Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern est enceinte, et les internautes ne parlent que de ça

La Première Ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern. Source: Wikimedia Commons

L’annonce de la grossesse de la Première ministre travailliste néo-zélandaise Jacinda Ardern fait la joie des médias sociaux locaux. Jacinda et son compagnon, le présentateur de l'émission télévisée Fish of the day Clarke Gayford ont informé par Twitter :

Nous pensions que 2017 était une grande année ! Cette année nous rejoindrons les nombreux parents qui ont une double casquette. Je serai premier ministre et maman pendant que Clarke sera “1er homme de la pêche” et papa à la maison. Il y aura plein de questions (je vous garantis que nous avons un plan en ordre de marche !) mais pour l'instant on y va 2018 !

Les gens se sont jetés sur les médias sociaux pour partager leur enthousiasme à cette nouvelle :

Je me réjouis que la première ministre de NZ devienne une femme normale avec un travail et un bébé ! C'est bien pour elle !

J'adore !!! Ça va bousculer les idées de tellement de gens sur ce dont les femmes (enceintes/mères) en position de pouvoir sont capables !

Cette approbation dominante reste pourtant un tantinet sur la défensive :

Jacinda Ardern est enceinte. J'entends déjà les hommes râler.

La Première ministre de NZ annonce qu'elle est enceinte. Le bébé est attendu pour juin. Félicitations. Ravie à l'avance d'entendre le premier commentateur homme blanc d'âge mûr faire part de ses idées sur ce que la Première ministre fait de son corps, et ses conseils pour élever les enfants.

A 37 ans, elle a été la femme dirigeante la plus jeune du monde à devenir Première ministre, en octobre 2017, et seulement la troisième néo-zélandaise dans cette fonction. Apparemment, elle a constaté sa grossesse six jours avant que Winston Peters, du parti politique Nouvelle-Zélande d'abord ne lui propose de former un gouvernement de coalition avec les Travaillistes. Il sera premier ministre par intérim pendant ses six semaines prévues de congé parental.

Jacinda Ardern est politiquement et socialement progressiste, féministe et social-démocrate. Sa déclaration lors de sa prise de fonction que le capitalisme est un “échec flagrant” pour les enfants de Nouvelle-Zélande a fait s'étrangler certains conservateurs.

Une précédente polémique était née quelques heures après qu'elle avait été portée à la tête de l'opposition l'année dernière, quand l'ex-joueur de cricket et personnage médiatique Mark Richardson lui avait demandé si elle aurait besoin d'un congé de maternité si elle tombait enceinte en étant Première ministre.

Ce tweet a fait le lien, sans oublier la vanne puérile :

“Jacinda Ardern qui a un bébé, inspiration pour une génération” MDR c'est la meilleure de l'année ! Au moins elle a deux neurones maintenant qu'elle est enceinte ! Jacinda ! Mark Richardson ! Premier Ministre !

Le journaliste pakistanais Veengas est de ceux qui ont fait remarquer que Mme Ardern n'est pas la première chef d’État enceinte dans le monde :

La Première Ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern n'est pas la première à attendre un bébé pendant qu'elle est en poste.
Une génération auparavant, la Première Ministre du Pakistan Benazir Bhutto était enceinte, et a accouché de sa fille Bakhtawar le 25 janvier 1990.

On trouve sur Twitter une poignée de réactions désapprobatrices :

Ridicule ! Jacinda Ardern, première ministre de NZ est enceinte. Une erreur sur presque tous les plans – le politiquement correct poussé à l'absurde. Autant le monde doit adhérer au travail des femmes, on ne peut tout bonnement pas être en même temps bonne mère et bon premier ministre. Impossible. Irresponsable.

Ainsi donc Jacinda Ardern tombe enceinte et ses fans sont en extase… Moi qui croyais que les femmes tombaient enceintes partout, sans cette adulation idiote que reçoit Mme Dents

Un billet sur la page Facebook de Stuff.co.nz ’s Facebook regorge de commentaires négatifs. Jeannie Wood n'y est pas allée de main morte :

This is a story of immorality, lies and deceit. It is not something to be proud of. Jacinda kept this secret from the public. She should step down, get married and be home with her child at least for the first year.

