Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Palestine : La blogueuse Rasha Hilwi n'est pas la bienvenue en Tunisie

Rasha Hilwi, une Palestinienne d'Israël, est une célèbre journaliste et blogueuse, au nombre des blogueurs palestiniens recalés de visas en Tunisie pour assister à la 3ème Rencontre des Blogueurs Arabes, du 3 au 6 octobre 2011. Global Voices s'est entretenu avec Rasha, à propos de son activité de blogueuse, de son travail, et sur son ressenti devant son interdiction de participer à la rencontre.

Global Voices (GV) : Depuis quand bloguez-vous ?

بدأت بالتدوين في العام 2007، وأنشأت مدونتي “زغرودة”، اختياري لهذا الإسم جاء من منطلق مفهوم “الزغرودة” في تراثنا الفلسطيني، والتي بدورها تجمع ما بين الفرح والحزن. وهذا عالمنا، المليء بتفاصيل السعادة، الحزن، الألم والأمل، الحبّ والفراق، الاشتياق..والتي تحتويها “الزغرودة” كلّها.
Rasha Hilwi (RH) : J'ai commencé à bloguer en 2007 quand j'ai démarré mon blog “Zaghroda” (ululation). Mon choix de ce nom découle du concept de “zaghroda” dans notre culture palestinienne, qui selon les moments peut signifier joie ou tristesse. Tel est notre univers, rempli d'éléments de bonheur et de chagrin, de douleur et d'espoir, d'amour et de séparation, et de nostalgie. Tout cela est contenu dans la “zaghroda”.
Rasha Hilwi

La blogueuse palestinienne Rasha Hilwi (Crédit photo : Ehab Shukha)

GV : Vous êtes une journaliste qui écrit pour divers journaux et sites internet, quel type de sujet vous fait alors décider d'écrire un billet de blog plutôt qu'un article?

مدونتي تجمع “عالمي الكتابي”، ففيها مقالاتي وتقاريري الصحافية والتي تختص بالفنّ والثقافة في فلسطين والعالم العربيوالسياسة ومواضيع تخص قضايا الشباب الفلسطيني. وفيها نصوصي الأدبية المنشورة وفيها خواطري الخاصة التي تُنشر فقط عبر صفحات المدونة. في معظمها تحكي تفاصيل حياتية أعيشها في بلدي أو بالخارج، مع أصدقائي، في العمل، هي التفاصيل الخاصة والتي من الممكن عاشها أو يعيشها غيري، إن كان في فلسطين أو العالم. هي التفاصيل الحياتية التي لا نعلم أحياناً إنها تُشبه تفاصيل حياتية لأشخاص آخرين، نعرفهم أو لا نعرفهم. هي إنسانيتي كفلسطينية- و”الحقيقة في التفاصيل”.
RH : Mon blog est le lieu où est rassemblé mon “univers d'écriture” ; vous y trouverez mes articles, mes chroniques sur l'art et la culture en Palestine et dans le monde arabe et sur la politique et les questions concernant la jeunesse palestinienne, et mes textes littéraires publiés. S'y ajoutent mes réflexions qui ne sont publiées que sur mon blog. Elles parlent pour la plupart des moments de ma vie chez moi ou en voyage, quand je suis avec des amis et au travail. Ce sont des circonstances personnelles que quiconque peut vivre ou avoir vécues, en Palestine ou ailleurs dans le monde. Ce sont des détails de la vie dont nous ne nous apercevons parfois pas qu'ils sont ressemblent aux détails de la vie des autres, que nous les connaissions ou pas. Ils sont mon humanité de Palestinienne. “La vérité est dans les détails.”

GV : Tenir un blog, est-ce répandu chez les Palestiniens en Israël ?

