Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Australie sous le choc après le naufrage d'un bateau de demandeurs d'asile

[liens en anglais] Un bateau chargé d'une centaine de demandeurs d'asile iranien, irakiens et kurdes s'est brisé sur les récifs de l'île Christmas à proximité de l'Australie le 15 décembre, et au moins 30 passagers sont morts. Les habitants ont assisté par dizaines au naufrage et ont essayé de secourir les hommes, femmes et enfants qui luttaient contre les vagues déchaînées.

Stop the boats - Australian Liberal Party election poster

Le leader de l'opposition Tony Abbott avait pour slogan de campagne 'Arrêter les bateaux' pour les élections d'août 2010 (via Political Tarot)

Cette tragédie remet sur le devant de la scène le durcissement de la politique du gouvernement australien ces dernières années envers les demandeurs d'asile, qui pour ses détracteurs confine à la xénophobie. La mesure la plus controversée est la rétention des réfugiés arrivant par bateau dans des centres de détention offshore.

Le sort des réfugiés a été un thème central des élections fédérales d'août remportées par le parti travailliste, de centre gauche. La veille du naufrage, les câbles diplomatiques américains publiés par WikiLeaks révélaient que les Etats-Unis voyaient d'un oeil  critique la politique australienne envers les demandeurs d'asile, et trouvaient le débat hors de proportion avec le nombre de migrants arrivant dans les faits par cette voie.

La politique de la premier ministre Julia Gillard envers les réfugiés s'est trouvée en butte aux attaques acerbes à la fois de la droite et de la gauche, et un vigoureux débat s'est emparé des média et de la blogosphère.

Hoyden from Town rend hommage à ceux qui ont perdu la vie en mer :

Je n'arrive simplement pas à m'y faire. Tous ces malheureux. Des dizaines de morts et les habitants de l'île Christmas bouleversés d'avoir été incapables d'en arracher davantage à la mer déchaînée et aux récifs tranchants comme des rasoirs.

Evidemment les suspects habituels rabâchent leurs phrases usuelles. Peu importe le nombre de mythes sur les demandeurs d'asile discrédités par les simples faits, le vieil adage reste tristement pertinent : un mensonge peut faire le tour du monde avant que la vérité ait le temps de se chausser.

De Duckpond:

Le Premier Ministre rend responsables les passeurs pour le navire transportant plus de 100 réfugiés qui s'est brisé sur les rochers de l'île Christmas.

Cet argument ignore les motifs pour lesquels les gens prennent d'énormes risques en s'embarquant sur des bateaux souvent douteux pour faire le dernier tronçon de leur voyage en mer, qui, ainsi que le montre cette catastrophe, peut être traître. La plupart d'entre eux fuient des zones de guerre en Irak, Afghanistan et ailleurs, et qui pourrait le leur reprocher. L'Indonésie est peut-être hospitalière, malgré cela ils sont prêts à jeter les dés et à la quitter.

La détention est intentionnellement répressive. L'attitude du gouvernement Gillard ressemble à la pratique de Howard sans les coûts de la détention des réfugiés à Nauru.

Le commentateur de droite de News Limited Andrew Bolt n'a pas tardé à réagir à la tragédie, appelant à la démission de Mme Gillard et l'accusant d'avoir “du sang sur les mains” en n'ayant pas poursuivi la politique impitoyable contre les demandeurs d'asile de son prédécesseur (article suivi d'un autre éditorial sur le même argument). Les propos virulents d'A.Bolt ont déclenché un débat acharné sur d'autres blogs et dans les commentaires à son article :

Adam C de Melbourne Publié à 8:44 le 16 décembre 2010

Si nous n'étions pas un pays à l'esprit aussi mesquin et avions une approche plus active et plus sécurisée pour amener ici ces désespérés, ce ne serait pas arrivé. Vous qui êtes en faveur d'une politique d'asile stricte, ces morts sont de votre faute.

C'est évident ! de Melbourne Publié à 8:47 le 16 décembre 2010

Une approche “compassionnelle” ne fera qu'augmenter le flux de réfugiés-ces gens ne fuient pas la persécution mais cherchent un mieux économique. Une personne persécutée chercherait l'abri disponible le plus proche-ce n'est PAS l'Australie. Le fait est que notre politique d'allocations aux demandeurs d'asile engraisse des trafiquants déjà prospères et ces gens cheminent vers un improbable endroit lointain. Ceci parce que nous avons une invraisemblable (et hautement profitable aux criminels qui gèrent le business des boat people) politique d'asile et des avantages sociaux généreux. Et voilà les réseaux d'aide ! Ces pertes de vies humaines sont terribles et les passeurs sont à blâmer-en même temps que la mollesse du gouvernement. D'ailleurs, des quantités d'Anglais ont aussi perdu la vie dans des naufrages tout au long de nos côtes !

