Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Deux poids deux mesures pour deux Prix Nobel chinois

Sauf indication contraire, tous les liens dirigent vers des sites en anglais.

Le lauréat du prix Nobel de littérature de cette année, Mo Yan, s'est rendu à Stockholm pour recevoir son prix. Par contre, le lauréat du prix Nobel de la paix 2010, Liu Xiaobo, est toujours emprisonné en Chine et sa femme Liu Xia assignée à résidence.

Dans une interview, la première depuis 26 mois, Liu Xia a pu parler avec des journalistes de l'Associated Press qui s'étaient faufilés dans son appartement lors d'une pause déjeuner des agents de sécurité, et a fondu en larmes en disant “Nous vivons dans un endroit d'une telle absurdité“.

La situation est effectivement absurde. Le 6 décembre 2012, Mo Yan, un nom d'auteur qui signifie littéralement “Tais-soi”, a assisté à la conférence de presse des prix Nobel et a dit que la censure était inévitable et qu'il ne soutiendrait pas une pétition en faveur de Liu Xiaobo. Cependant, 134 lauréats de prix Nobel, passés et actuels, ont lancé une campagne début décembre pour demander instamment au Président chinois Xi Jinping de libérer Liu Xiaobo. Mo Yan de toute évidence ne se trouve pas sur la liste des signataires de la pétition.

Liu Xia bursted into tears and said, "We live in such an absurd place". Screen capture from Now TV news.

Liu Xia a éclaté en sanglots en disant ‘Nous vivons dans un endroit d'une telle absurdité’. Capture d'écran de Now TV news.

Alors que Mo Yan est un lauréat heureux, Liu Xiaobo, pour avoir choisi de défendre la démocratie contre l'injustice politique, a été condamné à 11 ans d'emprisonnement et sa femme a été assignée à résidence pour deux ans. Liu a obtenu le prix Nobel mais a tout perdu.

En fait, la plupart des chinois en Chine n'ont jamais su que Liu Xiaobo était le premier citoyen à recevoir un prix Nobel, car la nouvelle n'a jamais été diffusée par les médias officiels. De la même manière, on ne peut pas entendre Liu Xia éclater en sanglots en ligne, car on ne trouve les noms de Liu Xiaobo et de Liu Xia sur aucun moteur de recherche.

Réactions en ligne

Sut Twitter, quelques dissidents développent l'argumentation sur l'absurdité de la Chine. Hu Jia décrit [chinois, zh] sa situation personnelle :

上午遭到门口便衣们拦截。当我质问看守们为什么要做奴才,他们的回应居然是“当奴才比当汉奸强。”9月18日我因十八大被开始软禁时,国保们有过类似表述。我问他们今天是否因为刘霞。他们露出得意之情。刘霞发声我被软禁,荒诞吗。

Un matin, j'ai été arrêté par des policiers en civil à l'entrée de mon immeuble. Je leur ai demandé comment ils pouvaient accepter d'être des esclaves, ils m'ont alors répondu “qu'il valait mieux être esclaves que traites”. Depuis le 18 septembre j'étais assigné à résidence à cause du 18ème Congrès du Parti Communiste National Chinois, d'après ce que m'ont dit les officiers de police de la sécurité. Aujourd'hui, je leur ai demandé si [le renforcement des contrôles de sécurité] avait quelque chose à voir avec Liu Xia, et ils ont souri. Quand Liu Xia s'exprime, je suis assigné à résidence.

Jian Alan Huang fait remarquer [zh] qu'un pays autoritaire est par nature absurde :

在极权社会,每个人都像雨打的浮萍一样无力掌握自己的命运。刘霞无力抗拒2年多的软禁,只能哭诉;冯小刚无力拍摄1962,只能拍一部1942装逼;莫言无力改变审查制度,只能以词藻合法化之聊以自慰。

Dans un pays autoritaire, chacun est comme une lentille d'eau sous la pluie et ne peut pas contrôler son destin. Liu Xia ne peut rien faire contre ses deux ans d'assignation à résidence et n'a pas d'autre alternative que de fondre en larmes; Fung Xiagang ne peut pas faire un film sur 1962 [le grand bond en avant] et ne peut que produire un film sur 1942 [la guerre sino-japonaise]; Mo Yan ne peut pas changer le système de censure et ne peut que le légitimer pour son confort personnel.

