Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Venezuela : Les manifestations s'intensifient, des sites web et des web TV sont censurés

Page d'accueil du portail “Navegar con Libertad” d'IPYS.

Dans la matinée du vendredi 07 avril, des internautes vénézuéliens ont signalé qu'ils ne pouvaient pas accéder à la Web TV, VivoPlay dans tout le pays. Puis, d'autres internautes ont signalé qu'il était également impossible d’ accéder à VPITV et El Capitolio TV.

Ces réseaux, ainsi que d'autres Web télés diffusaient les images des manifestations organisées par les opposants au régime de Nicolas Maduro. Les manifestations se sont déclenchées début avril après l’invalidation du Parlement par la Cour suprême, et la redistribution de ses fonctions au pouvoir exécutif et à la Cour suprême elle-même.

Luis Carlos Díaz, journaliste et auteur à Global Voices, a publié les résultats d'un test effectué par Traceroute, qui avait indiqué l'expiration de la connexion et qui recommandait aux utilisateurs d'activer des VPN (réseaux privés virtuels) pour pouvoir se connecter.

Censure : Activez vos VPN. On dirait que les blocages de pages sont revenus chez les fournissuers vénézuéliens.

Des services comme VivoPlay sont utilisés par les Vénézuéliens qui ont un accès à internet, surtout durant les périodes de troubles. Depuis 2014, lorsque la Commission des Télécommunications a menacé de sanctionner et de fermer les médias traditionnels à cause de la diffusion d’informations sur les manifestations, qualifiant cette action” d'incitation à la violence”, ceux-ci se montrent à présent réticents pour couvrir les manifestations.

Sans télévision par câble et sans chaînes nationales d'information, j'ai repris mon compte sur @vivoplaynet. Je suis étonné que ça reste moins cher que deux litres de soda.

L'ONG locale VEsinfiltro [Venezuela sans filtre] a confirmé par la suite que non seulement Vivoplay, mais aussi deux autres web-télés, dont le site de streaming utilisé par l'Assemblée Nationale pour diffuser ses sessions, sont inaccessibles du fait de blocage du système de nom de domaine (DNS).

Une précédente recherche de l'Institut pour la Presse et la Société (IPYS), un groupe de recherche sur les droits numériques au Venezuela, a établi que les fournisseurs d'accès internet locaux utilisent le blocage DNS, une technique par laquelle les serveurs de nom de domaine répondent incorrectement aux requêtes sur un domaine particulier. Quand une page web est bloquée via DNS, le serveur renvoie une réponse erronée ou refusera la requête quand on veut visiter cette page web.

Nous confirmons le blocage DNS : @elcapitoliotv, @VPITV et @vivoplaynet

Le jeudi 06 avril, la diffusion sur VPITV, le troisième canal bloqué, a été interrompue lorsque la police a arrêté le caméraman Elvis Flores, qui diffusait en direct les images des manifestations à Caracas. Flores a été frappé par la police lors de son arrestation. Il a été libéré huit heures après, puis la diffusion sur VPITV a été rétablie. Bien que quelques-uns de ces sites restent accessibles sur YouTube, des informations selon lesquelles le gouvernement régulait la connexion à internet, ont également circulé. Par conséquent, il demeure difficile pour les Vénézuéliens d'avoir une couverture multimédia tant que de tels événements se déroulent dans le pays.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site