Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le nouveau budget de l'Inde courtise les femmes

[Les liens renvoient vers des pages en anglais] Le ministre des Finances indien a voulu s'attirer les bonnes grâces des femmes dans son discours budgétaire pour l'exercice 2013-2014. Les programmes centrés sur les femmes, appelés dans le pays le “budget de genre,” se sont vu allouer 971 milliards de roupies (13,6 milliards d'euros), une hausse vigoureuse de 10% par rapport à l'an dernier.

P. Chidambaram, le ministre, a également annoncé 10 milliards de roupies (140 millions d'euros) de dotation à un Fonds Nirbhaya pour la sécurité des femmes. Le fonds porte le nom de cette jeune femme de 23 ans de Delhi, victime d'un viol collectif, dont l'agression brutale en décembre 2012 avait répandu la fureur dans toute l'Inde. Les médias indiens l'ont appelée la “Sans Peur” ou Nirbhaya et sa mort de la suite de ses blessures avait suscité des veillées et des manifestations féministes dans le monde entier.

Le budget affecte 10 milliards de roupies à la création de la première banque publique en Inde entièrement réservée aux femmes, qui prêtera à des entreprises gérées par des femmes, emploiera en majorité des femmes et soutiendra l'emploi féminin.

En outre, 2,5 milliards de roupies (35 millions d'euros) seront utilisés pour mettre fin à la discrimination par le genre et aider les catégories vulnérables comme les célibataires et les veuves.

P. Chidambaram, India's Finance Minister, with his deputy minister before heading to Parliament to table the budget of 2013-2014. Image by Ranjan Basu. Copyright Demotix (28/2/2013)

P. Chidambaram, le Ministre des Finances de l'Inde se rend, avec son Ministre adjoint, au Parlement pour présenter le budget 2013-2014. Photo Ranjan Basu. Copyright Demotix (28/2/2013)

Le gouvernement veut aussi inciter les jeunes à participer aux programmes de formation professionnelle. Certains voient dans le nouveau budget un appât ciblant les jeunes électeurs et les femmes dans la perspective des élections de l'an prochain, d'autant que 70% des électeurs indiens ont moins de 35 ans. Dans un billet sur le site web financier Livemint, le journaliste Anil Padmanabhan donne son opinion :

Tout aussi impressionnante est la prépondérance politique du budget. Chidambaram a esquivé la chance de paver de dépenses dans ce budget sa voie vers la nouvelle élection générale, comme il l'avait fait en 2009 avec les 600 à 700 millions de roupies de renonciations aux remboursements de prêts agricoles. Pourtant, il a réussi à séduire les électorats traditionnels du parti du Congrès : pauvres, minorités, castes et tribus répertoriées, en laissant intactes les dépenses les concernant, et a aussi plu aux électorats émergeants du parti comme les jeunes et les femmes.

Néanmoins, certains médias féminins et citoyens ne se satisfont pas des nouvelles annonces budgétaires. Ils affirment que les moyens alloués sont inadéquats et que les mesures se réduisent à des gestes creux. All India Women’s Progressive Association (AIPWA, Association progressiste des femmes de l'Inde) a cinglé dans un billet de blog :

En réalité, le gouvernement devrait montrer qu'il prend la responsabilité de la sécurité de toutes les femmes, en fournissant à chacune des survivantes de viol ou d'attaque à l'acide, réinsertion et soins médicaux aux frais de l'Etat. Le Fonds Nirbhaya à 10 milliards de roupies, un simple fonds de dotation plutôt qu'une allocation du Budget, est jusqu'à présent loin d'être adéquat pour couvrir les frais médicaux et de réinsertion des survivantes de la violence de genre.

L'AIPWA défend que la protection des droits des femmes est une obligation permanente du pouvoir. Le budget devrait donc inclure plus de crédits pour permettre aux juges et tribunaux d'accélérer les procès, et aux dispensaires de villages de prendre en charge les besoins médicaux des femmes.

India's 82nd Union budget in parliament enhances the outlays for Scheduled Caste Welfare, farm credit, women development, health, and urban development sectors. Image of an Indian businesswomen by Tumpa Mandal. Copyright Demotix (28/2/2013)

Une vendeuse de légumes, par Tumpa Mandal. Copyright Demotix (28/2/2013)

A cause de la fréquence de la corruption et des escroqueries dans la politique et l'administration en Inde, d'autres citoyens s'inquiètent de l'utilisation appropriée des fonds plutôt que d'être perdus dans un nouveau scandale retentissant. Dans les jours qui ont suivi l'annonce budgétaire, les doutes se sont fait jour sur Twitter :

@auravsha (Aakanksha) : fonds #nirbhaya ?? j'espère que ça ne deviendra pas la farce #nirbhaya…on attend toujours la justice .. au lieu d'avoir des fonds idiots sous un nom bidon

@atulabhas (Atul Singh): le #IndianGovt. (gouvernement indien) crée le fonds #Nirbhaya en lieu et place d'ordre public. Ils vont réinsérer les Survivantes de Viols mais pas faire cesser les viols !

@jagthesav (Savitar Jagtiani): Les questions plus importantes : comment les fonds seront-ils dépensés ? Par qui ? Pour qui ? Qui va surveiller la fraude & comment l'allocation sera mesurée ? #nirbhaya

La banque toute féminine doit ouvrir ses portes en novembre 2013. Reste à savoir si les autres promesses du gouvernement se matérialiseront.

Le billet d'origine en anglais a été révisé par Molly Allison-Baker.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site