Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Une campagne contre la défécation en plein air

A village school in Moradabad district, Uttar Pradesh, India with toilet facilities for both boys and girls. Image by author.

Une école de village de l’ Uttar Pradesh, en Inde, avec des toilettes pour les garçons et pour les filles. Les enfants sont ainsi encouragés (par des instructions visuelles et écrites) à se laver les mains avec du savon avant les repas et après avoir utilisé les toilettes. Image par l'auteur du post, Aparna Ray. 

Tous les liens de ce post renvoient à des pages en anglais.

Par des programmes innovants de sensibilisation, la campagne “Emmène tes Crottes aux Toilettes” (Take the Poo to the Loo) par UNICEF Inde veut appeler les Indiens à cesser de faire leurs besoins en plein air ainsi que d'utiliser les latrines à fosses, qui sont lavées par des personnes récupérant les déjections manuellement. 

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) [pdf], environ 620 millions de personnes en Inde font toujours leurs besoins en plein air – ce qui représente 50 % de la population. Même le dernier recensement du gouvernement indien a révélé un chiffre aux alentours de 50 %. Alors que le gouvernement indien conduit un grand nombre de programmes d'assainissement et d'hygiène publiques, les dernières données du recensement montrent que les ménages indiens possèdent plus de téléphones/portables que d'installations sanitaires.

Plus qu'une simple absence de toilettes

Les responsables du gouvernement conduisant ces projets d'assainissement ont compris que pour arrêter ces  habitudes ancestrales de faire ses besoins en plein air, le peuple doit d'abord comprendre la nécessité de posséder et d'utiliser des installations sanitaires – une tâche ardue, spécialement dans les communautés rurales où traditionnellement, il n'existe pas la même pudeur sociale d'aller dans les champs, les bois, etc. pour faire ses besoins naturels. Il s'agit seulement de quelque chose que “tout le monde fait”. En réalité, la population est réticente à posséder des toilettes dans l'enceinte de leur habitation, à la fois pour des raisons religieuses et “hygiéniques”. En effet, leur argument est que les toilettes étant des pièces “sales”, elles ne pourraient co-exister dans la même enceinte que celle contenant la cuisine ou la pièce de culte. 

Screenshot from the "Take the poo to the Loo" campaign website

Capture d'écran du site web de la campagne “Emmène tes Crottes aux Toilettes” 

Malathy M, une jeune professionnelle travaillant pour la “Maharashtra State Rural Livelihoods Mission”, a réagi sur la question après avoir aperçu des personnes utilisant les abords des autoroutes comme des toilettes de plein air. Elle a tweeté : 

La défécation en plein air est une réalité en Inde et il n'existe pas de solution simple… Ce n'est pas simplement un manque de toilettes

La disponibilité de toilettes est elle-même une question en soi… Quelle en est l'importance pour une famille rurale tenant compte du contexte culturel et social ?

Les enfants sont les principaux victimes de cette pratique

Les enfants sont les êtres les plus vulnérables lorsqu'il s'agit de risques pour la santé résultant de faibles installations sanitaires et d'une hygiène médiocre, associées à la défécation en plein air. Selon ce rapport [pdf] publié par la London School of Hygiene and Tropical Medicine, 

Les maladies diarrhéiques causées par des installations sanitaires insuffisantes et par une absence de conditions hygiéniques mettent les enfants face à des risques multiples conduisant à des déficiences en vitamines et en minéraux, une morbidité élevée, la malnutrition, un arrêt de la croissance et la mort.  

En Inde, ces problèmes peuvent être sévères car 

Moins de 12% des enfants ruraux #Inde utilisent des #toilettes ; le taux des enfants urbains est meilleur, mais reste inférieur à la moitié (47%)

28 millions d'enfants n'ont pas accès à des toilettes correctes. Cela ne correspond qu'à 5 millions de moins que tous les utilisateurs de Twitter réunis dans le monde entier.

Réalisant la gravité de la situation, le gouvernement indien s'est doté de la collaboration de l'UNICEF Inde comme un partenaire de choix dans sa lutte contre la pratique de la défécation en plein air. L'UNICEF s'est associé à cette initiative à différents niveaux. La campagne actuelle #poo2loo (#CrottesAuxToilettes) vise ainsi la population urbaine en cherchant à éveiller sa conscience sur la défécation en plein air et n'a pas seulement lieu dans les zones rurales mais aussi dans les régions urbaines (notamment les bidonvilles).

L'UNICEF Inde utilise des méthodes innovantes pour engager les citoyens et éveiller la conscience sur la défécation en plein air.

Dans les deux prochains posts de cette série, nous verrons a) comment les latrines à fosse et les mauvais préjugés associés à la récupération manuelle des déjections continuent à persister obstinément dans certaines régions de l'Inde et b) comment de courageux “Toilet Warriors” (Guerriers des Toilettes) appellent au changement dans leurs communautés et créent la demande pour des toilettes hygiéniques et pour de meilleures installations sanitaires – permettant l'espoir que la défécation en plein air et la récupération manuelle des déjections pourront lentement, mais sûrement, appartenir au passé.

1 commentaire

  • […] Une école de village de l' Uttar Pradesh, en Inde, avec des toilettes pour les garçons et pour les filles. Les enfants sont ainsi encouragés (par des instructions visuelles et écrites) à se laver les mains avec du savon avant les …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site