Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'étrange procès de la journaliste Khadija Ismayilova en Azerbaïdjan

Khadija Ismayilova, an investigative journalist of world renown. Photo by Abas Atillay, RFER/L. Creative commons.

Khadija Ismayilova, journaliste d'investigation de renommée mondiale. Photo de Abas Atillay, RFER/L. Creative commons.

Est-ce là l'idée que se font les partisans du gouvernement azerbaïdjanais des Illuminati?En Azerbaîdjian, au cours de procès importants, les salles d'audience se remplissent  soudainement d'inconnus, apparemment pour empêcher l'accès à d'autres spectateurs ; ce phénomène signe une nouvelle phase du système judiciaire azerbaïdjanais.

Ces individus sont un élément clé du procès en cours contre la célèbre journaliste d'investigation Khadija Ismayilova. Celle-ci est détenue depuis le 5 décembre pour “incitation au suicide, évasion fiscale, activités illégales, abus de pouvoir et détournement de fonds”.

Les mystérieux spectateurs occupent également de nombreux sièges au procès des militants des droits humains Leila et Arif Yunus, accusés l'an passé d'avoir espionné l'Azerbaïdjan pour le compte de son voisin et rival arménien.

Dans le monde entier, les accusations qui pèsent sur Mme Ismayilova et les Yunus ont été qualifiées d'infondées, de tentative de faire taire les détracteurs dans l'un des Etats les plus répressifs de l'ancienne Union soviétique.

Les spectateurs anonymes qui assistent à ces procès sont généralement accueillis à bras ouverts par le personnel sur place. Ils évitent par miracle – ou peut-être grâce à un accord secret – l'examen approfondi que les membres de la famille des accusés, leurs amis et collègues doivent subir lorsqu'ils tentent d'assister aux procès.

Ils sont en possession de téléphones portables, qui ne sont normalement pas autorisés dans les tribunaux, et occupent la majorité des sièges disponibles dans les salles d'audience exiguës. Interrogés par des journalistes, ils se présentent comme des proches et des amis des prévenus et ne savent pourtant strictement rien sur eux.

Mais leurs compétences ne s'arrêteraient pas à une observation passive des audiences.

Lors du procès de Mme Ismayilova, qui a commencé le 24 juillet, des journalistes locaux de la presse azerbaïdjanaise ont tenté de filmer depuis l'arrière du tribunal, où étaient réunis les soutiens de Mme Ismayilova. Des assaillant les ont bombardés de pierres en raison de la gêne qu'ils occasionnaient.

L'attaque n'a été revendiquée par personne.

Etant donné que ces participants mystérieux occupaient toutes les places, les amis et collègues de Mme Ismayilova ont dû rester debout à attendre à l'extérieur de la salle d'audience, scandant le nom de Khadija pour la soutenir et tapant dans leurs mains aussi fort que possible.

L'Azerbaïdjan est un expert en farce politique. Après les urnes bourrées lors des élections, les journaux truffés de mensonges, il semble maintenant qu'il remplisse les salles d'audience de faux participants.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site