Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mission : chasseurs d'événements météorologiques extrêmes au Bangladesh

Screenshot of the Great Bangladesh Weather Expedition Page

Capture d'écran du site de la Grande Expédition Météorologique du Bangladesh

Le Bangladesh fait partie des pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique en raison de la fréquence des événements météorologiques extrêmes et de la forte densité de population. Les inondations et les cyclones sont souvent meurtriers et provoquent de sérieux dégâts dans tout le pays. Ces conditions climatiques violentes et la montée du niveau de la mer sont déjà une réalité et vont continuer à s'intensifier.

La Grande Expédition Météorologique du Bangladesh a pour mission d'enregistrer ces événements. Cette équipe de chasseurs de tempêtes est composée du météorologiste américain Jonathan D. Finch ; du Dr. Ashraf M. Dewan, un chercheur en post-doctorat au Département de Sciences de la Terre et de l'Environnement et maître de conférences au Département de Géographie de l'université de Nagoya, au Japon ; Scott Olson, photographe pour Getty Images ; et Tim Vasquez, développeur du logiciel de prévisions météorologiques Digital Atmosphere.  

Depuis de nombreuses années, Finch étudie et prédit le temps au Bangladesh et conserve des archives complètes sur son site. La carte ci-dessous a été créée à partir des données de Finch et Dewan :

Selon le site, l'Expédition du Bangladesh opérera comme un « mésonet mobile » – ou un réseau de stations météorologiques – de Dhaka à Fairdpur et Manikganj. Elle effectuera des mesures de température, des relevés de rosée, de vitesse et direction du vent tout en prenant des photographies et des vidéos. L'équipe va aussi produire un documentaire qui portera sur le projet, la culture du Bangladesh et la singularité du climat de ce pays.

Hail storm sweeps through Dhaka city. Image by Mehedi Rahman. Copyright Demotix (24/2/2010)

Après une averse de grêle dans la ville de Dhaka. Photo de Mehedi Rahman. Copyright Demotix (24/2/2010)

Bangladesh is home to the world's deadliest tornado and also the world's heaviest hailstone which was reported to weigh 2.2lbs (that's the weight of 7 baseballs). This same storm killed 92 people from hail alone and the nearby region of India had the world's deadliest hail storm on record with 246 fatalities. The Bangladesh expedition has equipment to measure the diameter and weight of hail on the spot.

Le Bangladesh a connu la tornade la plus mortelle au monde. La taille des grêlons est allée jusqu'à 1 kg (l'équivalent de 7 balles de baseball), un record mondial. Au cours de cette tempête, la grêle seule a causé la mort de 92 personnes et la région voisine, en Inde, a été frappée par la plus mortelle averse de grêle jamais enregistrée avec 246 victimes. L'expédition du Bangladesh possède l'équipement pour mesurer sur place le diamètre et le poids des grêlons.

Dans un des posts du blog de l'équipe, Scott Olson décrit le Bangladesh comme une “beauté anarchique” :

People were living on the street, with a simple cloth tent, while next door may be a BMW dealership. A fire burned out of control for no particular reason and yet underlying it all, there is some structure to this chaos, not a lot but just enough to sustain it. The people are friendly and helpful and are immensely proud that a foreigner would visit their country. One thing to remember is Bangladesh is a young country and it creates feelings in the soul similar to what those people who came to an early America. Imagine that time you showed your friend a favorite track of a record you wanted them to hear, that eager anticipation while they listened to it. The art, uniqueness and warmth are of the Bengali people are of a degree you can find very few places.

 Les gens vivent dans la rue, sous de simples toiles de tentes, alors qu'un concessionnaire BMW peut se trouver à deux pas. Un incendie difficile à maîtriser peut se déclarer sans raison apparente. Pourtant, sous ce chaos se cache une organisation fragile certes, mais suffisante pour y faire face. Les gens sont aimables, serviables et très fiers qu'un étranger visite leur pays. Il ne faut pas oublier que le Bangladesh est un pays jeune. Il engendre des sentiments comparables à ceux qu'on dû ressentir les premiers colons d'Amérique. Rappelez vous du jour où vous avez fait écouter à des amis un morceau de musique, cette attente impatiente alors qu'ils écoutaient. L'art, la singularité et la chaleur des Bangladais ne se trouvent que dans très peu d'endroits.

Vous pouvez suivre la page Facebook du projet.

Informations complémentaires de Rezwan

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site