Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mauritanie : Manifestations ouvrières dans le nord du pays

Les villes du nord de la Mauritanie, Zouérate et Nouadhibou, sont le théâtre de manifestations de travailleurs peu couvertes. Plus de 2 300 travailleurs protestent dans la ville minière de Zouérate, provoquant la paralysie complète d'une dizaine de sites de la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM [fr]) et la perturbation du travail dans d'autres endroits.

Les travailleurs demandent à bénéficier de l'augmentation de salaire accordée récemment par la SNIM à ses employés sous contrat, ils demandent également à bénéficier de la sécurité sociale, et d'une priorité à l'embauche des citoyens mauritaniens sur les travailleurs étrangers en provenance des états voisins.

“Nouvelle forme d'esclavage”

Ces travailleurs, appelés “journalia” dans le dialecte local, demandent également un contrat direct avec la SNIM, plutôt que des contrats avec des entreprises de sous-traitance, qui ne paient que 40 pour cent des salaires de la SNIM à chaque travailleur,  chose qu'ils considèrent comme du trafic d'êtres humains et une nouvelle forme d'esclavage.

Les manifestants ont également menacé d'organiser une marche de Zouérate à Nouakchott, semblable à celle organisée plus tôt cette année par des militants de Nouadhibou. A Nouadhibou, les travailleurs “journalia” organisent aussi une manifestation contre ce qu'ils considèrent eux aussi comme une traite d’êtres humains ; environ 1 000 ouvriers ont menacé de cesser le travail et d'initier une grève illimitée.

Photo of the Journalia Protest in Nouadhibou by Mauritannet blog

Manifestation de “Journalia” à Nouadhibou, photo du blog Mauritannet

The demonstration in Zouerat

La manifestation à Zouérat

Mauritannet blog [arabe] a écrit au sujet de ces manifestations et on peut suivre les évènements de Zouérate sur la page Facebook du Mouvement du 25 février [arabe] :

تعيش مدينة” الزويرات “على وقع اعتصام “الجرنالية” الذي يدخل في أسبوعه الثاني.

هذا الاعتصام وجد تعاطفا كبيرا من سكان الزويرات حيث لم تتوقف المساعدات عن المعتصمين من أجل أن يستمر إعتصامهم.
وكذالك يقوم فنانو المدينة ومداحيها وشعرائها كل ليلة باحياء سهرات من اجل الترفيه عن المعتصمين وحثهم على مواصلة نضالهم من اجل إنتزاع حقوقهم.
وتجد رالاشارة الى أنه في الزويرات يعتصم الان حوالي أكثر من 2300عامل من عمال “الجرنالية” إحتجاجا على مايصفونه بمقاولة البشر ومن.أجل فسخ العقودالموقعة مع الشركات الوسيطة
La ville de Zouérate a vécu au rythme des manifestations de travailleurs, qui sont entrées dans leur deuxième semaine. Les résidents de Zouérate ont montré leur sympathie avec les grévistes et le leur ont prouvé en leur offrant une assistance afin que leur mouvement de protestations continue. Des artistes de la ville et des poètes font des animations tous les soirs pour les inciter à poursuivre leur lutte pour leurs droits. Maintenant à Zouérate, plus de 2 300 travailleurs protestent contre ce qu'ils appellent une traite d'êtres humains et ils demandent de mettre fin à leur contrat établi avec des sociétés intermédiaires.

Le blogueur mauritanien Alddedd Wald Al Sheik [arabe] a également écrit à ce sujet :

المشكلة تعود إلي دفع الشركة لرواتب مضاعفة أربع مرات إضافة إلي زيادة نسبية لرواتب العمال الرسميين بينما تجاهلت عمال” الجرنالية “وهي حسب النقابيين سابقة خطيرة وقد تؤدي إلي انفجار الوضع داخل الشركة.

Le problème réside dans le fait que l'entreprise paie à ses employés officiels quatre fois le salaire qu'elle verse aux “journalia” et qu'elle ait également augmenté leurs salaires alors qu'elle a ignoré les revendications des travailleurs “journalia”, ce qui selon les syndicalistes constitue un dangereux précédent qui pourrait conduire à l'escalade et l'explosion de la situation sociale dans l'entreprise.

Ahmed Haymoudane [arabe] dénonce l'absence de toute intention de résoudre la crise par l'entreprise concernée :

بوادر حل الأزمة لم تبد بعد في الأفق نتيجة ل:
– إصرار شركة “اسنيم” على المواصلة في استغلال العمال الموريتانيين في مشهد يعيد إلى الأذهان قصص استغلال العمال الأفارقة في مزارع قصب السكر في القارة الأمريكية في القرون البائدة؛
– إصرار العمال على المضي قدما في إضرابهم السلمي وعدم الخضوع للضغوط التي تمارسها الشركة ضدهم من خلال تهديدها لهم بتعويضهم بالعمال الأجانب.
– إصرار السلطات على إسكات كل من يصدح مطالبا بحقه في هذا الوطن حتى لا تنتشر عدوى الثورة وتخرج الأوضاع عن سيطرتها.

Il n'y a aucun signe de solution à ce jour, ce qui est du à :

- L'insistance de la SNIM à continuer l'exploitation des travailleurs mauritaniens d'une manière qui ramène à la mémoire l'exploitation des travailleurs africains dans les champs de canne à sucre en Amérique autrefois.

- L'insistance des travailleurs à poursuivre leur grève et à ne pas plier sous les pressions de l'entreprise, qui menace de les remplacer par des travailleurs étrangers.

- L'insistance des autorités à faire taire tous ceux qui élèvent leur voix dans le pays et revendiquent leurs droits de telle sorte que la contagion de la révolution ne se propage pas et que les choses n'échappent pas à leur contrôle.

Alddedd Wald Al Sheikh a également tweeté :

@dedda04: ثورة الحقوق وبوادر التمرد التي تعم ‎‫#موريتانيا‏ تصل إلى عمال الجرنالية.
@dedda04: L'esprit des révolutions et les signes de rébellion qui prévalent en Mauritanie commencent à atteindre les travailleurs “journalia”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site