Au Mozambique et au Cap-Vert, des stratégies originales pour inciter les citoyen·ne·s à rester chez eux

Rue Santa Maria, Cap Vert. Photo de Miccaela, sous licence CC-BY-3.0.

Tous les liens renvoient vers des pages en portugais, ndlt.

Devant l'augmentation du nombre de cas de COVID-19 dans différents pays africains, on assiste à une multiplication des stratégies d'incitation au confinement.

Jusqu'à présent, le Mozambique a enregistré 8 cas au total et aucun décès, tandis que le Cap-Vert a fait état de 6 cas, dont un mort.

Les deux pays ont décrété l'état d'urgence pour une durée de 30 jours, à compter du 28 mars au Cap-Vert et du 30 mars au Mozambique. La durée est susceptible d'être prolongée.

Dans ce contexte, les entreprises publiques de télécommunication ont décidé de proposer des offres promotionnelles pour l'accès à internet, comme l'explique cet article publié sur le portail d'information Lusa :

As duas operadoras cabo-verdianas de telecomunicações móveis, CV Móvel e Unitel T+, anunciaram hoje uma campanha conjunta disponibilizando gratuitamente um pacote de 2.000 MB de Internet para apelar à permanência em casa, como prevenção da covid-19.

Denominada de pacote “Fica em Casa”, a campanha foi anunciada em conjunto pelas duas operadoras, numa mensagem divulgada nas redes sociais na qual assumem que “uniram forças” para que os cabo-verdianos fiquem “bem em casa”.

A campanha oferece aos clientes das duas operadoras, além de um pacote de 2.000 Mega Bytes (MB) de dados, 15 minutos de comunicações para todas as redes nacionais, para serem consumidos até o dia 30 de Abril.

Les deux opérateurs de téléphonie mobile cap-verdiens, CV Móvel et Unitel T+, ont annoncé aujourd'hui leur collaboration pour la mise à disposition gratuite d'un forfait de 2 000 MB de données afin d'inciter leurs client·es à rester chez eux dans le cadre des mesures de prévention contre le COVID-19.

Le forfait « Reste chez toi » a été annoncé en même temps par les deux opérateurs via un message diffusé sur les réseaux sociaux, dans lequel ils déclarent « faire cause commune » pour que les Cap-verdien·ne·s restent « effectivement chez eux ».

Ce forfait offre aux client·es des deux opérateurs, en plus des 2 000 MB de données, 15 minutes d'appels sur tous les réseaux nationaux. L'offre est valable jusqu'au 30 avril.

COVID-19 : offre gratuite de 2 000 MB de données pour que les Cap-verdien·ne·s puissent rester chez eux.

Cependant, la portée et l'efficacité concrète de cette mesure ont été tout de suite remises en cause, étant donné que peu de Cap-verdien·ne·s ont accès à internet :

Quelle rigolade !!! Combien de Capverdien·ne·s ont internet ? Qu'ils aillent se faire voir.

Pendant ce temps au Mozambique, une offre de l'entreprise Tmcel reprenait le même slogan. Le forfait spécial confinement est valable pendant un mois à partir du jour de l'activation, comme l'explique ce message promotionnel :

Active ton forfait #ResteChezToi à partir de 25 metical (environ 0,37 dollars US) valable pendant 30 jours. Compose le *219#, choisis ton offre et reste chez toi grâce à Tmcel.

Pour plus d'informations, clique sur le lien ci-dessous.

Bien que cette initiative ait été largement relayée, certains se sont interrogés sur la qualité de ces interventions et leur réelles motivations :

Bonne initiative.

La qualité est-elle au rendez-vous ?

Selon des données datant de 2019, le taux d'accès à internet au Mozambique se situe autour de 18 % pour un pays comptant près de 30 millions d'habitants, tandis que le Cap Vert a un taux de pénétration de 43 % pour près de 560 000 habitants.

Bien que ces données soient contestables, la moyenne du taux d'accès à internet sur le continent africain s'élèvait à 43 % [en], pour une moyenne mondiale de 51 % en 2019.

Rester chez soi n'est pas chose facile, puisque de nombreuses personnes dépendent du secteur informel pour survivre au quotidien, aussi bien au Mozambique qu'au Cap-Vert. L'activiste Tomás Queface a souligné ce point sur Twitter :

Le coronavirus a révélé une facette de plus des inégalités sociales. Rester chez soi est un privilège réservé à une minorité. Pour les personnes pauvres c'est un constant dilemme : rester à la maison sans moyens de subsistance, ou continuer à travailler au péril de sa propre santé et de celle des autres.

Communication dans différentes langues

On peut noter la création de campagnes de prévention dans sept langues locales au Mozambique, grâce à une initiative du Centre pour la démocratie et le développement.

L'une de ces campagnes de communication est menée en xichangana, l'une des langues les plus parlées au Mozambique (plus de 10 % de la population pratique cette langue au quotidien, selon le recensement de 2017). On peut y voir une tentative de réduction des inégalités d'accès à l'information au sujet de la maladie :

#StopCOVID19 Le Prof. Adriano Nuvunga en xichangana.

La campagne de prévention #StopCOVID19 est une initiative dont l'objectif est d'aider à ralentir la progression du nouveau coronavirus au Mozambique.

Voir la vidéo dans son intégralité (vidéo en xichangana, ndt).

Des campagnes contre la diffusion de fausses informations ont également circulé sur les réseaux sociaux :

Accédez à des informations fiables et mises à jour sur le COVID-19 au Mozambique.

[illustration] Des informations fiables sur le COVID-19 depuis ton mobile.

1. Va sur bit.ly/CoronaVirusMoz
2. Choisis le thème relatif au coronavirus que tu souhaites explorer
3. Lis les informations sur comment te protéger et plus encore.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site