مفهوم التدوين ليس شائعاً لكنه موجود وبشكل عميق عند الفلسطينيين في الـ 48. لربما هو يأخذ منحى آخر، بعيد عن استخدام الأسماء المستعارة في النشر. قلائل من المدونيين الفلسطينيين في الداخل ينشرون بأسماء مستعارة، إلا أنهم موجودون ومؤخراً نشاطهم أصبح أقل. إلا أن الأغلبية تتعامل مع المدونة كموقع إلكتروني الخاص على شبكة الانترنت، الذي ينشر به كتاباته، مقالاته أو أعماله الفنّية أياً كانت.
RH : Le concept du blogging n'est pas répandu mais il a certainement une présence établie chez les Palestiniens dans [l'Israël de] 48. Il a peut-être pris une direction différente, à l'écart de l'utilisation de pseudonymes en ligne. Il y a peu de blogueurs palestiniens [en Israël] qui écrivent en ligne sous un pseudonyme. Mais il existe des blogueurs, même si leur activité a baissé ces derniers temps, et ils traitent en majorité leurs blogs comme des sites internet personnels où publier leurs écrits, articles, oeuvres artistiques ou que sais-je encore.

GV : Qu'en est-il de sites de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter : ont-ils une influence sur le mode de communication des Palestiniens en Israël, et peut-être sur leur organisation politique ?

بما يتعلق بالإعلام الشعبي وفلسطينيي الداخل (48) والتواصل فيما بينهم.. أعتقد أن لموقع الفيسبوك الاجتماعي أكثر شعبية في صفوف فلسطينيين الداخل، بما يتعلق بالاستخدام والتواصل ومنه التعبير عن الآراء والمواقف السياسية بالإضافة إلى هذا استغلال منصة الفيسبوك للترويج والإعلان عن نشاطات مختلفة؛ سياسية، ثقافية، فنّية أم إجتماعية كانت.
أما “التويتر”، فأشعر أنه مؤخراً بدأ يأخذ حيزاً أكبر في النشاط الافتراضي لدى فلسطينيي الداخل، خاصة الناشطين منهم في المجالات المختلفة وبالأخص السياسية.. وهذا بعد أن لوحظ تأثير التويتر على الإعلام الرسمي وإيصال صوت الشارع إلى العالم بسرعة. وإيصال الخبر في اللحظة الحقيقية.
RH : A propos des médias populaires et des Palestiniens à l'intérieur de [l'Israël de] 48 et leur communication mutuelle… je crois que c'est Facebook qu'ils utilisent le plus, pour la communication et l'expression des opinions et les prises de position politiques, à côté de l'usage de Facebook pour promouvoir et annoncer diverses activités, qu'elles soient politiques, culturelles, artistiques ou sociales.
Concernant Twitter, mon sentiment est qu'il vient de commencer à jouer un rôle plus important dans les activités en ligne des Palestiniens [d'Israël], en particulier des militants de différents domaines, surtout politique. Ceci, après la constatation de l'effet de Twitter sur les médias officiels, de même que la façon dont la voix de la rue pouvait rapidement atteindre le monde, et la distribution d'information en temps réel.

GV : Participez-vous à d'autre projets en ligne ?

أنا عضو في هيئة تحرير موقع “قديتا.نت”، موقع ثقافي سياسي، يرأسه كلّ من علاء حليحل وهشام نفّاع.
بالإضافة إلى كوني عضو في هيئة التحرير، فأنا أيضاً محررة زاوية الموسيقى في الموقع والتي تحمل إسم “موسيقديتا”.
بالإضافة إلى كوني جزء من شبكة المدونات العربيات والدنماركيات، والتي تلتقي مرتين من كلّ عام؛ التقينا مرة في القاهرة في شهر أيار 2010 ومرة في عمان في شهر كانون الأول 2010 (للأسف لم أتمكن من حضور هذا اللقاء) ومن ثم في نهاية أيار/ مايو 2011 في كوبنهاجن، وهذه الشبكة لديها موقع لكل المشتركات فيها، نعمل على كتابة مواد أسبوعية وفقاً لموضوع ما تختاره كلّ منا.
RH : Je suis membre du comité de rédaction du site web Qadita.net, un site culturel et politique, dirigé par Alaa Hlehel et Hisham Naffaa.
A côté de cette fonction, je suis aussi rédactrice de la section musique du site, appelée “Musiqadita”.
Je fais également partie d'un réseau de blogueuses, arabes et danoises [organisé par le PEN Danois], qui se réunit deux fois par an ; nous nous sommes rencontrées une fois au Caire en mai 2010, et une fois à Amman en décembre 2010 (mais malheureusement je n'ai pu être présente à cette réunion), puis fin mai 2011 à Copenhague. Ce réseau a un site pour toutes les participantes, sur lequel nous travaillons à l'écriture d'articles hebdomadaires, sur un thème que nous choisissons.

