Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Rendre vie à la langue inuktitut, mot après mot

Illustration : “Lost in Storm” [Perdu dans la tempête, NdT] de Napachie Pootoogook, Centre culturel et imprimerie Kenojuak. Reproduit avec autorisation de QIA. Voir sur Instagram.

L'Association inuit de Qikiqtani (QIA) s'est tournée vers les réseaux sociaux pour encourager l'utilisation de l’inuktitut [fr], la langue inuit. Basée dans la région de Qikiqtani (Baffin), dans le plus jeune territoire du Canada, le Nunavut [fr], cette organisation travaille à “sauvegarder, administrer et promouvoir les droits et avantages des Inuits de Qikiqtani.”

Sur les réseaux sociaux, leurs efforts sont en phase avec leur mission de promotion de la langue inuktitut. Dans un interview par email avec la QIA, son représentant écrit ainsi :

Language preservation is an integral part of building pride among Inuit, particularly young Inuit. Learning, speaking-in and thinking-in Inuktitut helps young Inuit feel more connected to our community and traditional values.

La préservation de la langue fait partie intégrale de la construction d'une fierté parmi les Inuits, en particulier les jeunes Inuits. Apprendre, parler et penser en inuktitut aident les jeunes Inuits à se sentir mieux connectés à notre communauté et nos valeurs traditionnelles.

Ceci est particulièrement important, car des chercheurs ont noté “un déclin dans la qualité de l'inuktitut du Nunavik, dont une mauvaise grammaire, un faible vocabulaire et de plus en plus de mélange entre l'inuktitut et l'anglais.” Selon eux, l'influence des médias en d'autres langues que l'inuktitut et un nombre insuffisant d'enseignants parlant l'inuktitut couramment peuvent contribuer à ce déclin.

D'après les diverses informations rassemblées par Endangered Languages Project [Projet langues en danger, NdT], l'inuktitut compte entre 14.000 et 30.000 locuteurs natifs, mais la langue est considérée comme vulnérable par l'Atlas mondial des langues en danger de l'UNESCO.

La campagne de la QIA conduite sur Instagram, Twitter et Facebook introduit des mots inuktitut écrits dans le syllabaire autochtone canadien [fr] et les associe à des illustrations produites par le Centre culturel et imprimerie Kenojuak, à Cape Dorset, au Nunavut. Ces œuvres éclairent de nombreux aspects de la culture inuit.

Le Mot du jour est une des nombreuses initiatives conçue pour promouvoir la langue. La QIA parraine un concours annuel de poésie et de chanson en inuktitut ainsi que la production de matériel pédagogique pour la petite enfance. L'association publie aussi des livres d'enfants écrits par des auteurs inuits du Territoire en collaboration avec Inhabit Media, une maison d'édition inuit du Nunavut.

View this post on Instagram

Happy International Women’s Day: quviasugissi nunarjualimaami arnait ullunganni ᖁᕕᐊᓱᒋᔅᓯ ᓄᓇᕐᔪᐊᓕᒫᒥ ᐊᕐᓇᐃᑦ ᐅᓪᓗᖓᓐᓂ ᐅᖃᐅᓯᓕᕆᔾᔪᑎᕗᑦ ᐅᓪᓗᒥ Word of the day ᓄᓇᕐᔪᐊᖅ ᐊᓈᓇᑎᑐᑦ ᓲᕐᓗ nunarjuaq Anaanatitut suurlu: Mother Earth Celebrating all the strong Indigenous and Inuit women in our lives! ᐃᓅᖃᑎᑦᑎᓐᓂ! Quviasuutiqarniq iluunnanginnik isumatujunit nunaqaqtutuqaujunit Inunnillu arnanit inuuqatittinni! ᖁᕕᐊᓲᑎᖃᕐᓂᖅ ᐃᓘᓐᓇᖏᓐᓂᒃ ᐃᓱᒪᑐᔪᓂᑦ ᓄᓇᖃᖅᑐᑐᖃᐅᔪᓂᑦ ᐃᓄᓐᓂᓪᓗ ᐊᕐᓇᓂᑦ Image: Germaine Arnaktauyok

A post shared by Qikiqtani Inuit Association (@qikiqtani_inuit) on

Mot du jour : Mère nourricière. Célébrons toutes les fortes femmes inuits de nos vies !

Mot du jour : abondance de poisson.

Mot du jour : festif.

Rendez-vous sur le compte Instagram de @Qikiqtani_Inuit pour voir toute la collection.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site