Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Acharnement pénitentiaire contre le blogueur et journaliste Slim Boukhdhir

Au cours des dernières semaines, le blogueur et journaliste tunisien Slim Boukhdhir, âgé de 39 ans et emprisonné, subit une série de brimades à la prison de Sfax où il est détenu depuis le 4 décembre 2007. Slim Boukdhir a été condamné par un tribunal tunisien pour “agression d'un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions” et “atteinte aux bonnes moeurs”.

Son épouse, Dalenda Boukhdhir, a confié à Global Voices que les autorités de la prison on placé Slim en “cellule sèche” pendant trois jours, du 20 au 23 mars, sans accès à l'eau dans sa cellule. Cette mesure a encore agravé son état de santé, dit-elle. Mme Boukdhir a signalé les conditions de détention de son mari à la Croix Rouge et espère que les officiels de la Croix Rouge pourront lui rendre visite en prison. Slim Boukhdhir a entrepris plusieurs grèves de la faim pour protester contre ses conditions de détention. Il a renoncé à sa dernière le 2 février 2008 à la demande de son épouse.

“Interdire à un prisonnier de voir sa famille et de disposer d'un endroit salubre est une violation des droits humains” a déclaré Reporters sans frontières . “L'injustice faite au journaliste en le condamnant à un an de prison est agravée par ses conditions de détention. Se mettre en grève de la faim est devenu pour lui l'unique moyen de se faire entendre”.

Nous reproduisons ci-dessous une alerte de Luiza Toscane, une militante, mise en ligne sur le forum du site tunisien Nawaat.

Lors de la visite qu'elle a rendu jeudi 13 mars à son mari, Slim Boukhdhir, journaliste incarcéré à la prison de Sfax, Dalenda Boukhdhir a pu constater que l'acharnement des autorités pénitentiaires à l'endroit de son mari ne connaissait pas de répit : ce dernier lui a dit que non seulement il vivait toujours dans sa cellule infecte et exiguë, mais aussi que depuis trois jours, il n'avait plus accès à un point d'eau. Les autorités pénitentiaires ont fait couper l'eau, et à la différence de ses co- détenus, il ne peut sortir pour se laver ailleurs.

Slim Boukhdhir a alors envisagé une nouvelle grève de la faim pour protester contre cette nouvelle atteinte à ses droits élémentaires, projet que ses proches lui ont proposé d'abandonner. Et aujourd'hui, le couffin de nourriture qui lui a été apporté par sa mère a été accepté par l'administration pénitentiaire, signe que le détenu aurait consenti à renoncer à sa grève, signe aussi que Slim Boukhdhir renvoie la balle dans le camp des défenseurs des droits de l'homme : à nous d'exiger que soit mis un terme à ses conditions infra humaines d'incarcération, à nous de tout mettre en oeuvre pour sa libération.

Slim Boukhdir a été arrêté le 26 novembre 2007. Il avait commencé à bloguer sur la plateforme de blogs arabes Maktoob Blogs après avoir perdu son travail au journal tunisien “Akhbar Al-Joumhurya” (Nouvelles de la République) en août 2004. En juillet 2007, son blog a été piraté et détruit. Jusqu'à son arrestation , Slim Boukhdhir a travaillé comme correspondant pour le site de la chaîne de télévision satellitaire Al-Arabiya TV Website, pour le quotidien pan-arabe basé à Londre Al Quds Al Arabi et pour le portail Internet allemand Qantara .

Sami Ben Gharbia

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site