Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie, Emirats arabes unis : Sulim Yamadaev est-il mort ou vivant ?

Selon certaines sources, Sulim Iamadaev [anglais], ancien commandant rebelle tchétchène et ancien commandant du bataillon russe Vostok («Est»), a été assassiné à Dubaï le 28 mars. D'après d'autres sources, il a survécu à la fusillade. (Pour plus d'informations sur le contexte, voir ici, dans la section Caucase de Radio Free Europe/Radio Liberty)

Ci-dessous, un choix de réactions de blogueurs russophones aux récits contradictoires de l'attentat contre Yamadaev.

L'utilisateur LJ voinodel29 mars :

Il y a toutes sortes de rumeurs officieuses ici. Que croire, ou ne pas croire ? Tué, ou blessé ?
Selon nos propres informations, très fiables, Sulim Iamadaev est en ce moment dans le coma .

Mise à jour : Life.ru écrit qu'il survivra. Ce n'est donc peut être pas si grave que cela. […]

L'utilisateur LJ voinodel30 mars :

On a le choix

Mort.
Vivant.

Les deux ont pour source [Issa, le frère de Iamadaev]. Les informations ont une demi-heure d'intervalle.

[…]

P.S. J'ai fait une recherche Internet. J'ai tapé «Iamadaev vivant» sur [le moteur de recherche] Yandex. [Rien.] Pas le moinde résultat. S'il s'avère que Life.ru a raison et que Yamadaev est effectivement en vie, cela ne changera sans doute absolument rien. Personne ne croira maintenant à Iamadaev. Interfax l'a dit, RIA Novosti aussi, tout comme la Première Chaïne. Mourez donc, Suleiman Bekmirzayevich [Sulim Iamadayev], ne gênez pas notre travail.

Mais, et Life.ru ?, – demanderait Suleiman Bekmirzayevich .

Life.ru, c'est la presse jaune, – lui répondrait-on. [Pas fiable.] Lisez plutôt RIA Novosti. Vous êtes mort. Lundi. Vous serez enterré dans les Emirats. Alors soyez prêt pour demain matin.

L'utilisatrice LJ savsane30 mars :

Il était une fois trois frères. Trois Héros de la Russie. Ils ont été tués tous les trois. L'aîné, en premier. Puis… et cetera. Je me suis rappelé récemment que Iamadaev avait construit une chapelle dans les environs de Moscou. Sur le territoire de l'Académie Militaire. Aucun des diplômés de cette institution n'a daigné le faire, sauf Iamadaev.

***

agitator_mass :

A l'hôpital de Dubaï, ils disent que Iamadaev est vivant.

savsane :

Alors ce sera la19e tentative d'assassinat ratée contre Sulim Iamadaev. S'il survit.

uliana :

Vous êtes sûre que c'est la 19ème ?

savsane :

Le héros principal lui-même ne pourra pas vous donner la réponse )

L'utilisateur LJ orkhan31 mars :

Ai passé toute la journée à appeler tous les quarts d'heures un ancien commandant d'une ancienne unité de renseignement de l'ancien bataillon Vostok sur son mobile :

- Du neuf ?
– Il est en vie.
– Tu es sûr ?
– Absolument.
– Nous avons des informations différentes ici…

J'ai continuer à surfer et à lui lire de [nombreux] articles, affirmant que c'était Sulim Iamadaev qui était mort dans un hôpital de Dubaï.

- Balivernes, il est vivant.
– Mais peut-être qu'il est déjà mort, et qu'on ne vous l'a pas encore dit – trois impacts, deux à côté du coeur.
– Calme-toi, s'il arrive quelque chose, je serai le premier à le savoir, et Sulim peut supporter encore pire.

J'avais l'impression, par sa voix, qu'il commençait à être un peu moins sûr de lui, et Internet continuait à répéter : mort, mort, mort. Il y avait des centaines de résultats, on rapportait que sa mort avait été confirmée officiellement par le [consul de Russie à Dubaï], ensuite ils ont commencé à citer des membres de la famille…

Vers 18 heures, j'ai perdu patience et [j'ai pris mes disposition pour rencontrer la source] […].

