Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Yémen : le 12 janvier, une journée sans qat

Ce billet fait partie de notre dossier central en anglais Yémen  2011

Le qat est une plante verte et feuillue qui contient un stimulant semblable aux amphétamines et est classée par l’Organisation mondiale de la Santé comme étant une drogue. Elle est mâchée presque quotidiennement par la majorité des Yéménites, hommes et femmes confondus. Fait attristant, même des enfants en mâchent parfois. Il s’agit d’une habitude sociale et d’une addiction plutôt coûteuse si l’on considère le fait que 45% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Comme je le fais remarquer dans mon blog:

Le qat est communément consommé dans les foyers yéménites et a des effets néfastes sur l’agriculture, l’économie, la santé et la société du Yémen. Un temps et des ressources considérables sont gaspillés à mâcher cette maudite plante, empêchant les Yéménites de penser ou de travailler à la construction du Yémen.

Cette vidéo  sur YouTube de FeatureStoryNews1 montre le rôle que joue le quat dans la vie des Yéménites ainsi que son impact dommageable :

La révolution qui a fait rage depuis 11 mois contre le président sortant Ali Abdullah Saleh et son régime en place depuis 33 ans afin d’obtenir du changement et qui s’est étendue à la lutte contre la corruption du gouvernement et des institutions publiques touche à présent la société via cette tentative de lutte contre le qat.

Hind Aleryani, un Yéménite vivant au Liban, a entamé une campagne dans les réseaux sociaux Facebook et Twitter dans le but de faire du 12 janvier 2012 une journée sans quat au Yémen. L’initiative a été bien accueillie tant dans le monde entier qu’au Yémen. De nombreux Yéménites se sont joints via Twitter et Facebook à la campagne et en ont fait la promotion. Parmi eux, on peut citer Tawakkol Karman,  lauréate du Prix Nobel de la Paix et un éminente militante yéménite, qui a utilisé le logo de la campagne comme photo personnelle pour son profil Facebook et a tweeté un lien conduisant à sa page Facebook  en signe de soutien.

@Dilmunite a posté sur le journal en ligne Bikya Misr un article bien écrit et  bien documenté sur le qat.

La campagne a immédiatement été soutenue par des Yéménites, des blogueurs, des journalistes et d’autres pages Facebook de Yéménites dont celle intitulée  “Yemen without Qat,” (Le Yémen sans qat) [arabe]. Cette page  a été activée dès juin pour appeler à la fin de la consommation du qat. La chaîne télévisée d’information yéménite Suhail, le journal en ligne Almasdaronline ainsi que beaucoup au Yémen dont les jeunes de la Place de la Liberté à Taiz  et de la Place du Changement à Sanaa (lieux des grands rassemblements en 2011) ont eux-aussi soutenu la campagne.

SadekMaktary, un militant qui vit à Taiz et l’un des organisateurs de la campagne avec Ammar Mojalli, a chargé sur sa chaîne YouTube une vidéo qu’il a réalisée pour diffuser les témoignages de gens soutenant la campagne :

Cette photo prise et postée sur Facebook par Jalal al-Samei montre des jeunes sur la Place du Changement portant des affiches imprimées et distribuées par le Conseil de coordination de la Révolution des jeunes pour le changement, lequel a aussi soutenu la campagne:

Youth in Change Square in Sanaa endorse the No Qat campaign

Les jeunes de la Place du Changement à Sanaa soutiennent la campagne #NoQatJan12 (Pas de qat le 12 janvier)

@brrhom, qui vit à Sanaa, a noté la volonté de changement des gens après la révolution :

Les Yéménites interagissent volontairement et de manière incroyable avec la campagne #NoQatJan12 (Pas de qat le 12 janvier). En effet, tout a changé depuis le début de la révolution.

Et voici une page sur Storify que j’ai composée à partir des réactions sur Twitter sur le qat et cet évènement.

Pour décrire quelques-unes des activités planifiées aujourd’hui, le journaliste @nelsherif a écrit ceci:

Les Yéménites organisent “une journée sans qat” afin de lutter contre la corruption “>http://bit.ly/w6rPEb #in #noqatjan12 #yemen

@WigdanGuneid, qui vit aux aux Etats-Unis, a conçu le logo de la campagne. Voici son affiche qui dit [arabe]: “Je suis un Yéménite ; qui veut du changement et ne mâchera pas de qat le 12 janvier “

Logo de la campagne #NoQatJan12 (Pas de qat le 12 janvier)

 

@alguneid, son père, qui en est fier et est de surcroît un militant connu, a tweeté :