Bien que les blogueurs ne puissent pas parler de Liu Xia sur les forums populaires de Sina Weibo, ils critiquent haut et fort la lâcheté de Mo Yan [zh].

红尘三过客:@莫言 说的完全是屁话:“每个国家都有言论审查。”——但世界上只有一个国家将诺奖得主关在狱中。只要有一个作家因为写作而坐牢,这个国家就没有真实的言论自由。“刘大嗑吧不能在自己的国度里自由地生活和出版,那么我们也不能够为今年的诺贝尔文学奖的荣誉感到欣喜。”

@Three passerby in the earthy world: @Mo Yan raconte des âneries : “dans tous les pays il y a une censure”– mais il n'y a qu'un pays au monde pour emprisonner un lauréat de prix Nobel. Si un écrivain est emprisonné pour ce qu'il écrit, il n'y a pas de liberté d'expression dans son pays. Si Liu [Xiaobo] n'a pas la liberté d'écrire et de publier dans son propre pays, on ne peut pas se réjouir et être fier du résultat du prix Nobel de littérature de cette année.

浩淼-mma:莫言巧妙的用必然来界定审查的结果,从而得出审查对文学、对言论并无影响,这太无耻了。舞蹈家戴着镣铐的舞蹈,一样比我无任何约束跳的好,但若没有任何束缚,舞蹈家会有更大的发挥空间,会有更大的可能跳出伟大的作品,这是常识,莫言的粉饰只能让人鄙视。

@Hao Miao – mms : Mo Yan a utilisé le mot ‘inévitable’ pour qualifier la censure et en conclut que la censure n'a pas d'effet négatif sur la littérature, quelle honte. Les danseurs qui dansent avec les pieds enchaînés dansent mieux que ceux qui ne sont pas enchaînés… mais le fond du problème c'est que sans chaîne le danseur dansera encore mieux. C'est une question de bon sens. La rhétorique de Mo Yan est répugnante.

郑焰12:作为语言工作者,他偷换了国家机器审查和媒体自我核查的概念。并不高明。显得油滑且蠢。但如此处境的人要想在回国后安全生活,莫不是带着镣铐起舞。

@Zhen Yen12 : En tant que linguiste, il a certainement secrètement remplacé censure par auto-censure de l'état et des médias. Ce n'est pas sérieux, il a l'air stupide. Encore mieux, pour être sûr de rentrer chez lui en toute sécurité, il va falloir qu'il danse avec les pieds enchaînés.

梦幻似泡影:莫言先生的获奖致辞组织上审查过关了吧。

@Dreamlike shadow: de toute évidence, le discours de Mo Yan est  passé par la censure du parti.

Wu Zuo Lai, un chroniqueur connu, a utilisé l'argumentation logique de Mo Yan pour lui rédiger [zh] son discours :

我替莫言写感言:感谢祖国感谢党创造了一个时代的苦难,所谓国家不幸诗人幸,这样的苦难与离奇,超想象,使我的作品获得丰富的土壤,如果中国人民过得与北欧人民一样的幸福,就没有我莫言今天在这儿获奖,感谢苦难,感谢党,对不起我的父老乡亲,因为我只能用文学话说,现实中我如此怯懦,无法面对真相说话,我忏悔!

J'écris le discours de réception du prix Nobel pour Mo Yan : Je remercie mon pays et le Parti Communiste Chinois d'avoir créé toute cette souffrance. Ce n'est pas de chance pour le pays mais c'est une chance pour le poète. Tant de souffrance et d'absurdité sont très loin de l'imagination du peuple et mon travail s'est nourri de la richesse de ce terreau. Si les chinois vivaient aussi heureux qu'en Europe du Nord, Mo Yan ne serait pas là pour recevoir le prix. Merci au parti pour cette souffrance. Désolé mes amis, je ne peux parler que de littérature, en réalité je suis pleutre et je ne peux pas dire la vérité. Je m'excuse d'être comme cela.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site