Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

États-Unis : Solidarité en faveur de la culture latino-américaine

La suppression complète de la formation d'Études Mexicano-Américaines (EMA) – et la censure de très nombreux titres – dans le district scolaire de Tucson, en Arizona, ont suscité un soutien national qui a pris la forme de protestations, à travers des actions de ventes de livres, de présentations et de groupes de lecture, notamment. De la même manière, la censure des livres a donné lieu à un dialogue des plus enrichissants dans la ville de New York ainsi que dans le reste des États-Unis.

En guise d'illustration de ces actes de solidarité, nous montrerons ci-après quelques-unes des vidéos prises par l'écrivain Erasmo Guerra lors de la table-ronde organisée par un groupe d'étudiants du John Jay College, City University of New York (CUNY), le 25 février 2012.

Parmi les invités figurait l'écrivain Tony Díaz, l'initiateur de Librotraficante, le mouvement qui a organisé une caravane rejoignant l'Arizona depuis Houston, Texas, afin de réaffirmer le droit à la liberté d'expression littéraire et à la résistance politique.

Ce mouvement est suivi par Liana López et Bryan Parras, co-fondateurs (en compagnie de Tony Díaz) de Nuestra Palabra: Latinos Writers Have Their Say: [Notre parole : les écrivains latinos ont la parole] une organisation réalisant depuis 13 ans des scénarios en vue de permettre la diffusion des oeuvres des écrivains latinos à Houston, Texas.

L'un des invités était l'écrivain new-yorkais Rich Villar, responsable de la Fundación Acentos : une organisation littéraire qui s'est installée dans le Bronx, à New York, en 2003. Lors de sa présentation, Villar a mis en parallèle, avec beaucoup de pertinence, la trajectoire – parfois en butte à la répression – des écritvains portoricains de New York et la situation actuelle à Tucson, Arizona.

(Après avoir écouté Villar, si vous souhaitez en savoir plus sur la trajectoire de la bibliothécaire portoricaine Pura Belpré, vous pouvez accéder aux archives du Centre d'études portoricaines, du Hunter College, CUNY.)

Citons enfin, parmi les écrivains présentés, Sergio Troncoso, né à El Paso, Texas, de parents mexicains, et résidant à New York. Troncoso a publié notamment The Last Tortilla & Other Stories, The Nature of Truth, From This Wicked Patch of Dust, ainsi que le recueil d'essais Crossing Borders: Personal Essays. Il anime par ailleurs le blog Chico Lingo: Escritura, Lectura, Dinero, Discusión.

La caravane de Librotraficante a atteint sa dernière étape le 17 mars 2012. Au-delà de cette date, son action se poursuivra à la faveur des prochaines actions : discussions, programmes éducatifs, alliances politiques et sociales et créations littéraires. Enfin, elle a permis l'ouverture au public de quatre bibliothèques “souterraines“.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site