Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Bulgarie abandonne la construction de la centrale nucléaire de Béléné

Le 28 mars, la Bulgarie a annoncé officiellement l'abandon du chantier de sa centrale nucléaire de Béléné. Le parlement a mis fin à ce projet controversé après des années de discussions et plus d'un demi-milliard d'euros investis dans la construction du premier réacteur. La décision a été annoncée par les médias généraux, mais aussi par un tweet du ministre bulgare des Affaires étrangères, Nikolaï Mladenov :

@nmladenov: #Bulgaria suspend le projet controversé de centrale nucléaire de #Belene qui a coûté des centaines de millions en 31 ans…

Capture d'écran de la page Facebook de la ‘campagne européenne pour empêcher la construction d'une centrale nucléaire dans la zone sismique de Belene, en Bulgarie'

Une bataille de longue haleine [en anglais] entoure cette co-entreprise avec la Russie [en russe], qui devait s'édifier dans une zone sismique active. Les militants n'ont pas cessé de se démener pour mobiliser contre les dangers de construire une centrale nucléaire dans cette région, rappelant le tremblement de terre de Vrancea en 1977, qui fit plus de 1.600 morts. A Svichtov, une grande ville bulgare située à 14 km du chantier, 120 personnes avaient été tuées à l'époque, et le séisme de 1977 détruisit également des bâtiments dans la municipalité de Béléné, à seulement 3 km du site de la future centrale.

Un rapport sur les risques sismiques, produit par Greenpeace et L'Institut de Politiques Vertes de Bulgarie, publié sur le site internet de la coalition nationale anti-nucléaire “BeleNE”, révélait que le rapport précédent était incohérent et qu'aucune réelle évaluation du risque n'avait été effectuée. Ils concluaient donc qu'il n'existe aucun argument en faveur de la sûreté de la zone du point de vue sismique et persistèrent à réclamer l'annulation du projet.

Mais d'autres considérations sont entrées en jeu dans la polémique Béléné. Edvin Sugarev [en anglais], un ancien député, lança un énorme débat sur son blog svobodata.com [en bulgare] (“la liberté”):

Започваме тази гражданска дискусия в момент, в който страната ни е на ръба, отвъд който следва срив: срив на геополитическите ни приоритети, срив на шансовете да се превърнем в нормална европейска страна, срив отново към руската орбита на влияние. Над България е упражнен огромен натиск да бъде подписан протокол 12 от договора за АЕЦ “Белене” – с което този проект става необратим, а нашата енергийна и политическа зависимост от Русия – също. Доколкото можем да съдим по изявленията на българския премиер, управляващите вече са се поддали на натиска – и реално са предали българските национални интереси. Като българи сме длъжни да направим всичко, което е по силите ни, за да не позволим това предателство да стане факт – и то да определя оттук нататък дневния ред на България.

Nous commençons cette discussion citoyenne au moment où notre pays est à une limite, au-delà de laquelle ce sera la débâcle : débâcle de nos priorités géopolitiques, de nos chances de devenir un pays européen normal, de retour dans l'orbite russe. Une énorme pression pour signer le protocole 12 du contrat de la centrale nucléaire de Béléné a été exercée sur la Bulgarie : le signer rend le projet irréversible, de même que notre dépendance énergétique et politique envers la Russie. Autant qu'on peut en juger des déclarations du Premier Ministre bulgare, le gouvernement avait déjà cédé à la pression, et de fait trahi les intérêts nationaux de la Bulgarie. En tant que Bulgares, nous devons tout faire en notre pouvoir pour ne pas laisse cette trahison devenir un fait, et donc, l'empêcher de déterminer l'agenda désormais en Bulgarie.

Un point de vue aussi défendu par le renommé journaliste et blogueur Ivo Indjev, qui s'est rendu célèbre par son opposition bien plus virulente au chantier de Béléné. C'est lui qui a été de fait la première personnalité non officielle a être informée [en bulgare] de l'abandon du projet par le Premier Ministre lui-même. Hier, Indjev a demandé [en bulgare] :

След СССР и неговата проекция в Белене отиде в небитието- накъде сега?

Après l'URSS et sa projection à Béléné mises à néant – et maintenant ?

L'utilisation du terme “Union Soviétique” n'est pas un hasard : dans ses éditoriaux [en bulgare], Indjev dénomme souvent ainsi la Russie pour décrire les visées impérialistes de cette dernière sur l'ex-“16ème république,” comme on appelait la Bulgarie. Indjev a aussi écrit sur le pouvoir russe, qu'il appelle “la mafia russe”.

