Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'injustice et les violations des droits humains aux Philippines illustrés par des artistes lycéens

Ce croquis représente un adolescent non armé sur lequel fait feu un individu à tête de porc, et illustre les exécutions extra-judiciaires de milliers de personnes, dont des adolescents, par des individus masqués qui seraient liés à la police et à d'autres forces d’État. Source: Collectif d'artistes UGATLahi, utilisation autorisée

Un collectif de lycéens philippins riposte à la dégradation des droits humains aux Philippines par la création d'une puissante imagerie visuelle.

Ces élèves fréquentent le lycée national de Batasan Hills (BHNHS), situé à Batasan Hills, un quartier urbain défavorisé Quezon City, considéré comme l'un des secteurs les plus sanglants de la célèbre campagne “Oplan Tokhang” (“guerre contre les drogues”, en tagalog) du président Rodrigo Duterte.

Le nombre de morts dans la guerre anti-drogue de Duterte a atteint les 20.000 selon un rapport gouvernemental de décembre 2017 sur le succès supposé de la campagne. Ce chiffre a été cependant retiré par la suite, en faveur d'une statistique officielle plus conventionnelle de 4.251 victimes jusqu'en avril 2018.

Les détracteurs de Oplan Tokhang accusent l'administration Duterte d'autoriser les forces de l'ordre à arrêter et tuer les suspects de trafic de drogue en toute impunité.

Le quartier de Batasan Hills a payé un lourd tribut à la sanglante guerre anti-drogue de Duterte : les policiers du poste de Batasan ont tué 108 individus dans des opérations anti-drogue entre juillet 2016 et juin 2017, ce qui représente 39 % de tous les meurtres à Quezon City dans ce laps de temps.

Les élèves ont fréquenté un atelier artistique organisé par le collectif militant Sining Bugkos le 28 août 2018, visant à promouvoir une culture progressiste et populaire qui accroisse la sensibilisation aux droits de la jeunesse en vue d'un avenir dans la paix. L'atelier fait partie d'une opération itinérante sur le thème Kultura Karapatan Kapayapaan (Culture, Droits, Paix).

Fréquenté par 190 lycéens, l'atelier proposait des sessions d'art visuel, théâtre, musique, slam, photographie et danse.

Max Santiago, un des organisateurs et membre du Collectif d'artistes UGATLahi qui a animé l'atelier explique :

Aware ang kabataan sa mga nangyayari sa lipunan. Makikita sa mga larawan ang EJK, Charter change,digmaan at ang agwat sa pagitan ng mahirap at mayaman sa lipunan.

Les jeunes sont au fait de ce qui se passe dans la société. Sur le[ur]s images on voit les exécutions extra-judiciaires, la réforme constitutionnelle (“charter change”), la guerre, et le fossé entre les riches et les pauvres dans la société.

Voici quelques-unes des images numériques réalisées par les élèves et partagées par le Collectif artistique UgatLahi :

Cette image numérique appelle à la fin des exécutions extra-judiciaires en rapport avec les drogues. Elle assemble les images de quelques opérations d'Oplan Tokhang dans les quartiers urbains pauvres. Source: Collectif d'artistes UGATLahi, utilisation autorisée.

Cette image numérique dépeint les meurtres d'étudiants et de jeunes dans la soi-disant ‘guerre contre les drogues’, et les manifestations de protestation générées. Source: Collectif d'artistes UGATLahi, utilisation autorisée.

Cette image numérique est titrée ‘karapatan’ et illustre l'expulsion des familles pauvres dans de nombreux quartiers sélectionnés par les autorités pour des opérations privées de promotion immobilière. Source: Collectif d'artistes UGATLahi, utilisation autorisée.

Cette image numérique illustre les galères de nombreux étudiants, dont le rêve d'obtenir un diplôme se heurte à la pauvreté. Source: Collectif d'artistes UGATLahi, utilisation autorisée.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site