Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un sauvetage de la Grèce par crowdfunding ? L'idée d'un employé britannique a déjà récolté plus d'un million d'euros

Screenshot of the Indiegogo campaign page for "Greek Bailout Fund."

Capture d'écran de la page de la campagne Indiegogo du “Fonds de sauvtage grec.”

Dernière mise à jour le 1er juillet à 17h35

Des dizaines de milliers de particuliers desserrent les cordons de la bourse en réponse à une campagne sur Indiegogo pour lever 1,6 milliards d'euros en faveur de la Grèce à court de liquidités.

En trois jours, plus de 61.000 donateurs du monde entier entier ont déjà promis plus d'un million d'euros au “Fonds de sauvetage grec“. La page de la campagne a été inaccessible plusieurs heures mardi soir “à cause de son incroyable popularité,” a dit Indiegogo, mais fonctionne à nouveau. Comme cela se fait dans les campagnes de crowdfunding, les organisateurs offrent aux participants des récompenses en fonction du montant du don. La plupart des donateurs ont contribué pour 3 euros (ce qui leur vaudra une carte postale du premier ministre grec AlexisTsipras), 6 euros (une salade grecque feta – olives) ou 10 euros (une bouteille d'ouzo). Au moment d'écrire ce billet, cinq généreux donateurs ont promis 5.000 euros (des vacances en Grèce pour deux).

La Grèce croulant sous la dette a obtenu deux plans de sauvetage en 2010 et 2011 de ce qu'on a appelé la troïka—le Fonds Monétaire International, la Banque Centrale Européenne et la Commission Européenne—et peine depuis sous les mesures d'austérité requises par ces plans. La Grèce devait rembourser 1,6 milliards d'euros au FMI, mais n'a pas respecté l'échéance et a donc fait défaut.

Le gouvernement grec et ses créanciers sont aux prises depuis des mois sur l'extension du programme de sauvetage. Le premier ministre Alexis Tsipras a lancé un référendum pour le 5 juillet pour décider de l'acceptation ou non des hausses d'impôts et des baisses des retraites qu'il implique, un remède, dit-il, “clairement contraire aux règles européennes et aux droits fondamentaux au travail, à l'égalité et à la dignité”.

Un quart de la population est depuis au chômage, et le nombre de Grecs en situation de précarité monte. “Ce sont de vraies gens qui subissent cela”, écrit sur la page de la campagne Thom Feeney, qui a lancé l’opération de crowdfunding. Ce vendeur britannique dans un magasin de chaussures, âgé de 29 ans, calcule que si chaque Européen donnait 3 euros et des centimes, la dette grecque [au FMI] serait couverte.

Toute cette indécision sur la Grèce devient lassante. Les ministres européens qui montrent leurs muscles et prennent la pose pour savoir s'ils peuvent aider ou non les Grecs. Pourquoi ne pas prendre nous-mêmes les choses en mains ?

L'Union Européenne a 503 millions d'habitants, si nous sortons chacun quelques euros nous pourrons tirer la Grèce d'affaire et avec un peu de chance la remettre bientôt sur les rails. Facile.

La campagne, qui a fait les titres à travers le monde, a connu un pic de dons mardi, avec une récolte d'une centaine de milliers d'euros en l'espace de quelques heures, et les dons continuaient à affluer mercredi.

Si ce résultat a de quoi impressionner, le chemin reste long pour la semaine restante que la campagne s'est assignée. Les 1.045.026 déjà récoltés au moment de l'écriture de cet article représentent moins de 1 % de l'objectif de 1,6 milliard. Mais comme le tweetait hier Vulpine Capital, un fonds privé d'investissement de New York, “si les 25 % de ménages les plus riches de l'UE et des USA donnaient chacun 25 dollars le compte y serait”.

Selon la règle du “Financement à objectif” d'Indiegogo, la campagne de Feeney ne sera fiancée que si les contributions atteignent cet objectif ambitieux, mais des participants demandent si leur argent pourrait malgré tout être utilisé pour la Grèce. Hellmut Blumenthal, un Allemand, a commenté :

C'était bien mieux que de hocher la tête sur tous les commentaires impitoyables sur la toile. Merci pour l'idée Thom, et croisons les doigts …

Ah, et d'accord avec les posts précédents, l'argent devrait aller à la Grèce quoi qu'il arrive.

Tandis qu'Arwen Curley-Panteleakis écrit :

C'est fantastique ! Merci mille fois à Thom Feeney et à tous ces gens merveilleux du monde entier !!!

Grosses bises de Grèce !

Suivez la conversation sur cette campagne avec le hashtag  Twitter #crowdfundgreece.

1 commentaire

  • Fichamo

    Indiegogo, votre site porte bien son nom! Que pense le gouvernement légitime de la Grèce de votre quête…. il est en tout cas certain que cet argent pourra servir quelques ONG pour venir en aide au peuple Grec si le oui l’emporte!

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site