Sur les toits du Venezuela, l'art fait oublier la COVID-19

Des habitants du quartier de Petare sont installés sur un toit pour assister à la projection d'un film organisée par Zona de Descarga.

Photo de Rayner Peña pour EFE, utilisée avec autorisation.

Dans un Venezuela en quarantaine, le groupe culturel Zona de Descarga [es] s'est constitué pour créer des espaces d'imagination et de détente, avec dans l'idée de faire se rencontrer les voisins de la communauté de José Felix Ribas à Petare, l'une des plus touchées par la pandémie de la COVID-19.

Petare [es], situé dans l'une des cinq municipalités de Caracas, est connu pour être l'un des plus vastes quartiers d'Amérique latine et compte plus d'un million d'habitants. Dans le contexte de la pandémie, sa forte densité de population et le nombre important d'habitants dépendant d'emplois précaires pour survivre dans une économie dollarisée et hyperinflationniste, font de Petare une zone particulièrement vulnérable en termes d'accès à la santé et à la nourriture.

Depuis le mois de mars, les taux d'insécurité alimentaire et de chômage ont considérablement augmenté au Venezuela, auxquels s'ajoute encore la pénurie de services de base comme l'eau, l'électricité, Internet ou l'essence. Le pays est toujours confiné.

Les voisins de José Félix Ribas ont organisé la projection d'un film sur un toit du quartier à Petare pour que les résidents puissent en profiter depuis leurs fenêtres. Je dépose les photos réalisées pour @EFEnoticias dans le lien suivant.

[image] Vue surplombante du quartier à la tombée de la nuit. On voit des bâtiments en briques rouges de plusieurs étages. La plupart des toits sont plats et recouverts de plaques de tôle.

Jaime Pérez, l'un des organisateurs de Zona de Descarga avec son frère Jimmy Pérez, explique par WhatsApp à Global Voices que son groupe est engagé dans une profonde réflexion pour communiquer avec la communauté au travers des références culturelles de l'histoire du quartier de Petare. Les peintres Bárbaro Rivas, Tito Salas, Jacobo Borges, ou encore la figure culturelle de Burriquita de Petare [es], participent par exemple à l'initiative, ainsi que des personnalités d'aujourd'hui, comme le sportif Luis Sojo, la modèle Isabella Rodríguez et la journaliste Luz Mely Reyes.

Les animations de Zona de Descarga sont nées dans le contexte de la pandémie et sont conçues pour divertir la communauté, informer sur les moyens de prévention contre la propagation de la COVID-19 et faire respecter la distanciation sociale.

Un travail journalistique de @SoyArepita qui montre le déploiement de notre action ⚡🎧 Zona de Descarga 🇻🇪 qui crée des espaces pour la défense des droits humains et en faveur d'une culture de la paix et de la non-violence.

[vidéo] Une vidéo de 2'19” retrace l'histoire du groupe de voisinage Zona de Descarga, créé en 2013 autour de la musique et du divertissement. On y voit des scènes de concert ainsi que des témoignages de résident⸱e⸱s qui apprécient l'initiative. Yuleidi Maldonado, la directrice de production, explique qu'il s'agit de changer les mentalités et de montrer que la vaste majorité des habitants est en faveur de la paix.

Diffuser l'information sur les animations en étant en quarantaine a été l'un des plus grands défis pour l'équipe de Zona de Descarga. Jaime Pérez explique que les idées ne leur ont cependant pas manqué pour informer une communauté ayant peu d'accès à Internet, aux réseaux sociaux ou aux smartphones :

Utilizamos cualquier medio de comunicación. Nuestro mayor aliado es la radio comunitaria Resplandor de Cristo, que nos ayuda los martes, jueves y sábado a promover las actividades de Zona de Descarga.

Tous les moyens de communication sont utilisés. Notre meilleure alliée est la radio communautaire Resplandor de Cristo, qui nous aide à promouvoir les activités de Zona de Descarga les mardis, jeudis et samedis.

