Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Sri Lanka, le premier “élébus” au monde aide à réduire les conflits avec les éléphants

Des écoliers sri-lankais utilisent “l'élébus”, conçu pour éviter les conflits entre les humains et les éléphants. Photographie avec l'aimable autorisation de Groundviews.

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Cet article d'Anya De Saram-Larssen, écolière à l'école britannique de Colombo, est d'abord paru sur Groundviews, un site internet primé de journalisme citoyen au Sri Lanka. Mlle De Saram-Larssen a assisté à l'anniversaire de l’élébus et a parlé avec plusieurs acteurs du projet. Une version éditée de cet article est republiée ici dans le cadre d'un accord de partage de contenus.

L'élébus a fêté son premier anniversaire le 9 septembre dans la région de Wasgamuwa, au Sri Lanka. Cet autobus est un projet innovant créé par la Société sri-lankaise de protection de la nature (SLWCS) pour limiter les conflits entre humains et éléphants (CHE).

Ce conflit a pris de l'ampleur au Sri Lanka, car les habitats des éléphants se contractent quand les humains empiètent lentement sur les espaces que les éléphants parcourent. Ceux-ci, n'ayant nulle part où aller, finissent par descendre sur les cultures et les habitations à la recherche de nourriture et les représailles des hommes les rendent agressifs. Ce cycle de résistance, de peur et de lutte pour l'espace mène à la violence.

Chaque année au Sri Lanka, environ cinquante personnes sont tuées par des éléphants. Ceux-ci en payent ensuite les conséquences quand les villageois les abattent, les empoisonnent ou les électrocutent, par peur ou pour se défendre. Ainsi, entre cent et cent cinquante éléphants sont tués chaque année et les statistiques montrent que la probabilité qu'un conflit survienne est plus élevée lorsque les hommes traversent les espaces où les éléphants ont l'habitude de circuler.

Le gouvernement sri-lankais s'est concentré sur des mesures à grande échelle pour réduire les CHE, comme la mise en place de clôtures ou la relocalisation des éléphants pour les éloigner des activités humaines. Cependant, ces stratégies ne reconnaissent pas les CHE au niveau local, et l'élébus a été créé pour résoudre ce problème.

Depuis 2016, l'élébus offre un service quotidien pour que les enfants puissent se rendre à l'école gratuitement et en toute sécurité, hors des circuits utilisés par les éléphants. Moyennant une somme symbolique, les adultes utilisent eux aussi l'autobus pour se rendre à leur travail. En moyenne, 191 personnes montent à bord de l'autobus chaque jour, dont 72 enfants.

L'itinéraire du bus traverse un couloir migratoire des éléphants dans des villages de la Province du centre [fr], dont Himbiliyakada, Iriyagasulpotha et Weheragalagama, où les éléphants circulent fréquemment et où les risques de conflits restent élevés. Situé le long du périmètre sud de Parc national de Wasgamuwa, dans une zone forestière protégée, ce couloir est cependant occasionnellement fréquenté par les hommes. Ils peuvent y rencontrer des éléphants à la recherche de nourriture ou d'eau en dehors du Parc.

Anya De Saram-Larssen, écolière de douze ans à l'école britannique de Colombo, a produit un documentaire vidéo expliquant les levées de fonds organisées l'an passé pour financer cet autobus. Grâce à une vente de gâteaux à l'école britannique, elle et ses amis ont ainsi pu lever 127.484 roupies (environ 700 euros), sur les quelques 30.000 euros que coûte l'autobus, licence d'exploitation et autorisation de faire payer les utilisateurs sur les routes publiques incluses :

De récentes statistiques de SLWCS montrent que les CHE ont diminué de 80% depuis que l'autobus a commencé à rouler. Rien que les sept premiers mois, le nombre de conflits est passé de 83 à 21.

D’après Harshini, une écolière de treize ans qui vit à Pussellayaya, l'autobus a énormément amélioré son trajet pour aller à l'école car elle n'a plus à marcher cinq kilomètres par jour. Harshini n'allait pas tous les jours à l'école à cause des fortes pluies et des éléphants. Maintenant, elle se sent en sécurité dans le bus et ne manque l'école que rarement.

Les enfants ont déclaré que l'autobus aide non seulement à les protéger des éléphants mais aussi à les éduquer sur les CHE. D'une capacité de vingt-quatre places, il est rempli d'images colorées et de messages éducatifs sur la protection des éléphants et de la vie sauvage. Menaka et Chathurika, des écolières de huit et onze ans de Himbiliykada, affirment qu'elles adorent prendre l'élébus parce qu'elles s'amusent à apprendre ensemble sur le chemin de l'école.

Quelques-unes des images en lice pour le concours artistique de l'élébus. Avec l'aimable autorisation de Groundviews.

Le SLWCS a organisé une compétition artistique et littéraire dans le cadre du lancement de l'élébus. La plupart des soumissions portaient sur le thème de l'harmonie entre éléphants et villageois ainsi que sur la gravité des CHE, dont la peur que ressentent beaucoup d'enfants vis-à-vis des éléphants.

Un dessin montre ainsi un homme se faire écraser par un éléphant, et un autre, un fermier poursuivi.

Le président du SLWCS M. Ravi Corea explique que l'organisation espère transformer ces idées négatives en éduquant les enfants sur l'importance de l'environnement et le besoin d'en protéger tous les habitants.

L'intérieur de l'élébus est tapissé de posters éducatifs colorés sur le thème des éléphants. Avec l'aimable autorisation de Groundviews.

L'autobus appartient à la communauté, explique M. Corea :

We own the bus but it is operated by a driver and conductor from the village. Also, the money collected from tickets is used by the community to take care of the bus.

L'autobus nous appartient, mais le chauffeur et le contrôleur viennent du village. De plus, les recettes des ventes de tickets sont utilisées par la communauté pour l'entretenir.

Le SLWCS prévoit d'ajouter un autre autobus à Wasgamuwa et d'introduire des élébus dans d'autres régions du Sri Lanka en proie aux CHE.

Plusieurs donateurs privés, comme Sharmila Cassim du Colombo Jewellery Stores, ont sponsorisé l'élébus car :

the bus allows children to attend school more regularly, while at the same time keeping the elephants safe.

Il permet aux enfants d'aller à l'école plus régulièrement tout en prenant soin des éléphants.

A en juger par la condition immaculée de l'élébus vert vif, les villageois sont fiers de cette initiative et travaillent activement à transformer les attitudes négatives envers les éléphants.

En échange, les éléphants peuvent maintenant circuler plus librement, se nourrir et se sociabiliser en harmonie avec la nature, comme ils le font depuis des siècles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site