Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Parlement irakien envahi par des manifestants, l'état d'urgence est proclamé

Iraqi protestors outside the Parliament earlier today where they staged a sit-in before storming the building. Photo credit: @AlFayth (Twitter)

Les manifestants devant le parlement irakien en début de journée hier, s'installent pour une occupation après avoir pris d'assaut le bâtiment. Crédit photo : @AlFayth (le journaliste indépendant irakien Methaq Al-fayyadh/Twitter)

Des centaines de manifestants ont envahi le bâtiment du Parlement, dans la Zone Verte fortifiée de Bagdad, pour protester contre l'impossible approbation d'un nouveau gouvernement. L'état d'urgence a été déclaré, ajoutant encore aux crises multiples où est empêtré le pays.

Les manifestants, partisans du leader chiite Moqtada Al Sadr, ont pénétré dans le bâtiment après que les députés eurent échoué à se réunir en séance pour un vote, faute d'atteindre le quorum. Al Sadr pousse à ce que le premier ministre irakien Haïdar Al Abadi remplace les ministres actuels par des technocrates non affiliés à des partis, ce que refusent les puissantes factions politiques du parlement. Les manifestants, qui défilaient en début de semaine vers la Zone Verte, le quartier des lieux de pouvoir et des ambassades, considéré comme la partie la plus sécurisée de Bagdad, ont ensuite quitté le bâtiment et installent à présent un sit-in du côté de l'Arc de Triomphe, également dans la zone verte.

Une crise politique qui couvait depuis des mois, pour culminer dans l'escalade de hier qui amena les contestataires dans la zone verte, inaccessible aux Irakiens ordinaires. Des milliers d'entre eux manifestent depuis l'été dernier, contre l'absence de services publics, la pauvreté et un gouvernement corrompu. L'Irak, déjà dans un bourbier politique, est au prises avec une grave instabilité, entre guerre contre l'EI d'un côté, et économie à bout de souffle de l'autre. M. Abadi était supposé désigner hier un nouveau gouvernement pour apaiser la contestation.

Les internautes irakiens ont rendu compte sur les médias sociaux des incidents au fur et à mesure de leur déroulement. Des manifestants en liesse ont envahi le parlement en brandissant des drapeaux et en scandant des slogans. Selon certains récits, des parlementaires se sont fait agresser et frapper par des manifestants en colère, alors que d'autres tentaient de les retenir et de les calmer.

Le blogueur irakien Haidar Hamzoz tweete :

Les manifestants disent “Nous sommes le Parlement”

Le Parlement irakien rendu au peuple irakien

Cette vidéo, partagée sur Facebook et déjà vue plus de 340.000 fois, montre les manifestants à l'intérieur du parlement.

Hamzoz partage des photos sur lesquelles on voit les manifestants nettoyer le parlement avant de partir :

Les manifestants ont commencé le ménage dans le Parlement avant de partir

Journaliste basé à Washington, Zaid Benjamin partage cette vidéo du sit-in dans la zone de l'Arc de Triomphe :

Manifestants irakiens autour de l'Arc de Triomphe

Hayder Al Shakeri partage cette vidéo :

Au coeur de la Zone Verte, la place Ihtifalat remplie de manifestants.

Mustafa Salim écrit que c'est la première fois depuis longtemps que des Irakiens ordinaires se rassemblent autour de l'Arc de Triomphe.

Pour la première fois depuis 13 ans, il y a du monde sur la place des fêtes.

Depuis Londres, le blogueur irakien Sajad Jiyad note que ce qui a mis en marche ces manifestations, c'est “la perte de tout espoir en la classe politique” :

[La manifestation faiblit lentement. Une journée importante et qui fera bouger les choses, mais pas sûr combien ça aidera vraiment les gens] Pas une révolution, juste une une explosion de colère et de désespoir devant une classe politique avertie depuis l'été

Tandis que l'humoriste libanais Karl Sharro ajoute son grain de sel :

C'est comme ceci qu'on est candidat au parlement en Irak.

Les manifestations de hier vont-elles impulser un changement bénéfique pour les Irakiens, ou fragiliser encore davantage la situation sécuritaire de l'Irak ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site