C'est une histoire d'immoralité, de mensonges et de tromperie. Il n'y a pas de quoi être fière. Jacinda a caché ça au public. Elle devrait démissionner, se marier et rester à la maison avec son enfant pour au moins la première année.

Inévitablement, Donald Trump s'est invité dans le badinage en ligne :

La première ministre de NZ est enceinte : Trump prétend qu'il est plus enceint qu'elle [image “En fait”, a-t-il dit aux journalistes, “j'étais enceint longtemps avant elle. Je suis enceint depuis des mois”]

J'espère tellement qu'il y aura un forum international dans les six prochains mois, où une Jacinda Ardern enceinte pourra rencontrer Donald Trump

Dans la capitale néo-zélandaise, Wellington, Martin Jago interpelle l'Amérique de Trump :

Buzz si charmant à Wellington en ce moment même. Comme un bébé royal et un mariage royal en un. L'Amérique, voilà à quoi ressemble un pays du 21e siècle. Ça c'est de la grandeur.

Le site de média en ligne de ‘centre droit’ Whaleoil contient sous ses articles des quantités de commentaires critiquant Mme Ardern, du négatif au crade. LesleyNZ était l'une des plus retenues en répondant au propos de la Première ministre disant qu'elle n'était pas “la première femme à faire plusieurs choses en même temps” :

All this multitasking superwoman mum talk about Jacinda is marginalizing a segment of mothers – those who believe that staying home to look after their children and forgo a career and not make lots of money is more important and that the job of a mother is the hardest one in the world. They multitask too and don't leave it up to childcare or others to look after their children. Of course Jacinda is fortunate in that she earns a big salary so her partner does not have to go to work and can be a stay at home at dad and not have to put baby into childcare.

Tout ce bavardage de maman superwoman multitâches sur Jacinda marginalise une catégorie de femmes : celles qui croient que rester à la maison pour s'occuper de leurs enfants, et renoncer à une carrière et à gagner des tas d'argent, est plus important, et que le travail maternel est le plus dur du monde. Elles aussi font plusieurs choses à la fois et ne laissent pas le soin à la crèche ou à d'autres de s'occuper de leurs enfants. Évidemment Jacinda a la chance d'avoir un gros salaire de sorte que son compagnon n'a pas besoin d'aller travailler et peut être un papa au foyer, et de ne pas avoir à mettre le bébé à la crèche.

Certains pro-Ardern se souviennent des attaques contre l'ancienne première ministre travailliste Helen Clark, blâmée pour être sans enfants :

Les gens qui déblatèrent contre Jacinda ayant un enfant sont les mêmes que ceux qui déblatéraient sur Helen Clark n'en ayant pas.

Dans un post lesté de gros mots, Emily Writes, rédactrice de la rubrique Parents de Spinoff, a rétorqué à de nombreuses réactions négative reactions :

When it comes down to it, I’m sure Jacinda always knew she was going to get shit. Helen Clark got shit for not having kids. Jacinda got shit for not ruling out having kids in order for people to attack her for not having kids.

Dans le fond, je suis sûre que Jacinda a toujours su qu'on allait la faire chier. On a fait chier Helen Clark parce qu'elle n'a pas d'enfants. On fait chier Jacinda parce qu'elle n'a pas exclu d'avoir des enfants pour que les gens l'attaquent parce qu'elle n'a pas d'enfants.

Jennifer Mattern, la blogueuse de SheKnows (‘Elle sait’) laisse le dernier mot à la Première ministre :

But Ardern's final word on the topic — her response to naysayers doubting her ability to serve as prime minister throughout a pregnancy — is our favorite: “None of them detected I had pretty bad morning sickness for three months of establishing the government,” she said wryly.
Reporters asked how she pulled that off. Ardern shrugged and replied, “It's what ladies do.” Indeed it is.

Mais c'est le dernier mot d'Ardern sur la question – sa riposte aux ronchons doutant de sa capacité à remplir ses fonctions de premier ministre pendant toute une grossesse – qui est notre préféré : “Aucun d'eux n'a détecté que j'avais de très pénibles nausées matinales pendant les trois mois de formation du gouvernement”, a-t-elle dit ironiquement.
Les journalistes lui ont demandé comment elle y était arrivée. Ardern a haussé les épaules et répondu, “C'est ce que font les dames”. Tout à fait ça.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site