Portugal : un militant des droits humains luttant contre le racisme remporte un prix international

Mamadou Ba, da SOS Racismo - captura de ecrã YouTube, feita pelo autor

Mamadou Ba, de OS Racismo – arrêt sur image YouTube

La prise de conscience et le débat sur le racisme se sont intensifiés au Portugal au cours des quatre dernières années. Alors que les incidents racistes sont nombreux dans les sphères politique et médiatique, certains militants gagnent enfin le respect et la reconnaissance qu'ils méritent. Mamadou Ba, un éminent militant vivant au Portugal qui a consacré sa vie à lutter contre le racisme et les discours haineux, a récemment remporté le Prix des défenseurs des droits humains en danger, décerné par Front Line Defenders.

Ce prix, ainsi qu'une série de réalisations et de reculs dans les relations raciales au Portugal, a suscité un débat sur les liens coloniaux du pays et les problèmes raciaux actuels.

La situation était particulièrement claire en 2019 lorsque, pour la première fois, trois femmes noires ont été élues au parlement portugais.

Les trois femmes élues, toutes d'origine guinéenne, sont Beatriz Dias du parti Bloco de Esquerda, Romualda Fernandes du Partido Socialista et Joacine Katar Moreira du parti Livre. Le gouvernement de Guinée-Bissau a qualifié leur élection de « moment historique » dans la démocratie portugaise.

Joacine Katar, la seule élue de son parti, a suscité le plus d'attention et de controverse. Après son élection, certaines personnes ont déclaré qu'elle ne devrait pas prendre ses fonctions car elle n'était pas portugaise et devrait même être expulsée vers son pays d'origine.

L'une des voix les plus critiques a été son collègue député, André Ventura, qui dirige l'un des partis d'extrême droite les plus conservateurs du Portugal. En réponse aux critiques, le parti de Joacine a déploré qu'au lieu d'inspirer une célébration de ses réalisations, cette élection ait conduit à des attaques contre sa personne. Voici un extrait de cette déclaration :

Face aos contínuos ataques de carácter e referências de índole racista e sexista por parte de deputados e dirigentes partidários da direita, nomeadamente do CDS-PP e do partido de extrema-direita “Chega”, e que têm como alvo a deputada Joacine Katar Moreira, deputada única representante do partido LIVRE, o LIVRE não pode deixar de repudiar veementemente esses ataques e o uso de uma linguagem depreciativa e difamatória, que perpetua estigmas racistas e sexistas na sociedade portuguesa.

Face aux attaques personnelles continues et aux références racistes et sexistes de la part de députés et de dirigeants de partis de droite, notamment du CDS-PP et du parti d'extrême droite « Chega », à l'encontre de Joacine Katar Moreira, l'unique représentante du parti LIVRE, celui-ci ne peut que rejeter vigoureusement ces attaques et l'utilisation d'un langage désobligeant et diffamatoire qui perpétue les préjugés racistes et sexistes dans la société portugaise.

L'attaque de Ventura a également été perçue comme une stratégie visant à délégitimer les personnes de couleur dans la sphère politique et à affaiblir les politiques qui promeuvent l'égalité raciale-ethnique, comme le raconte un média local.

Le 19 mai, Katar a publié un message sur sa page Facebook dans lequel elle soulignait la nécessité de lutter contre le racisme :

A 21 de Março comemoramos o Dia Internacional de Luta pela Eliminação da Discriminação Racial. Pedi a 100 pessoas que usassem a sua voz e palavra para se manifestarem. E peço-vos que as escutem. O racismo combate-se com o Lugar de Escuta. A 20 e 21 de Março publicarei aqui 100 cartões. Obrigada e a Luta é de todas e todos!

Le 21 mars, nous avons célébré la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. J'ai demandé à 100 personnes d'utiliser leur voix et leurs mots pour s'exprimer. Et je vous demande de les écouter. Le racisme se combat à partir d'une position d'écoute. Les 20 et 21 mars, je publierai ici 100 cartes. Merci; le combat est pour tous !

Malheureusement, Katar n'est pas la seule personnalité politique à faire face à un retour de bâton raciste. En août 2020, un courriel anonyme a été envoyé aux députées Mariana Mortágua et Joacine Katar Moreira leur donnant « un délai de 48 heures » pour « démissionner de leurs fonctions politiques et quitter le territoire portugais. » L'auteur menaçait de s'en prendre aux membres de leur famille si elles n'obtempéraient pas, afin de « garantir la sécurité du peuple portugais ».

Dans un autre cas flagrant de racisme, des fans de sport ont inondé la page Facebook du sportif du club de Lisbonne Hugo Gil e Benfica de commentaires racistes attaquant un commentateur de la chaîne Televisão Pública de Portugal, RTP, après qu'il ait critiqué Gil e Benfica. Après l'incident, Gil e Benfica a lancé un appel public à ses followers de cesser de diffuser de tels commentaires :

Lamento pessoal, mas neste campo eu sou completamente contra. E nesta luta eu estou ao lado do Blessing ou outra pessoa, mesmo que o tenha criticado numa opinião sua.
Não é fácil controlar tantos comentários e isso não serve de desculpa. Sinto-me envergonhado com esta situação e qualquer comentário passará a ser condenado e apagado. Somos muito mais do que isto. As minhas mais sinceras desculpas.
PS: Obrigado às pessoas que me alertaram e se preocuparam com a situação.

Je suis désolé, mais sur cette question, je suis totalement contre. Et dans ce combat, je suis du côté de Blessing ou de n'importe qui d'autre, même si vous les avez critiqués selon votre propre opinion.

Il n'est pas facile de gérer autant de commentaires, et ce n'est pas [juste] une excuse. J'ai honte de cette situation et tout commentaire [de ce genre] sera condamné et supprimé. Nous valons bien plus que cela. Je vous présente mes plus sincères excuses.

PS : Merci aux personnes qui m'ont alerté et se sont inquiétées de la situation.
#NONauracisme

La reconnaissance

Toutes ces affaires ont abouti récemment à la reconnaissance de Mamadou Ba qui est membre du mouvement SOS Racisme depuis 1999 et membre fondateur de plusieurs organisations nationales et européennes de défense des droits des migrants et des personnes racisées.

Mamadou est l'une des voix les plus marquantes du mouvement antiraciste au Portugal. Il est également souvent pris pour cible par les mouvements d'extrême droite et néonazis.

Par exemple, au début de 2020, Mamadou Ba a reçu à son domicile une lettre contenant une menace de mort. En février 2021, une pétition en ligne a été lancée pour le déchoir de sa citoyenneté portugaise et l'expulser du Portugal. Et depuis juin, le siège de SOS Racisme a été vandalisé à deux reprises avec des croix gammées et des insultes racistes.

#FLDAward

Notre deuxième lauréat d'Europe et d'Asie centrale est Mamadou Ba de SOS Racismo, #Portugal.

Né au Sénégal et immigré, Mamadou a consacré sa vie à l'activisme antiraciste. (suite) https://t.co/iGBSb9Ij8N pic.twitter.com/6HE0aWsGpb

— Front Line Defenders (@FrontLineHRD) 24 novembre 2021

En reconnaissance de ses efforts, Front Line Defenders a décerné le Prix pour les défenseurs des droits humains en danger au militant Mamadou Ba, sur une liste comprenant divers militants internationaux.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site