Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le culte des déesses-mères du Vietnam reconnu par l'UNESCO

Practitioner Kim Chi performs a lên đồng ritual for her temple delegation on a boat at the Điện Hòn Chén festival. Loa / Jenny Lý

La praticienne Kim Chi effectuant le rituel du lên đồng pour les fidèles de son temple lors du festival de Điện Hòn Chén. Loa / Jenny Lý

Cet article de Jenny Lý a été publié sur Loa, un site d'informations indépendant qui diffuse des reportages sur le Vietnam en podcast. Il est reproduit sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Les pratiques liées à la croyance en les déesses-mères au Vietnam a été inscrit par l’UNESCO sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

L'agence onusienne a rendu l'inscription officielle lors de la onzième session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui s'est tenue à Addis-Abeba, en Éthiopie, du 28 novembre au 2 décembre 2016.

Cette nouvelle a occasionné de nombreuses célébrations au Vietnam, en particulier parmi les communautés pratiquant le culte des ancêtres ainsi que chez les universitaires qui luttaient depuis des années pour la reconnaissance de l'UNESCO. Le Vietnam avait soumis son dossier pour la reconnaissance des « pratiques liées à la croyance viet en les déesses-mères des Trois mondes » en 2015, mais il n'a été admis qu'à la fin de cette année.

Le culte des déesses-mères fait partie intégrante de l'héritage culturel du Vietnam et témoigne des besoins spirituels des Vietnamiens, qui vénèrent leurs ancêtres afin de s'assurer une vie prospère. Cette croyance passe par la piété et la dévotion envers la figure maternelle, qui renvoie au système matriarcal du Vietnam d'autrefois.

L'UNESCO estime que cette croyance est « au fondement des relations sociales et lie les membres des communautés participantes ». Le culte des déesses-mères contribue également « à valoriser les femmes ainsi que leur rôle dans la société ».

Temple delegation worship at a temple in Huế during the Điện Hòn Chén festival in August 2016. Loa / Jenny Lý

Célébration liturgique dans un temple de Huế lors du festival de Điện Hòn Chén en août 2016. Loa / Jenny Lý

Les déesses-mères des Trois mondes sont des divinités issues du monde céleste, du monde de l’eau et du monde des montagnes et des forêts. Elles ont été associées à des personnages historiques comme à des figures mythiques.

L'une des pratiques-clé du culte des déesses-mères est le lên đồng, un rituel lors duquel la praticienne entre en transe, vêtue du costume d'une divinité, et danse en l'honneur des déesses-mères. Ces rituels sont pratiqués quotidiennement lors de cérémonies locales, mais également lors de grands festivals et de pèlerinages tout au long de l'année.

Le Vietnam compte dix autres pratiques traditionnelles inscrites sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité reconnue par l'UNESCO, dont les rituels et jeux de tir à la corde (2015), le culte des rois Hùng à Phú Thọ (2012) et les chants populaires Quan Họ de Bắc Ninh (2009).

Pour en apprendre davantage sur le culte des déesses-mères, écoutez le podcast ci-dessous [en anglais] :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site