- Dis-moi la vérité.
– Vivant.
– Tu es sûr ?
– Il y a une demie-heure, ils étaient dans sa chambre d'hôpital, il a essayé de parler, reconnaissait les gens, et essayait même de sourire.
– […] Mes collègues [journalistes] m'appellent, [et disent que] les portes [de la maison de Iamadaev] à [Goudermes, en Tchétchénie] ont été ouvertes pour recevoir les visites de condoléances, il y a une confirmation officielle de son décès…
– Et qui l'a confirmé ?
– Un certain Krasnogor, de notre consulat aux Emirats.
– Dis donc, qui préfères-tu croire […], moi ou [un inconnu].

Je ne suis pas retourné au travail, mais suis rentré directement à la maison, en me disant : Combien de temps encore les types qui connaissaient [Iamadaev] personnellement vont-ils refuser d'y croire, en dépit de tout, et se dire en secret les uns aux autres lors de leurs rencontres : «Sulim est vivant en fait, toute cette histoire de Dubaï est un paravent parfait pour une retraite.»

Quand je suis rentré chez moi, j'ai allumé mon ordinateur portable et j'ai fait une recherche internet sur Iamadaev – une longue série de «mort», «mort», «mort», s'est terminée par [«vivant»]. Vraiment, pourquoi avais-je décidé de faire confiance à Krasnogor…

L'utilsateur LJ barabanch – 31 mars :

Une source rapporte : il y a une heure, Sulim Iamadaev était vivant. Maintenant aussi.

***

aleshru :

Alors qui est mort ?

barabanch :

N'importe qui sauf Iamadaev.

Le 2 avril, l'utilisateur LJ  tverdyi-znaka mis en ligne une chronologie sommaire en 17 points de la couverture plutôt confuse de l'attentat dans les médias russes, et il écrit :

[…] Ils n'arrivent toujours pas à déterminer avec certitude s'il est vivant ou mort, et ce n'est pas un poisson d'avril, c'est une triste réalité… Ça finit par devenir surréaliste.

Ci-dessous, d'autres réactions de blogueurs russophones et anglophones.

L'utilisateur LJ sapojnik :

En parcourant les informations, je vois ce titre : «Les noms des meurtriers de Sulim Iamadaev sont maintenant connus. Tous Russes.»

Et tout de suite après ça, un autre article : «[Le Quartier général des forces armées russes] a perdu quatre généraux principaux.»

Je pense : «Wouah».

L'utilisateur LJ abpaximov :

Parmi les versions de l'assassinat de Sulim Iamadaev, je n'ai pas encore vu celle affirmant qu'il a été l'oeuvre des services spéciaux géorgiens pour se venger de son rôle dans la guerre de 2008 avec l'Ossétie du Sud. Ou bien l'ai-je manquée ?

L'utilisateur LJ dobrokhotov :

Ainsi,  [Ramzan Kadyrov]a obtenu le retrait des troupes russes de Tchétchénie sans tirer un seul coup de feu, et a tué son dernier rival, Sulim Iamadaev (rappel : peu de temps auparavant, les hommes de Kadyrov ont abattu son frère, [Ruslan Iamadayev] [anglais] en plein centre de Moscou, et un peu plus tôt ils ont aussi tué [Movladi Baisarov] [anglais] sur l'avenue Lénine [à Moscou]. Que ce soit eux qui ont tué Anna Politkovskaia ou non,  aujourd'hui il ne reste plus une seule personnalité plus ou moins connue critiquant le meurtrier de masse, qui avait combattu [Chamil Bassaïev], [membre honoraire de l'Académie russe des Sciences], «Héros de la Russie», le président de la Tchétchénie Ramzan Akhmatovich Kadyrov.

Adrian Blomfield, correspondant à Moscou du Daily Telegraph, a écrit ceci [anglais] sur le blog du journal, et a mis en ligne ces mises à jour sur Twitter :

30 mars 12h14 :

Sulim Iamadaev abattu, blessé à Dubaï. Cela pourrait-il faire rebasculer la Tchétchénie dans des troubles ? C'est le plus récent mais le plus grave assassinat hors de Russie

30 mars 12h16 :

L'attentat contre Iamadaev prouve que la guerre de gangs de Tchétchénie se mène hors de Tchétchénie. Meurtres aussi à Moscou, Vienne et Istanboul.

30 mars 12h18 :

L'attentat contre Iamadaev incitera-t-il les dirigeants mondiaux à presser Poutine de réfréner Kadyrov ? Espérons. L'accumulation de cadavres devient grotesque.

Pour conclure, La Russophobe donne un «éditorial» [anglais] sur l'attentat de Dubaï, suivi d'un débat dans la section des commentaires – ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site