Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Malaisie: Tirer les leçons des inondations catastrophiques

La semaine dernière, des inondations ont touché plusieurs régions de la province du Sarawak en Malaisie. Plus de 8000 habitants du district de Bau ont été évacuées vers 24 abris temporaires. Ces inondations sont les pires survenues en trois ans. Le niveau de l'eau est monté jusqu'à la ceinture.

Inondations à Bau, Sarawak. Photos mises en ligne sur le blog de Denis

Le blog A better future [en anglais] recommande au gouvernement de tirer les leçons du désastre engendré par les inondations.

Immediate relief was going on quite well but the Government could have done better if they had marked all the flood sections of the roads with bamboo poles or other alternatives with clear signs to show how deep the flood level is. It would have made it easier for monitoring as well as for traffic to decide whether to “swim” through or not. These markers can be used for future planning especially in the upgrading of the main trunk roads.

Thus unless we have proper records of flood levels in flood prone areas to guide future planning and implementation of projects, we will have more unnecessary problems due to poor implementations by the respective agencies involved in future.

Hopefully the Government has learned all the lessons so that future floods will be less disruptive, not only in Bau but throughout Sarawak and if possible Malaysia. The main trunk roads should be built to be weather-proof, meaning the level to which they must be constructed must be above the highest known flood level. Police stations and critical government buildings must be sited in non flood prone areas, where possible. If not, then the site of any buildings should be dumped to raise it above the known flood level at the very least. Access to these buildings must be also flood proofed where possible.

Les secours d'urgence ont été plutôt efficaces mais le gouvernement aurait pu mieux faire s'il avait fait indiquer toutes les portions de routes inondées par des perches en bambou ou par d'autres éléments explicites permettant d'évaluer la profondeur de l'eau. Cela aurait rendu les opérations de surveillance plus aisées et aidé les personnes motorisées à choisir entre s'engager dans la traversée ou pas. De tels repères pourraient être retenus lors d'aménagements futurs, notamment dans le cas de la rénovation des principales routes nationales.

Ainsi, à moins que l'on ne consigne sérieusement les niveaux atteints par l'eau dans les zones à risque et que l'on en tienne compte lors d'aménagement futurs et de mises en route de nouveaux projets, nous continuerons de rencontrer des problèmes inutiles dûs à une mauvaise gestion des projets par l'ensemble des acteurs impliqués.

Avec un peu de chance, le gouvernement aura tiré toutes les leçons du drame et les inondations futures causeront moins de perturbations, non seulement à Bau mais dans l'ensemble du Sarawak, voire de la Malaisie. Les principales routes nationales devraient être conçues pour résister aux caprices du temps. Elles doivent donc être construites au dessus du niveau le plus haut atteint par les flots lors des inondations. Les postes de police et les bâtiments gouvernementaux majeurs doivent être situés dans des zones non-inondables partout où c'est possible. Quand ce n'est pas le cas, il faudrait au minimum abandonner les bâtiments actuels afin de les rebâtir au dessus du niveau maximal atteint par l'eau lors d'une inondation. L'accès à ces immeubles doit aussi être protégé en cas d'inondation là où c'est possible.

Le blog The Lost Aborigine [en anglais] presse les dirigeants du pays de donner la priorité aux problèmes soulevés par les inondations sur d'autres sujets étrangers.

How about the flood relief to those affected area especially those poor villages like Serian, Padawan, Bau and some in Sibu and Miri? Why we so busy with Gaza but our own people are helpless and dying? The Malaysian attitude is that we ignore our household affair and get busy with other issue that it less related to us.

Qu'en est-il de l'aide apportée dans les zones touchées par les inondations, en particuliers celles où abondent les villages pauvres que sont Serian, Padawan et Bau ou encore Sibu et Miri ? Pourquoi nous sentons-nous si concernés par Gaza alors que nos concitoyens sont sans défense et en danger de mort ? En Malaisie, on préfère ignorer nos affaires internes et se concentrer sur un problème qui nous touche pourtant moins directement.

Sur son blog [en anglais], Nana Natu note que les inondations ont été les pires vécues en 20 ans :

Sarawak River showed yesterday its might when it burst it banks and water spilled into Kuching Waterfront.And the floods descrides by Kuchingites as the worst flood in 20 years, caused massive trafic jam, halted business and caused panic among some who anticipated that worst was yet to come. There were no warnings. The flood this year is worse then the one in 2004.And the floods caused 119 schools closed.

La rivière Sarawak a montré sa puissance, hier, lorsqu'elle est sortie de son lit pour aller se répandre à travers les quartiers limitrophes à Kuching. Et les inondations, décrites par les habitants comme les plus graves survenues en 20 ans, ont provoqué d'importants embouteillages, interrompu la vie économique et causé des scènes de panique chez quelques personnes persuadées que le pire était encore à venir. Il n'y a eu aucun signal d'alerte. L'inondation de cette année est plus importante que celle de 2004. Et en 2004, 119 écoles avaient dû fermer.

Sur le blog Souding intelligent [en anglais], on peut lire quelques hypothèses sur les causes des inondations :

I am in no position to say what the actual cause of the recent flood is but I firmly believe that it is man-made. After all, who constructed levees that forced rivers into narrow channels? Who destructed the wetlands that once absorbed excess rainfall? Who contributed to global warming?

Global warming is a real threat. It is affecting weather patterns, creating a modest increase in violent downpours and melting ice all over the world, causing an avalanche of effects.

Despite these warnings, some people still continue to be selfish, refuse to switch to cleaner fuels or reduce their carbon footprints somehow.

Je ne peux prétendre pouvoir affirmer savoir ce qui a provoqué les récentes inondations mais je crois fermement à la responsabilité humaine. Après tout, qui a construit les digues coinçant les rivières dans des canaux étroits ? Qui a détruit les marais qui absorbaient autrefois l'excès de pluie ? Qui participe au réchauffement climatique ?

Le réchauffement de la planète est une menace réelle. Il affecte le climat en provoquant une légère augmentation des pluies violentes et de la fonte des glaces à travers le monde, ce qui entraîne une avalanche de conséquences.

Malgré ces avertissements, les gens continuent d'être égoistes, refusent de passer à des carburants plus propres ou de réduire d'une manière ou d'une autre leurs émissions de monoxyde de carbone.

Les inondations catastrophiques n'ont pas été limitées à la Malaisie. Elles ont également touché les Philippines, l'Indonésie et les Iles Fidji.

1 commentaire

  • Chris

    Bonjour, je suis installé depuis 2007 à Kuching (vers MJC, Batu Kawah, Jalan Stephen Yong) (actuellement en France pour 3 mois). Savez-vous si les maisons de ce côté-ci ont été touchées? Je prends conscience de la “catastrophe” en voyant les photos d’endroits que je connais…Je n’ai eu que quelques infos par le biais du Borneo Post Online. Merci d’avance.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site