GV : Onze blogueurs palestiniens et vous avez été invités à assister à la 3ème Rencontre des Blogueurs Arabes qui a lieu en ce moment à Tunis, mais on ne vous a pas accordé de visas pour la Tunisie. Pouvez-vous nous dire ce qui s'est passé ? Une raison a-t-elle été donnée ?

لأسباب غير معروفة حتى الآن، وصراحة، لا أعلم لماذا هي غير معروفة! مُنعت أنا و12 مدون ومدونة فلسطينيين (من عكّا، الناصرة، حيفا، أم الفحم، غزة، رام الله والقدس) من الذهاب إلى تونس والمشاركة في المؤتمر.. وذلك لأن تأشيرات دخولنا رُفضت، بالرغم من إلتزامنا الكامل بالأوراق والمواعيد.
RH : C'est pour des raisons encore inconnues, et franchement, je ne sais pas pourquoi elles sont inconnues ! J'étais parmi douze blogueurs palestiniens (d'Akka, Nazareth, Haifa, Oum Al Fahm, Gaza, Ramallah et Jérusalem) qui ont été empêchés d'aller en Tunisie et de participer à la rencontre. Parce que nos visas d'entrée ont été refusés, bien que nous ayons produit tous les documents exigés et assisté aux rendez-vous requis.
كان يجب أن نشارك أصدقائنا العرب بأيام المؤتمر، لنتشارك الخبرات ونلقي نظرة قريبة وبعيداً عن الشاشات على تجربة كلّ مدون ومدونة، ونعطي فرصة لأصدقائنا المدونين بإلقاء نظرة عن قرب لكلّ ما يحدث في فلسطين التاريخية.. أو ببساطة، لمجرد الإلتقاء.. الحق الإنساني الأول.
Nous aurions dû pouvoir partager les journées de la rencontre avec nos amis arabes, rendre compte de notre vécu et regarder de plus près, hors écran, l'expérience de chaque blogueur. Donner l'occasion à nos amis blogueurs de voir de plus près ce qui se passe dans la Palestine historique. Ou simplement, seulement se rencontrer – le droit humain le plus élémentaire.
ربما، أصبح من غير المهم الآن ما هي الأسباب، هذا الرفض موجع، لأن منذ 18 كانون الأول/ ديسمبر أعتقدنا، ولا زلنا نعتقد، أن العالم يتغيير، وأن الغد يأتي إلينا بأيام أفضل.
كان من الممكن أن يكون هذا المؤتمر على أرض تونس الثورة فرصة للمدونيين الفلسطينين بأن يلتقوا بأشقائهم العرب وحتى ببعضهم البعض، فإبن رام الله ممنوع من زيارة حيفا، وإبنة حيفا ممنوعة من زيارة غزة، وإبن غزة ممنوع من زيارة القدس.. كان يمكن أن يكون هذا اللقاء على أرض تونس، التي احتضنت الفلسطينيين على مدار التاريخ.. لكنه لم يكن.

Peu importent maintenant peut-être les raisons. Ce refus est douloureux parce que depuis le 18 décembre [le début de la révolte en Tunisie] nous avons cru, et croyons toujours, que le monde est en train de changer, et que demain amènera des jours meilleurs.

Cette rencontre en Tunisie, le pays de la révolution, était une chance pour les blogueurs palestiniens de rencontrer leurs frères arabes, et aussi de se rencontrer (parce qu'un fils de Ramallah a interdiction de se rendre à Haïfa, et une fille de Haïfa d'aller à Gaza, et un fils de Gaza de se rendre à Jérusalem…). Ils auraient eu la possibilité de se rencontrer en Tunisie, qui a hébergé les Palestiniens dans le passé [en anglais]… Mais cela ne s'est pas fait.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site