Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Ukraine remplit Twitter d'informations sur l'invasion russe

Reports of Russian military moving across the border into Ukraine caused a Twitter avalanche. Image from Twitter.

Les récits de mouvements militaires russes à travers les frontières ukrainiennes ont inondé Twitter. Image : Twitter.

La Russie a accentué mercredi sa poussée à travers le frontières ukrainiennes, en envoyant selon toutes apparences des troupes et des blindés dans la petite ville de Novoazovsk dans les environs de Donetsk, dans ce que les média ont appelé une invasion furtive. Les utilisateurs ukrainiens des médias sociaux ont répliqué par des milliers de messages pour appeler l'attention mondiale sur ces nouvelles alarmantes.

Dès l'apparition des premiers signalements de troupes russes franchissant de nouveaux postes le long de la frontière, Twitter et d'autres réseaux sociaux se sont mis à sonner l'alarme, à mesure que les internautes cherchaient comment sensibiliser sur les incursions. Il fallait absolument trouver un mot-clic, et c'est une ingénieuse twittos biélorusse, @belamova qui l'a forgé :

Il faut 1000 retweets pour pour faire monter le hashtag sur l'invasion par la Russie dans les trends mondiaux #LaRussieaenvahil'Ukraine

Le mot-clic #RussiainvadedUkraine [La Russie a envahi l'Ukraine] et ses expressions-soeurs se sont propagées comme une traînée de poudre, grâce aux directives d'usagers pour les rendre virales de manière à atteindre les audiences autant russophones qu'occidentales :

Ecrivons des tweets en langues étrangères avec les hashtags #UkraineUnderAttack #RussiainvadedUkraine. MAX RT

Un appel à l'action bien suivi par les Ukrainiens sur Twitter : dans l'heure de la naissance de #RussiainvadedUkraine, le mot-clic a amassé plus de 100.000 tweets et retweets, dépassant les 350.000 plus tard dans la journée. Sur le réseau social russe VKontakte, 3 à 5 entrées étiquetées du même mot-clic sont apparues chaque seconde à l'apogée de la flashmob. Les internautes ont publié en russe, ukrainien, anglais et d'autres langues, se sont adressés à divers responsables et organisations internationales, et ont évidemment partagé des images évocatrices pour attirer les regards.

AIDEZ L'UKRAINE MAINTENANT

Monde ! Au diable votre profonde inquiétude. Agissez maintenant.

A côté des utilisateurs ordinaires, des comptes officiels ont aussi rejoint la hashtag-flashmob, ainsi le Ministère ukrainien des Affaires étrangères :

Comme le tweet du ministère se bornait à reproduire le mot-clic, certains usagers, comme le journaliste du KyivPost Christopher Miller, se sont demandé comment interpréter le message.

Est-ce l'annonce officielle par le gouvernement ukrainien d'une invasion russe, avec hashtag ?

Alors que la nouvelle de l'invasion se propageait, le mot-clic #RussiainvadedUkraine n'a pas tardé à accéder aux tendances en Ukraine, avant d'atteindre le sommet des tendances mondiales sur Twitter, comme le montre cette capture d'écran postée sur Twitter.

Si la plupart des tweets protestant contre la violation russe de la frontière provenaient d'Ukrainiens, il y a aussi eu des utilisateurs russes de médias sociaux qui se sont joints à la vague d'indignation. Un tweet de Dmitry Monakhov, annonçant qu'il allait manifester contre les actes du Kremlin sur la place du Manège à Moscou, a recueilli plus de 1700 retweets.

Je suis Russe. Je ne suis pas du bétail. Ni un assassin. Ni un occupant. J'ai honte que Poutine soit mon président. A 9:00 je vais [place du] Manège protester contre la guerre.

Le tweet de Monakhov doit son caractère viral en partie au retweet de Mustafa Nayyem, un journaliste afghan-ukrainien crédité d'avoir catalysé le mouvement contestataire Euromaïdan en novembre dernier avec un texte sur Facebook.

RT! Aidons nos collègues russes.

D'autres internautes russes, tel le militant d'opposition Rouslan Leviev, ont aussi appelé les Russes à sortir manifester sur leurs places centrales.

Il n'y a pas de lieu et de “temps prescrit” ! C'est une action permanente, sortez quand vous pouvez et où vous pouvez ! Plus près du centre. [Place du] Manège, [place] Rouge.

La tempête de hashtag sur Twitter et les autres réseaux sociaux a indubitablement capté l'attention des médias et responsables ukrainiens et occidentaux, et suscité des expressions de solidarité parmi les Russes. Mais difficile de savoir si elle débouchera sur une action perceptible des autorités ukrainiennes ou de nouvelles sanctions occidentales contre la Russie. Les Etats-Unis et l'Union Européenne continueront-ils à s'en tenir à leur “profonde préoccupation” ? Dans l'escalade actuelle, les Ukrainiens recourent aux médias sociaux pour essayer de mobiliser, mais les réponses concrètes adviendront plus difficilement qu'une place dans les tendances mondiales de Twitter.

1 commentaire

  • […] de nombreuses langues, exhortant de nombreux responsables et organisations internationales, comme le précise le Global Voices Online. Ainsi, le ministère des affaires étrangères ukrainien postait tout simplement cette […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site