Elizabeth Meryl Streep Publié à 8:49 le 16 décembre 2010

Je suis d'accord que tout Premier Ministre ayant du “sang sur les mains” devrait démissionner. John Howard aurait dû démissionner pour les mensonges sur la guerre d'Irak ! Un pays que fuient la majorité de ces demandeurs d'asile !!! John Howard aurait dû démissionner pour les mensonges sur le Tampa et les “enfants par-dessus bord”. Des centaines de demandeurs d'asile ont été diabolisés et rendus victimes juste pour qu'il puisse gagner une élection ! John Howard aurait dû démissionner pour les 300 millions de dollars de commissions versées à Saddam Hussein par AWB – sous son nez ! Un argent utilisé par Sadam pour tuer et torturer son peuple – ces Irakiens qui ont payé les vils passeurs pour fuir le pays parce qu'ils craignaient pour leur vie ! Et comment que je suis pour la démission des Premiers Ministres s'ils ont contribué directement ou indirectement à la mort et aux blessures de civils innocents ! Vous n'êtes pas d'accord, M. Bolt et tous vos ploucs de sympathisants racistes ???

Plusieurs blogueurs ont aussi discuté du texte d'A. Bolt. Sur Club Troppo :

… L'argumentation de M. Bolt contient une supposition que la continuation de la Solution Pacifique/Nauru aurait abouti à un faible nombre continu d'arrivées. Comme je l'ai montré dans mon précédent billet esquissant l'abolition de la détention universelle obligatoire, cette supposition est hautement douteuse car il n'a été connu du public que peu de temps avant la défaite du gouvernement Howard en 2007 que la plupart des détenus de Nauru recevaient peu à peu des visas de protection et étaient admis en Australie. Nous n'avons pas de certitude que les chiffres d'arrivées de bateaux auraient inexorablement grimpé à partir de ce moment quel que soit le parti au pouvoir, mais c'est une présomption raisonnable que les démagogues comme M. Bolt s'abstiennent de mentionner et à plus forte raison de considérer sérieusement.

(…)

Parmi ceux qui cherchent à faire faussement croire aux Australiens qu'il existe une solution magique au problème des des demandeurs d'asile, il y en a peut-être qui sont sincères, mais ils n'aident sûrement pas à créer un débat rationnel en vue d'une politique réalisable même si inévitablement imparfaite.

Le blogueur Pure Poison fustige l'article d'A. Bolt comme “répugnant et macabre” :

On repêche encore des corps, qu'il y a au moins un éditorialiste de News Ltd pour essayer déjà d'exploiter politiquement la tragédie de l'île Christmas

Pure Poison complète ensuite le billet avec un lien vers un “retour spectaculaire” à Bolt par Jack Marx sur un blog du Daily Telegraph. Et de citer le texte :

Il y a peu de postures aussi perfides que celle de la brute qui déguise sa cruauté en une forme d'amour. Les professeurs sadiques d'autrefois aimaient ça – les sourcils froncés et le faux air de regret lorsqu'ils vous donnaient des coups de canne “pour votre bien” – et l'histoire de la xénophobie regorge de salauds qui maquillent leur barbarie en compassion humaine pour ceux-là même qu'ils cherchent à opprimer. Les demandeurs d'asile qui se sont noyés la nuit dernière devant l'île Christmas venaient à peine de s'arrêter de respirer que ce genre de goules avaient commencé à chevaucher leurs os détrempés, en revendiquant fièrement la tragédie comme une justification de leurs croyances méprisantes, leur allergie aux étrangers camouflée derrière une démonstration nauséabonde de prévenance pour ces mêmes vies dont ils se f$#@&ent complètement.

Café Whispers se déchaîne contre la droite qui tente de tirer un bénéfice politique d'une tragédie humaine, tout en proposant des solutions possibles pour éviter que la catastrophe se reproduise :

Veuillez laisser de côté vos loyautés politiques. Il est évident que les Travaillistes ou la Coalition ne peuvent pas faire émerger une politique réalisable qui empêchera les boat people de venir en Australie. Ce ne sont pas les gens qui veulent fuir vers notre pays qui me posent problème, mais qu'ils soient utilisés comme instruments politiques et je ne veux certainement pas les voir mourir dans leurs tentatives de toucher nos côtes. Je suis particulièrement dégoûté par l'extrême droite qui a essayé de gagner une avance politique pour ses préférés grâce aux récentes morts sur l'île Christmas. A mon sens cela fait ressortir ce qu'il y a de pire dans le caractère australien.

Café Whispers propose ensuite des solutions alternatives, dont la gestion des réfugiés en Indonésie et l'application de sanctions plus sévères contre les trafiquants d'êtres humains.

Les demandeurs d'asile continuent à faire surgir les sentiments plus crus chez les Australiens. La question frappe au coeur la société australienne, et l'auto-perception disputée de l'Australie comme nation soit raciste, soit humanitaire. Pour reprendre la critique des Etats-Unis dans les câbles fuités, les demandeurs d'asile ont été instrumentalisés à des fins de politique intérieure, sans qu'aucune partie ne soit disposée à “calmement et rationnellement mettre la question en perspective”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site