Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'immense mural qui a rendu un quartier “magique” au Mexique

Mural palmitas

Las Palmitas et le “macro mural” dans son ultime phase. Photo prise avec permission de la page FB de Germen Crew collective.

Au centre d'un petit quartier de la ville de Pachuca, Hidalgo, le plus grand ‘mural’ du Mexique, peint sur la ‘toile’ de 200 maisons, a été inauguré au mois de juillet. Mais le “macro mural” a fait plus qu'uniquement rendre de la couleur à ce quartier perché sur une colline, majoritairement rural et où règne une certaine pauvreté et de la délinquance.

Cette entreprise collective a créé des emplois, réduit la déliquance juvénile et instillé un sens de la communauté. Les chefs de ce projet ont nommé Las Palmitas le  “premier quartier magique” – jeu de mots sur une autre initiative, la campagne du gouvernement sur les “villages magiques” (Pueblos Mágicos), un slogan publicitaire pour le tourisme.

A la tête du projet, le collectif mexicain indépendant, Germen Crew (l'équipe des graines), qui se compose d’ artistes urbains auteurs de graffiti, murals ou documentaires audiovisuels. Le groupe souhaite par l'art de rue injecter un nouveau sens aux espaces publics et restaurer le tissu social pour le bénéfice des communautés.  Leur page Facebook précise :

Nuestro trabajo es una ofrenda artística para nuestras ciudades ya que mediante colores formas texturas y técnicas mixtas compartimos nuestra forma de hacer y entender el arte, buscamos detonar la semilla de lo posible fortaleciendo el corazón y el entusiasmo de quien vive en los lugares que intervenimos, queremos refuncionalizar el espacio público haciéndolo más útil para quienes lo habitan, un lugar que eduque, motive, ayude aporte y germine una nueva relación de los ciudadanos con su entorno y las expresiones que ahí convergen.

Notre travail est une offrande artistique à nos villes. C'est par les couleurs, les formes, les textures et le mélange des médias que nous partageons notre façon de faire et de comprendre l'art. Nous souhaitons faire exploser la graine des possibles en réconfortant les coeurs et fortifiant l'enthousiasme de ceux qui vivent dans les lieux où nous nous installons. Nous voulons qu'ils trouvent de nouvelles utilisations à l'espace public, qu'ils le rendent plus utile à ses habitants, avec des endroits où éduquer, motiver et aider, créer de nouvelles relations avec les citoyens autour et les expressions qui convergent là.

La collaboration entre le gouvernement fédéral et local ont permis d'acquérir les matériaux nécessaires, mais le projet a été mené pour sa grande partie par les 452 familles qui vivent à Las Palmitas (environ 1808 personnes). Les habitants ont été consultés durant les trois mois du projet, ils ont aussi pris part à des activités parallèles : ateliers, conférences et tours guidés, organisés dans l'objectif de réduire la délinquance juvénile.

‘Tellement d'harmonie et de coexistence’

Dans la vidéo ci-dessus, celle d'un atelier pour fabriquer des lanternes volantes, des habitants de Las Palmitas remarquent que les activités artistiques améliorent le quartier.

Para nosotros es un día de fiesta en nuestra colonia, porque estamos viviendo cosas que nunca antes habíamos vivido.

For us it is a festive day in our district, because we are experiencing things we had never experienced before.

Pour nous, c'est un jour de fête dans notre village, parce que nous vivons des chose que nous n'avons jamais vécu avant.

Veo que hay mucha armonía y convivencia, más que nada en las familias. Yo creo que con estos eventos mi colonia va a mejorar bastante y siento que no va a haber delincuencia.

Je vois tellement d'harmonie, de coexistence, surtout dans nos familles. Je pense que ces événements dans mon quartier vont beaucoup améliorer les choses et je pense qu'il y aura moins de délinquance. 

Une vidéo sous-titrée en anglais est disponible ici

Dans un interview avec le magazine Planisferio, les Seed Crew expliquent que ce qui rend leur démarche innovante : peindre non pas des espaces institutionneles mais des places publiques, des marchés, et même des lieux marginalisés où le taux de criminalité est élevé. Leur succès est le fruit de l'effort collectif et de la dynamique de groupe.

‘Le premier quartier magique du Mexique’

“La couleur est magique” est la phrase qui ouvre une brève vidéo qui documente la transformation de Las Palmitas en un quartier coloré et vibrant. Pour voir la vidéo sous-titrée en anglais, cliquez ici.

Le Crew existe depuis treize ans, et a entrepris des projets dans le Jamaican marché jamaïcain de Mexico ; sur l’esplanade des cités nouvelles d'Ecatepec à Mexico; et à Miravalle, Guadalajara, parmi d'autres lieux. Ils ont aujourd'hui achevé leur objectif de transformer Las Palmitas en ce qu'ils appellent le “premier quartier magique du Mexique” et tout indique qu'il y en aura d'autres.

Vous pouvez trouver plus d'informations sur le travail de Seed Crew sur leurs pages Facebook et Instagram, et sur YouTube.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site