Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Venezuela : Accès bloqué aux photos sur Twitter pendant les manifestations

(Sauf mention contraire, les liens mènent vers des contenus en espagnol.)
Le 14 février, après deux jours d‘intenses manifestations dans tout le pays, les internautes vénézueliens ont signalé une série de problèmes relatifs à l'accès à certains sites internet. Plusieurs sites étaient bloqués et les utilisateurs de Twitter n'avaient accès ni aux images [en anglais] ni aux vidéos du réseau social, dont l'importance a été vitale pour la communication entre les manifestants. Gabriel Bastidas, un journaliste vénézuelien, a dit sur Twitter :

22h08, Les protocoles d'accès aux médias [images, vidéos] sur Twitter auraient été bloqués au Vénézuela. Les utilisateurs signalent qu'ils ne peuvent voir les photos.

Le journaliste Jesús Torrivilla a écrit :

Mon client web de Twitter est bloqué. J'utilise ABA. Mais j'espère y accéder avec TOR.

La journaliste Laura Solórzano a signalé :

Le problème avec les photos sur Twitter vient d'un blocage des protocoles #media de Twitter. ça vient du gouvernement.

Le problème [d'accès aux] images sur Twitter ne se présente que pour ceux utilisant la connection CANTV. [avec les fournisseurs d'accès] Inter et Satelital, ça marche.

Certains utilisateurs, retraçant les routes [traceroute] du serveur d'images de Twitter, ont signalé que la connection était interrompue par CANTV, le fournisseur d'accès appartenant à l'Etat qui possède un quasi monopole sur les autres opérateurs de télécommunication du pays. Loris Santamaria, consultant en services d'infrastructure de réseau, a publié sur Twitter : 

[Fran Monroy Moret :] Il est FAUX de dire que les problèmes d'accès aux images sur Twitter ne concernent que CANTV. D'autres FAI d'Amérique centrale, du Venezuela et de Mexico rencontrent des problèmes.
[Loris Santamaria : ] Eh bien, j'ai la preuve que celui qui nous bloque est bien CANTV

Toute la journée [du 14 février], certains utilisateurs se sont plaints de ne pas pouvoir accéder à d'autres sites. La blogueuse et activiste vénézuélienne Naky Soto a indiqué qu'elle rencontrait des problèmes pour accéder à la page du journal El Nacional et a pris une capture d'écran : 

Beaucoup de visiteurs de El National rencontrent cette erreur quand ils visitent le site.

Le 11 février, William Castillo, président de la Commission Nationale de Télécommunication du Venezuela (CONATEL), a déclaré que la couverture médiatique des manifestations pourrait rentrer en violation avec la Loi de Responsabilité sociale sur la radio, la télévision et les médias digitaux. Pendant plusieurs années, le gouvernement du Venezuela a déjà restreint l'accès à plusieurs sites web pour différentes raisons, et en novembre dernier, il a déployé une vague de blocage, quand le président Maduro a annoncé des mesures contre les sites web qui fournissent la valeur officielle des devises étrangères. Le samedi 8 février, Castillo a indiqué que le gouvernement avait bloqué jusqu'à 384 sites pour cette même raison :

La CONATEL a réussi à obtenir des fournisseurs d'accès internet au Venezuela qu'ils bloquent 348 URL de sites qui [selon elle] désinforment avec un taux de change du dollar illégal.

Le vendredi suivant, les utilisateurs ont continué à remonter des problèmes d'accès à d'autres sites tels que Pastebin.com, Facebook et encore Twitter. Dans l'après-midi du vendredi, CANTV a oublié un communiqué dans lequel il nie catégoriquement son implication dans le blocage des images sur Twitter.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site