Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Allemagne: Manifestations contre la surveillance façon “Big Brother”

Tous les liens pointent vers des articles en allemand.

De nombreux citoyens allemands sont descendus dans la rue samedi 27 juillet pour manifester contre la société de surveillance. Ils considèrent que non seulement leur vie privée est mise en péril mais que leurs droits fondamentaux et la démocratie sont également menacés. Suite aux révélations d'Edward Snowden, la pression monte pour que le gouvernement allemand explique au public ce qu'il sait de la surveillance exercée par les services secrets américains et britanniques. Le Ministre de l'Intérieur Hans-Peter Friedrich a déclaré à ce propos que la sécurité passait avant les autres droits fondamentaux et s'est attiré le courroux général.

L'écrivain Juli Zeh, qui a publié avec d'autres personnalités une lettre ouverte dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung puis en ligne sur Change.org, a décrit le service secret américain de la NSA comme une bande de cambrioleurs dans un commentaire sur la chaîne de télévision publique ZDF. Le texte de cette intervention est disponible sur Netzpolitik.de:

Quand je pense à l'affaire de la NSA, je vois une maison qui vient d'être vidée par une bande de cambrioleurs. Les habitants sont à côté et ils regardent. La gestionnaire de l'immeuble est aussi à côté, à regarder. Elle appelle peut-être les cambrioleurs par la suite: “Nous exigeons des explications sans ménagements. Nous voulons savoir ce qui s'est passé là.” Et les cambrioleurs rappellent pour dire “Tout va bien.” avant de monter dans la voiture et de s'en aller.

nichts sehen nichts hören nichts sagen

On n'entend rien, on ne voit rien, on ne dit rien. Photos de la Chancelière Merkel, du Ministre de l'Intérieur Friedrich et du directeur de la chancellerie Pofalla lors d'une manifestation. (Source: utilisateur Flickr mw238 sous licence CC BY-SA 2.0)

Jakob Jochmann décrit ainsi l'effondrement de l'état de droit dans son article “La politique de la société parallèle“:

Le Ministre de l'Intérieur ayant officiellement postulé l'existence de “super droits fondamentaux” qui seraient au-dessus de la constitution, l'abolition du contrat social est désormais officielle. Quand le gouvernement capitule devant la réalité au lieu de la traiter politiquement, alors le Léviathan refuse d'accomplir les devoirs qui lui incombent.

Par ailleurs, ce problème n'est pas le fait du gouvernement. On peut parler à juste titre d'échec du système, car il n'y a pas de remède à cette classe politique qui s'est construite sur l'avènement de la post-démocratie. Cela ne donne au prétendu souverain, le peuple, aucune marge de maneuvre pour empêcher l'effondrement de l'état de droit. Ce ne sont pas seulement les alternatives politiques mais aussi le sens de l'urgence et la communication qui font défaut.

Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans la rue samedi dans de nombreuses villes d'Allemagne. Elles ont exprimé leur désaccord avec le gouvernement mené par la Chancelière Merkel et avec les services secrets. Voici quelques témoignages issus des manifestations.

Quelques utilisateurs Twitter ont partagé, sous le mot-clic #StopWatchingUs (“arrêtez de nous surveiller”) des images des bannières qui expliquent leurs motivations pour participer à la manifestation :

“Qui n'a rien à craindre, ne devrait pas craindre le lanceur d'alerte !” (whistleblower)!

Avant, on n'avait que la semaine de 35h comme revendication. Aujourd'hui, il s'agit de la liberté tout court !

On ne peut pas se permettre d'attendre que le combat pour la liberté soit qualifié de haute trahison. (Erich Kästner)

Le meilleur slogan!
[Sur la bannière: “Quelle amertume !!! En venir à descendre dans la rue avec le FDP (parti libéral allemand) !]

Les manifestants s'adressent aux passants: “On protège vos droits fondamentaux !”

La canicule estivale était aussi un thème de discussion sur Twitter:

Manif sous 36 degrés contre surveillance à 360 degrés

A la manif ! La liberté, pas la piscine.

Manif contre ACTA: -14°C
Manif contre PRISM: 39°C

Et comme à chaque manifestation, la créativité des participants s'est exprimée :

Je te surveille. (Parodie de Big Brother is watching you)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site