Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Costa Rica : un malade raconte sa vie face au cancer

Un blogueur du Costa Rica, âgé de 45 ans, qui vient d'apprendre qu'il était atteint du cancer, a décidé de partager le récit de son combat contre la maladie sur un blog [en espagnol], avant même d'en informer sa famille. Son récit commence ainsi :

Como lo hago desde hace varios años, alrededor de la fecha de mi cumpleaños me hago un chequeo médico general. El viernes me confirmó el médico que en las radiografías de los pulmones apareció una mancha que definitivamente es un cáncer de pulmón. Nunca he fumado, más que en un período de rebeldía cuando tenía dieciséis años.

Comme depuis plusieurs années, près de mon anniversaire, j'ai fait un bilan de santé. Le 25 juillet 2008, le médecin m'a dit qu'il y a une tache sur une radio de mes poumons, qui est un cancer. Je n'ai jamais fumé, sauf durant une période de rébellion quand j'avais 16 ans.

Ce blog, intitulé Diario de Un Enfermo de Cáncer (Journal d'un Malade du Cancer) se poursuit avec la description de la réaction de sa famille [en espagnol] quand il lui a appris la nouvelle de sa maladie :

Ayer me armé de valor y les conté a mi esposa e hijos que tengo cáncer. Las acciones de la Scott Paper de seguro van a subir, de la cantidad de Kleenex que usamos.

Mi esposa es una mujer ejemplar. Valiente, a pesar de esa suavidad de carácter por la que todo el mundo la quiere. Aunque derramó algunas lágrimas, se mantuvo ecuánime y nos infundió valor a todos. Está segura de que podemos vencer al cáncer, así en plural, entre todos. No podemos darnos por vencidos. Como a mi me gusta mucho el futbol, me dice que terminó el primer tiempo 0-1, pero aún tenemos otros 45 minutos para remontar el marcador.

Hier je me suis armé de courage et j'ai appris à ma femme et à mes enfants que j'ai le cancer. C'est sûr que le cours des actions Scott Paper va monter, vu la quantité de Kleenex que nous avons utilisés.

Mon épouse est exemplaire. Courageuse, malgré la douceur de son caractère qui fait que tout le monde l'aime. Même si elle a versé quelques larmes, elle est restée calme et nous a donné à tous du courage. Elle est certaine que nous pouvons vaincre le cancer, comme ça, au pluriel, à nous tous. On ne peut pas se sentir battus. Comme j'aime beaucoup le football, elle me dit que la première mi-temps s'est terminée sur le score de 0-1, mais qu'on a encore 45 minutes pour revenir à la marque.

Même si ce blog vient de démarrer, il a déjà reçu toute une série de vœux de guérison, et d'autres commentaires à propos de sa maladie. L'auteur du blog a encore rédigé un billet juste avant son opération, expliquant qu'il avait dû former de manière intensive son épouse à la gestion financière du foyer, au cas où le pire se produirait. Ce billet est aussi pour lui l'opportunité d'expliquer que face à l'éventualité de sa mort, il n'a pas peur de mourir, mais qu'il a peur de ce qu'il pourrait manquer [en espagnol]:

Lo que si me preocupa es no vivir lo suficiente como para “ver el final de la película”. Mis hijos están muy chiquillos, y son lo mejor que me ha pasado en la vida. Tal vez soy egoísta, pero no quiero perderme un día de sus vidas. Quiero seguir disfrutándolos, quiero seguir riéndome con sus ocurrencias, babearme con sus talentos, en fin, quiero seguir presente en sus vidas.

Ce qui vraiment me préoccupe est de ne pas vivre assez longtemps pour “voir la fin du film”. Mes enfants sont encore petits, et ils sont la meilleure chose qui me soit arrivée dans ma vie. Je suis peut-être égoïste, mais je ne veux pas manquer un jour de leur vie. Je veux continuer à profiter d'eux, je veux continuer à rire à leurs bon mots, à admirer leurs talents, pour tout dire, je veux rester présent dans leurs vies.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site