Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La belle histoire de Mira Rai, d'un village népalais au championnat du monde d'ultramarathon

Mira Rai, Trail Runner from Nepal. Image by Flickr user rpb1001. CC BY-NC-ND 2.0

Mira Rai, trail runner du Nepal. Image sur Flickr de  rpb1001. CC BY-NC-ND 2.0

Le ‘trail running’ est l'un des sports les plus difficiles et qui exige le plus d'endurance. Il n'est pas à la portée de n'importe qui. Et pourtant, c'est une chose naturelle pour Mira Rai, du Népal. Elle a remporté la course de 80 km autour du Mont-Blanc connue comme la course de haute montagne, en France, la plus difficile et la plus technique. Elle a parcouru cette distance en 12 heures et 32 minutes. 

Félicitations Mira Rai pour avoir gagné ce marathon international, après une disqualification autrefois…

En effet, ayant rejoint l'armée des rebelles maoîstes quand elle était adolescente, elle avait été disqualifiée d'office lors d'une d'une procédure d'intégration dans l'armée népalaise.

Initiée au trail running il y a presque deux ans, elle est en train de devenir une des meilleures athlètes jamais connue dans cette discipline. Son aventure sportive a commencé par la course de 50 km du Festival himalayen de plein-air, à Katmandou, en mars 2014. Elle la remporta sans préparation sérieuse et continua dans la foulée en gagnant la  Mustang Trail Race en avril 2014.

Hors du Népal, elle a accumulé ensuite les succès avec le trail de Sellaronda (57 kilomètres) et le trail de Degli Eroi (83 kilomètres) en Italie en septembre 2014.

En octobre 2015, elle a remporté l'ultramarathon de Mountain Race (50 kilomètres) à Hong Kong. Et depuis elle ne fait qu'aller de l'avant.

Lloyd Belcher, photographe et cinéaste à Hong Kong, a tweeté :

“Mira Rai @TrailRunNepal devant les caméras qui l'attendaient après sa victoire au @Skyrunning_com, la course de 50 kilomètres à Hong Kong, ©lloydbelchervisuals pic.twitter.com/qGYQ6hlY7a

Mira  est originaire d'un petit village de Bhojpur, une région de l'est du Népal. Elle attribue ses succès aux rudes conditions de vie qu'elle a connues pendant son enfance.

Pendant un  interview, elle a raconté :

As a young girl I was not very interested in doing household chores, which is why my mother gave me the physical tasks like bringing water from the river, which is two hours down and three hours back home. I also used to carry a bag of rice to the market to sell and bring money home. I grew up running.

Quand j'étais petite fille je n'aimais pas beaucoup faire les travaux du ménage dans la maison, c'est pourquoi ma mère me faisait faire des choses plus difficiles comme remonter de l'eau depuis la rivière en bas, deux heures de marche pour descendre et trois heures pour remonter. Il m'arrivait aussi de porter un sac de riz pour le vendre au marché et rapporter l'argent à la maison. J'ai grandi en courant.

Elle s'entraîne dur, ce qui lui donne forme et  force. Sa journée classique, c'est réveil à l'aube puis une course de 10-12 kilomètres le matin et une autre le soir. Elle pratique également le cyclisme et l'escalade.

Mira, c'est aujourd'hui un nom dans le monde du trail running qui fait rêver les ultra-marathoniens. Il ne faut pas non plus oublier les millions de garçons et de filles pour qui, au Népal, monter et descendre sur les sentiers dangereux des montagnes en portant des charges est chose naturelle. Elle a un petit conseil précieux à leur donner:

‘Opportunity is like a leaf on a river, if you don't grab it fast enough then its gone forever!’ – #MiraRai #YoungBodyOldSoul

— peterj (@peterjohnmoses) July 9, 2015

La chance est comme une feuille qui passe sur l'eau de la rivière, si vous ne la saisissez pas assez vite, elle s'enfuit  pour toujours”! – #MiraRai #YoungBodyOldSoul

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site