Il poursuit :

Hemos hecho campañas de despliegue de divulgación con pancartas y papelógrafos, grupos WhatsApp de Cine Platabanda donde mostramos nuestra programación. También tenemos redes sociales en Twitter, Facebook e Instagram donde informamos y compartimos el registro de todo lo que hacemos. La interacción con la comunidad ha sido increíble y hemos expandido nuestro equipo de voluntarios y colaboradores

Nous avons déployé des campagnes de diffusion à l'aide de banderoles et d'affiches, nous avons présenté notre programmation sur des groupes WhatsApp “Cine Platabanda”. Nous sommes également présents sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Instagram, sur lesquels nous communiquons et partageons les enregistrements de tout ce que nous faisons. L'interaction avec la communauté a été incroyable et notre équipe de bénévoles et de collaborateurs s'est agrandie.

Projection d'un film dans le cadre de l'animation Cine Platabanda.

Photo de Rayner Peña pour EFE, utilisée avec autorisation.

Pour leur première animation baptisée « Cine Platabanda », ils ont projeté le film de Disney Aladdin, avec Will Smith, ce qui a permis aux résidents d'échapper au stress de la quarantaine due au nouveau coronavirus et des disputes politiques [es], entre autres problèmes qui s'aggravent chaque jour au Venezuela. Des échanges de tirs qui ont duré 6 jours à José Félix Ribas, par exemple, ont exposé près de 500 000 personnes à la violence d'une guerre des gangs dans le quartier en mai dernier. 

Imagination versus pouvoir

📚 #LibroPlatabanda (livres sur les toits)
Espace pour la pensée libre et la sensibilisation.

La poésie se transforme en conte pour alimenter l'âme, créant dans la famille la passion pour la lecture, et un futur beaucoup plus humain et juste.

Mais la violence de la zone n'est pas un obstacle pour l'équipe de Zona de Descarga. Mardi 2 juin, elle a animé la première de « Libro Platabanda », une collecte qui a permis de recueillir plus de 200 livres à redistribuer entre les communautés du secteur. Un groupe de conteurs bénévoles a raconté l'histoire de l'Arbre, au moyen de micros et de haut-parleurs. 

Les organisateurs soulignent également que chaque activité est réalisée grâce à des dons et au soutien des communautés. C'est le cas pour les livres, qui ont été donnés par la bibliothèque Bárbaro Ribas.

Le #CinePlatabanda à Petare est la meilleure initiative que j'ai vue sur les réseaux depuis le début de la quarantaine. J'espère qu'ils vont la reconduire dans d'autres quartiers qui ont également besoin d'échapper à la crise pour quelques heures.

[images] Les projections rassemblent des personnes de tous les âges.

Le 3 juin, Zona de Descarga a réalisé son animation « Baile Platabanda » (danse sur les toits), à laquelle ont participé plusieurs danseurs de talent volontaires, et a clôturé la semaine  avec le « Concierto Platabanda » (concert sur les toits), un concert qui a réuni des rappeurs et divers musiciens du quartier. Ils ont également lancé « Ora Platabanda » (prière sur les toits), pour permettre un espace d'expression religieuse durant le confinement, puisque les centres de culte sont fermés. 

Sarai, une habitante du quartier âgée de 11 ans, a assisté à toutes les animations :

Las actividades de Zona de descarga son emocionantes. No podemos salir, no podemos estudiar. Es un apoyo, es útil y divertido.

Les activités de Zona de Descarga sont passionnantes. On ne peut pas sortir, ni aller à l'école. Cela aide, c'est utile et amusant.

Sarai 👧🏼 une jeune habitante du quartier Unión nous donne son avis sur l'animation et sur Zona de Descarga💛💙❤️

PETARE, C'EST UNE BONNE NOUVELLE.

Pendant l'interview, Jaime Pérez exprime son amour pour le quartier et l'émotion qu'il ressent en aidant le lieu où lui et sa famille ont grandi :

Queremos soñar. Somos esa generación que lucha y ama su comunidad, que a pesar de los conflictos sociales y las desigualdades que sufrimos, vivimos en un constante proceso de aprendizaje ante un problema que ha tenido una carga de violencia, odio y resentimiento que empezaron hacer ruidos en nuestras conciencias. Queremos transformar la realidad con arte y cultura.

Nous voulons rêver. Nous sommes cette génération qui lutte et aime sa communauté, et qui malgré les conflits sociaux et les inégalités, expérimente un processus d'apprentissage constant face au poids de la violence, de la haine et du ressentiment qui se frayent un chemin dans nos esprits. Nous voulons transformer la réalité en art et en culture.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site