Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Inde religion et spiritualité investissent le net

A sadhu in India goes hi-tech with a mobile camera. Image by utilitarian via Flickr. CC BY-NC

Un sadhu en Inde équipé d'un téléphone avec appareil photo Image by utilitarian via Flickr. CC BY-NC

[Liens en anglais et français] La présence de religions multiples et la place importante de la spiritualité ont été depuis des millénaires l'un des aspects les plus caractéristiques de l'Inde. Il n'est donc pas surprenant qu'entrepreneurs du numérique et diverses start-ups se soient montrés soucieux, à l'aube du 21ème siècle, d'étancher la soif spirituelle du pays par la voie du web. 

Les Indiens consacrent chaque année près de 30 milliards de dollars aux dieux, temples et pèlerinages. Beaucoup sont ceux qui regrettent leurs dépenses après coup. Les files d'attentes épuisantes au sein de temples surpeuplés où les fidèles sont le terrain de chasse de racoleurs est une explication. C'est lors d'une telle visite au temple que Goonjan Mali, entrepreneur d'une vingtaine d'années, a lancé OnlinePrasad.com. Goonjan essayait de participer à un prasad – offrande de nourriture faite à une divinité pour la faire bénir avant sa distribution aux fidèles –  mais l'ambiance du temple finit par le dissuader. Goonjan Mall évoque sa jeune entreprise sur Iamne.com : 

“L'idée que la pratique de la religion devait être simplifiée et que les outils technologiques pouvaient y aider m'est venue comme un flash”. Il a quitté son ancien emploi de senior analyste chez Bain & Company, avant de rassembler des fonds et de lancer le site web. Aujourd'hui, son site attirerait une moyenne de 2500 visiteurs journaliers, visiteurs à qui Goonjan vend et livre des prasad provenant de plus de 50 temples indiens. Sa société organise aussi des poojas ou rituels de prière au sein de plusieurs temples, sans compter la vente d'autres produits religieux. 

Siddharth S Singh, professeur de marketing à la Indian School of Business, Hyderbad, dit de ce essor soudain de portails internet : 

L'éclatement de la bulle internet du début des années 2000 a touché de nombreux business numériques. Il s'en est suivi un reflux des transactions en ligne. Cela a changé. Les opportunités de croissance sont aujourd'hui importantes.  

La religion n'est pas la seule à s'immiscer dans les toiles du net. Le Yoga et la méditation sont aussi concernées. Le nombre de guides de médiation et de programmes de yoga en ligne a explosé ces dernières années. 

Screenshot of Isha Kriya Website

Capture d'écran du site d'Isha Kriya

Isha Kriya, jeune entreprise dans le domaine de la méditation guidée a été lancée en 2011. Elle fait désormais partie des sites les plus populaires du genre. Ses adeptes partagent régulièrement leur expérience d'utilisateur sur Twitter. Le professeur de yoga et co-fondateur du studio de Yoga “Beyond Asana” Maura Manzo tweetait au sujet de son premier jour d'utilisation de Isha Kriya : 

Actuellement au 8ème jour de la technique de méditation biquotidienne de #ishakriya via @SadhguruJV. Vous pouvez la télécharger gratuitement via ce lien

Proud Ummah, un site web qui organise des pèlerinages du Hajj et de l’Oumra, est un autre service qui fait parler de lui sur le net. Crée par Abid Khan, un ancien employé chez Google, il offre un kit de pèlerinage de 25 produits, dont les essentiels nécessaires pour arriver au terme de ce pèlerinage. Le site s'est aussi positionné en tant que guide tout-en-un pour ce qui a trait aux pèlerinages en général.

Screenshot of the Proud Ummah Website

Capture d'écran du site Proud [Fier] Ummah

Dans l'ensemble, le public a bien accueilli ces nouveaux sites web. Certaines réactions sont plus désinvoltes que d'autres. Ina Bansal, cadre en communications et relations publiques commente de manière ironique : 

Le e-commerce religieux qui prend de l'ampleur avec les nouveaux #OnlinePrasad, #ProudUmmah qui décollent. Intervention divine ? Peut-être.

L'audience que cible ces sites semble préférer l'experience numérique aux alternatives plus traditionnelles. Ayesha Fathima, mère au foyer qui a participé au pèlerinage du Hajj en 2013 se dit satisfaite de Proud Ummah :

J'y ai trouvé l'information dont j'avais besoin ainsi que le fameux kit, je n'ai plus à me faire mille magasins pour trouver ce que je cherche.

Un autre internaute qui blogue au sujet des Prasad en ligne et autres sites du genre a résumé l'opinion générale sur le sujet. Enthousiaste, il reste toutefois prudent :

J'apprécie l'idée de m'occuper du prasad et du pooja en ligne. Cependant j'espère bien que les chefs d'entreprises derrière tout ça n'oublient pas que l'éthique est plus importante que le profit et les rentrées d'argent. D'une certaine manière, ces boîtes font de l'argent avec les produits de “Dieu”, personne n'est très à l'aise avec cette idée de monnayer un dieu ou un temple. J'espère donc que ces entrepreneurs ne tirent pas des avantages injustifiés de leur activité pour ensuite partir à l'étranger.

On prévoit qu'Internet et le commerce en ligne se développent dans les années à venir en Inde, territoire où se répand l'usage des terminaux mobiles à la fois dans les régions urbaines et rurales. Etant donné la popularité imperturbable de tout ce qui touche à la religion et à la spiritualité dans le pays, personne ne peut dire jusqu'où le succès des portails web qui en font leur fonds de commerce va s'arrêter.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site