Ces propos provocateurs ont fait de lui le mouton noir des média, mais paraissent étayés par la récente fuite des dossiers Stratfor. L'analyste citoyen bulgare Bivol (un partenaire de WikiLeaks pour la Bulgarie) évoque ainsi [en bulgare] une rencontre d'avril 2009 entre le Premier Ministre bulgare d'alors Sergueï Stanichev et le “ministre russe du crime organisé” Iouri Loujkov. Ce dernier est défini comme tel par Stratfor et était en charge d'un budget spécial consacré par le Kremlin aux relations avec les acteurs du crime organisé en Russie. L'objet de cette rencontre est annoncé comme “une négociation en vue d'accroître l'implication de la Russie dans le projet de la centrale nucléaire de Béléné.”

Après l'annonce de l'abandon du projet de centrale nucléaire de Béléné, les média ont affirmé qu'une usine de gaz serait implantée sur le même site, approvisionnée par du gaz russe. Le 30 mars, une délégation bulgare, sous la houlette du ministre nouvellement nommé de l'Economie et de l'Energie, Delyan Dobrev, rencontrait ses homologues russes pour discuter d'une issue à l'amiable de la situation actuelle, car la Bulgarie doit payer une compensation d'un milliard d'euros à la Russie [en russe] en raison de l'annulation du projet. La rencontre a suscité le sarcasme sur Twitter, où Ognyan Georgiev ‏(@OGeorgiev) a écrit :

@OGeorgiev Бедни, бедни Добрев. Руснаците ще го сдъвчат и изплюят. Опасявам се от тази визита. #belene

Pauvre, pauvre Dobrev. Les Russes vont le mastiquer et le recracher. Cette visite me fait peur. #belene
"Learn Russian in a day" textbook. Picture from @OGeorgiev, CC-by-SA 3.0

Manuel "Le Russe en un jour", photo @OGeorgiev, CC-by-SA 3.0

Bon prince, @OGeorgiev a aussi tweeté une photo d'un manuel de conversation russe, “Le Russe en un jour,” en souhaitant bonne chance à M. Dobrev.

Les réactions à l'annonce officielle ont été mitigées. Andrew MacDowall, un journaliste spécialiste des Balkans, tweete :

@andrewmacdowall: #Belene#nuclear plant (centrale nucléaire) à la ferraille. La fin d'une saga de quarante ans ? La centrale aurait pu être un coup de fouet pour la #Bulgaria http://t.co/ITf1IOhn

De nombreux Bulgares pensent que cette centrale nucléaire aurait pu aider le pays à alléger une facture d'électricité toujours plus élevée. Et la question qui se pose est : comment récupérer l'argent dépensé sur le projet désormais avorté ? Hristo Ivanov (@cipisec) tweete, ironique :

@cipisec: а ся ми вдигнете осигуровките,за да ги избиете RT: @nmladenov:#BG suspends #Belene that has cost hundreds of millions for the last 31 years…

Maintenant on peut augmenter les tarifs de la sécurité sociale pour récupérer l'argent RT: @nmladenov:#BG suspend #Belene qui a coûté des centaines de millions depuis 31 ans…

D'autres suggèrent que la construction du réacteur n'était qu'une manoeuvre politique :

Как Ви се струва обаче хипотезата, че всъщност цялото протакане на решението за Белене през последните 2-3 години е било нарочно за пред „публиката“, колкото да се стигне до завършването междувременно и изплащането му на реактора – така че сега да сме в положение с готов и платен реактор и следователно, да бъде почти неизбежно слагането му в Козлодуй? […] Ако се бяхме отказали от АЕЦ Белене още преди 2-3 години, такъв вариант би бил много малко вероятен.

Que vous inspire cependant l'hypothèse qu'en fait, tout le retard à décider de la centrale nucléaire depuis 2-3 ans a délibérément visé le “public” pour atteindre l'achèvement et le remboursement du réacteur dans l'intervalle ? De cette manière, nous sommes maintenant en possession d'un réacteur prêt et payé, et presque inéluctablement on va l'installer dans la centrale nucléaire [existante] de Kozlodui. […] Si nous avions renoncé à Béléné il y a 2 ou 3 ans, cette option aurait été hautement improbable.

En effet, comme l'a annoncé le Premier Ministre, il suffit à la Bulgarie d'ajouter 140 millions d'euros [en bulgare] pour achever le réacteur. Le site internet satirique Не!Новините (NonInfos) a sa propre version [en bulgare] de ce qui va être construit sur le site de Béléné : une cuve de fermentation géante de rakia, la célèbre eau-de-vie traditionnelle bulgare (dont la teneur en alcool va de 40° à plus de 60°).

1 commentaire

  • […] La Bulgarie abandonne la construction de la centrale nucléaire de Béléné · Global Voices en Fra… […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site