Notre album artistique par @WigdanGuneid 4 #NoQat12Jan (Pas de qat le 12 janvier) est en cours d’élaboration  p.twimg.com/Aicpf56CAAAmdq p.twimg.com/AiWelVVCMAAHmn…

@FozYaya a conçu une autre affiche qu’il a tweetée :

#NOQatJan12 (Pas de qat le 12 janvier) pic.twitter.com/zYM5CbOX

Voici son affiche:

Dites non au qat. Une affiche de Fawzi Yahya

@FozYaya a monté aussi une vidéo qu’il a postée sur sa chaîne YouTube pour montrer la manière dont les Yéménites pouvaient changer et pour les appeler à cesser durant une journée, le 12 janvier, de mâcher du qat:

@ameerah1yemenia, qui vit aux Etats-Unis, manifeste son soutien :

#SupportYemen #NoQatJan12 #No2Corruption #Yemen (Soutenez le Yémen. Pas de qat le 12 janvier. Non à la corruption au Yémen)

@ichamza, un médecin et un militant, rappelle :

Ne mâchez pas de qat pendant une journée! Des cancers de la gorge et de la bouche vous guettent! #Yemen #NoQatJan12 (Pas de qat le 12 janvier au Yémen)

Il a ajouté ceci :

Je ne pense pas que le qat soit le pire problème du Yémen #Yemen! Mais croyez-moi, ça n’arrange pas les choses et cela entraîne des gaspillages de ressources. #NoQat12Jan (Pas de qat le 12 janvier)

@Afrahnasser, une blogueuse yéménite connue qui réside pour l’heure en Suède, calcule le temps gaspillé par le qat :

Un citoyen ordinaire au Yémen gaspille 8 heures à rechercher de l’argent pour le qat, 8 autres heures à mâcher ce dernier et les 8 heures restantes à dormir @NoonArabia

Elle a souligné aussi combien le qat était un frein au développement:

Les Yéménites #Yemen possèdent le plus grand potentiel pour devenir l’un des pays les plus développés mais le qat est le premier des obstacles . #NoQatJan12 (Pas de qat le 12 janvier)

@Samwaddah, qui vit au Canada, a aussi monté une vidé sur sa  chaîne YouTube afin de mettre en lumière ce problème très dangereux  que représente la traditionnelle transmission aux enfants du masticage du qat. Un danger d’ailleurs que semblent ignorer de nombreux parents ou dont ils paraissent ne pas avoir conscience du moins. Voici la vidéo:

La campagne a été le fruit d’une collaboration entre de nombreuses personnes qui sont demeurées devant leurs claviers et derrière leurs écrans par profond souci du bien-être des Yéménites. Celles-ci ont réussi à faire passer leur message aux gens qui en ont fait une réalité dans les rues. C’est aussi l’une des nombreuse démarches menées dans cette ambitieuse mission pour éliminer le qat au Yémen.

@Ghanem_M:

La campagne #noqatjan12 (Pas de qat le 12 janvier) est une première étape pour débarrasser un pays de son addiction #yemen

@ArabsUnited, qui vit au Royaume-Uni, a ajouté ceci:

La campagne “Pas de qat le 12 janvier” #NoQatJan12 a une portée éducative et ouvre la voie à l’élimination d’une habitude destructrice qui gaspille des ressources.  – Lentement mais sûrement..

@SummerNasser, un jeune Yéménite qui vit aux Etats-Unis :

Nous devons trouver une alternative au Yémen #Yemen pour ceux qui mâchent et/ou vendent cette plante. Cette campagne doit fondamentalement ” prendre la température” #NoQatJan12 (Pas de qat le 12 janvier)

Enfin, ce sont les Yéménites et leurs choix actuels et futurs qui détermineront le succès de cette campagne.

Et comme je l’ai conclu dans mon blog:

Il faut espérer que les Yéménites qui sont des gens déterminés, représentent le second pays le plus armé au monde, qui ont étonné tout le monde par leur Révolution pacifique, qui ont participé à la  stupéfiante Marche pour la vie de 264km et qui largement s’élèvent actuellement contre la corruption, feront les bons choix et prendront les mesures progressives et nécessaires pour éliminer ce mal contagieux qui frappe la société yéménite.

George Bernard Shaw a dit “Le progrès est impossible sans changement et ceux qui ne peuvent changer leurs façons de penser ne peuvent rien changer.”

Ce billet fait partie de notre dossier central en anglais Yémen s 2011
La vignette et la photo présentée montre un vendeur de qat sur un marché au Yémen. Photo de Saleh Maglam, copyright Demotix (29/11/2011).

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site