Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : “En direct de Damas!”

Sauf indication contraire, les liens dirigent vers des sites en anglais.

Ce billet fait partie de notre dossier central Manifestations en Syrie 2011/12.

Après deux jours de blackout, les liaisons internet ont repris samedi à Damas et ses environs, ainsi que dans les principales villes, selon des communiqués en provenance de Syrie.

L'interruption des communications a rendu le suivi de la situation sur place très difficile, alors que les combats se sont intensifiés entre les forces pro-gouvernementales et les insurgés, principalement dans une zone proche de l'aéroport de Damas.

Avec le conflit qui ne montrait aucun signe d'apaisement et les communications qui devenaient de plus en plus difficiles et peu fiables, une “campagne de solidarité spontanée [ar] avec le peuple syrien réduit au silence”, a vu le jour sur internet.

Pour exprimer leur soutien au peuple syrien, les internautes ont commencé à tweeter sous le mot-clé “#هنا_دمشق”, (expression arabe pour #This_Is_Damascus (En direct de Damas)). Pendant la période de siège et de blackout, les habitants de toutes les villes du monde ont été invités à offrir à Damas un hébergement temporaire.

Cette campagne fait penser à “Depuis Damas… Ici le Caire”, l'appel lancé sur les radios à partir de la Syrie, au plus fort de la Guerre israëlo-arabe de 1956. A cette époque les avions de chasse français et britanniques, soucieux d'éviter la nationalisation du canal de Suez par l'Egypte de Nasser, avaient détruit les émetteurs de Radio Le Caire et réduit au silence les émissions égyptiennes.

BSyria tweete:

#This_is_Damascus est le mot-clé le plus intelligent, le plus émouvant, le plus chargé d'histoire jamais vu depuis le début de la révolution syrienne.

#This_Is_Damascus.. The Syrian revolution flag flies high in Jerusalem

#This_Is_Damascus..Le drapeau des insurgés syriens flotte haut à Jérusalem. Photo partagée sur Twitter par @prometheus_92

Certains, de l'intérieur de la Syrie, ont pu participer à la campagne. Comme en 2011, Google et Twitter ont réactivé Speak To Tweet, un service proposé aux utilisateurs qui peuvent émettre un tweet vocal en appelant un numéro de téléphone international spécifique où ils laissent un message vocal, comme celui laissé par un correspondant anonyme:

This is Damascus!” (En direct de Damas)

Des réactions:

farooos écrit:

Damas a toujours existé là depuis la nuit des temps. Ce ne sont pas un blackout ou les bombardement d'Assad qui vont nous détruire. #This_Is_Damascus #Syria

Rime Allaf écrit:

Vous pouvez chasser un damascène de sa ville, mais vous ne pourrez jamais chasser Damas de nos coeurs. #This_is_Damascus

Razan Ghazzawi écrit:

 Nous souffrons dans nos coeurs, non seulement pour nos camarades, ces camarades légendaires. Mais nous souffrons dans nos coeurs car leurs écrits, leurs pensées, leur force de caractère contagieuse nous manque. Vous êtes passés à côté de la révolution si vous pensez qu'ils sont déconnectés.

La Syrie n'est pas déconnectée.

C'est le reste du monde qui est déconnecté.

Vous me manquez camarades. Et cela fait mal.

Sarab tweet:

Vous ne pouvez pas débrancher la révolution. #هنا_دمشق

Taher Ishaid ajoute [ar]:

عندي شعور قوي جداً ان نهاية بشار اقتربت ، ولاكن اتمنى بعد رحيله ان تحافظ سوريا على وحدتها #هنا_دمشق

Je pressens fortement que la fin de Bachar [al Assad] est proche, mais j'espère que la Syrie restera unie après son départ. #This_Is_Damascus

Ce billet fait partie de notre dossier central Manifestations en Syrie 2011/12.


Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site