Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : La possibilité de révoquer un élu proposée à la chambre des députés

[Liens en espagnol ou en anglais] Depuis un certain nombre de semaines, la Chambre des députés au Mexique discute d’une réforme politique qui, selon ceux en faveur de la mesure, modifierait les règles du jeu politique mexicain et changerait l'équilibre des forces vers plus de participation des citoyens.

Le 25 octobre 2011, après son examen par une commission de la Chambre des députés, l'initiative a finalement été débattue.

Cependant, il manquait des éléments que ses partisans considéraient comme  essentiels, tels que la réélection des maires et des législateurs et “la révocation du mandat”, plus communément connu sous le nom de ré-élection une procédure par laquelle les électeurs peuvent destituer un représentant par un plébiscite, avant la fin de son mandat.

Ce dernier point a été discuté avec une intensité exceptionnelle par la Chambre et sur des réseaux sociaux le 25 octobre.

Révocation

La possibilité de la mise en œuvre d’une ré-élection a eu  un écho important dans une société qui se sent constamment attaquée sur de nombreux fronts différents et ne se sent pas représentée par ailleurs, comme l'exprime Omar Bello (@Think_Omy)  :

Pido #RevocaciondeMandato para #JavierDuarte el peor inicio de un gobierno estatal en #Mexico #VerFollow #InfoVeracruz

Je demande une #réélection pour #JavierDuarte le pire début d'un gouvernement d'état (Vera Cruz)  au #Mexique #VerFollow #nfoVeracruz

L'initiative a été bloquée par un groupe de députés du Parti révolutionnaire Institutionnel (PRI), le parti écologiste vert  du Mexique (PEVM) et le Nouveau Parti d'Alliance (NPAL). C'est très ironique étant donné la campagne publicitaire lancée par RPI pour se faire appeler  ” Nouveau Parti d'Alliance ” et  leur volonté affichée de représenter de nouvelles idées et un nouveau leadership, comme Jorge Arturo Aguilar (@Jorge_GuitarP) l'a écrit :

En el #nuevoPRI no queremos #cosasnuevas que afecten nuestros viejos intereses aunque beneficien los de ustedes” #RevocacionDeMandato

Dans le #Nouveau Parti d'Alliance nous ne voulons pas de #nouvelleschoses qui affectent nos intérêts à long terme, mais qui sont bénéfiques aux vôtres #Réélections

Sandra GLG (@sandybell08) pose la question que sûrement beaucoup de Mexicains se posent également :

Si no tienen miedo de los ciudadanos y están seguros de su “buen” trabajo xq no aprueban #RevocacionDeMandato ?? #YoMePregunto

S'ils ne craignent pas les citoyens et sont si certains de leur “bon” travail, pourquoi ils n'approuvent pas le projet de loi sur #Réelections ? ? #IAskMyself (Je me le demande)

Et Doctora (@doctora) explose :

¿Cómo hemos podido mantener una clase política tan podrida, tan cínica y tan insensible por tanto tiempo? #RevocacionDeMandato

Comment avons-nous été capables d'avoir une classe politique si corrompue,  si cynique et si insensible pendant si longtemps ? #Réélections

L'unité que le PRI a maintenu durant les débats précédents a commencé à montrer certaines faiblesses lorsque certains députés se sont éloignés de la position du parti, comme Maite Azuela (@maiteazuela) le souligne :

3 diputados #PRI votaron a favor de revocación de mandato Miguel García Granados, Manuel García Corpus y Ricardo Abued cc @salcamarena

3 députés #PRI ont voté en faveur des réélections : Miguel Garcia Granados, Manuel Garcia Corpus et Ricardo Abued cc @salcamarena

José Merino (@PPMerino) résume avec ironie la situation :

Querid@s votantes, les negamos tener una democracia representativa en la que uds importen. Voten por nosotros en 2012. Atte, PRI-PVEM-PANAL

Chers électeurs, nous ne vous permettrons pas d'avoir une démocratie représentative dans laquelle vous êtes importants. Votez pour nous en 2012. cordialement, PRI-PVEM-PANAL.

Jesú S Robles Maloof (@roblesmaloof), indique avec sa précision caractéristique,

Podemos apoyar a un partido, a otro o a ninguno, lo que no podemos permitir es que sigan concentrando tanto poder. #RevocaciondeMandato

Nous pourrions soutenir l’un ou l'autre parti ou aucun d'entre eux, ce que nous ne pouvons pas permettre est qu'ils continuent à concentrer tant de pouvoir dans leurs mains. #Réélections

YONOFUI (@Yonofui), l’un des jeunes militants qui soutient cette réforme, après cette  journée si intense à la Chambre des députés, a conclu avant d’aller dormir avec ce message :

Creo que lograremos que MX de ese paso hacia adelante, nos va a costar trabajo, pero es muy posible

Je pense que le Mexique avancera après ceci, nous devrons travailler dur, mais c'est très possible.

Vignette-photo de la Chambre des députés par Tracy Wong (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site