Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie: #Yodigoaquiestoy, une “appli” pour dénoncer le travail des enfants

Sauf avis contraire tous les liens sont en espagnol

Le travail des enfants en Amérique Latine n'est pas une nouveauté. En 2009, Global Voices a publié une série de billets [anglais] sur le travail des enfants [anglais] dans cette région du monde ; en 2011, nous avons traité le problème des enfants travailleurs [anglais] en Bolivie, et cette année nous avons fait un reportage sur  le travail des enfants dans les champs de canne à sucre au Guatemala.

Le 4 juillet 2012, Paula Gonzalo a publié un article sur le site de Periodismo Ciudadano (“Journalisme Citoyen”) intitulé “#Yodigoaquiestoy: una herramienta para denunciar el trabajo infantil en #Colombia” (“#Yodigoaquiesto [je dis que je suis ici] : une application pour dénoncer le travail des enfants en #Colombie”). Dans cet article elle fait part d'une initiative participative mise en place pour mettre fin au travail des enfants en Colombie.

Vous trouverez ci-après l'article de Paula Gonzalo, publié sous licence non commerciale Creative Commons 3.0 (CC BY-NC 3.0).

“Yo Digo Aquí Estoy” (“Je dis que je suis ici”) est le titre d'un projet très intéressant élaboré par la Fundación Telefónica (Fondation Telefónica) pour mettre fin au travail des enfants en Colombie en s'appuyant sur la participation citoyenne. Plus de 1 800 000 enfants travaillent dans ce pays et plus de 90% d'entre eux ne sont pas déclarés comme tels. C'est pourquoi les créateurs de “Je dis que je suis ici” ont décidé de mettre en place une application pour localiser et identifier ces enfants et leur donner donner une chance d'avoir un avenir meilleur.

On peut télécharger cette application sur son téléphone mobile ou sur son ordinateur pour dénoncer de telles situations grâce à trois méthodes très simples. La première étape est de localiser l'enfant sur sur une carte de géolocalisation, créée à partir du logiciel Ushahidi, où l'on peut donner un maximum d'informations y compris des photos de l'enfant localisé.  Toutes les informations sont stockées dans une base de données dont l'exploitation permettra de lutter plus efficacement contre le travail des enfants. Ces informations sont transmises aux services de police qui peuvent intervenir pour que l'enfant quitte son travail et soit scolarisé.

“Chaque fois que vous voyez un enfant travailler, lancez l'appli et dénoncez le travail de cet enfant en 3 étapes simples.”

Il existe également un mot-clé sur Twitter #yodigoaquiestoy [je dis que je suis ici] qui permet de faire un signalement. Enfin, on peut s'inscrire sur le réseau “Aquí Estoy” [je suis ici] pour s'engager et participer activement au projet.

Sur les vidéos qui suivent on comprend mieux le travail entrepris grâce à ce projet pour localiser les enfants et leur donner une enfance meilleure. La participation citoyenne a déjà permis à un certain nombre d'entre eux de quitter la rue :

http://www.youtube.com/watch?v=54c_aAMNpT8&feature=player_embedded

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site