande, comme le Sachsenspiegel, un recueil juridique du 14ème siècle, ou des documents appartenant à l’histoire des techniques.  La musicologie n'est pas en reste, notamment avec les oeuvres de Richard Wagner, comme le manuscrit original de l'Oratorio La Cène des Apôtres, la première édition de la partition de Tannhäuser ainsi que différents livrets, textes théoriques, lettres manuscrites ainsi que les voix de la première représentation du Hollandais volant de Richard Wagner, à l'opéra de la Cour (Hofoper) :

/mnt/goobi5/typo3/wagnflie_370582020/wagnflie_370582020_tif/jpeg

Richard Wagner “Le Hollandais volant”. Collection numérique de la SLUB de Dresde. CC-BY-SA-4.0

La Deutsche Fotothek compte de nombreuses photographies, cartes, esquisses, etc. réalisées sur plusieurs siècles par des photographes de renom :

Hulda Hanisch dans sa chambre. CC-BY-SA-4.0 von

Rosswein en 1928 : Hulda Hanisch dans sa chambre. Deutsche Fotothek de la SLUB de Dresde. CC-BY-SA-4.0

 

 

1 commentaire

  • […] La bibliothèque nationale de Saxe, [Sächsische Landesbibliothek – Staats- und Universitätsbibliothek (SLUB)] de Dresde donne désormais accès à une partie importante de sa collection numérique, qui passe désormais sous licence CC-BY-SA.4.0.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site