Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bhoutan : Une seconde vie pour les vieilles chaussures

Les bénévoles se concentrant sur la façon de recycler les chaussures récoltées durant la campagne de collecte. Elles seront bientôt envoyées aux quatre coins du Bhoutan pour la distribution. Image par Help Shoe Bhutan (Aide Chaussures Bhoutan). Utilisée avec permission.

Les bénévoles recyclent les chaussures récoltées durant la campagne de collecte. Elles seront bientôt envoyées aux quatre coins du Bhoutan pour la distribution.Crédit photo Help Shoe Bhutan (Aide Chaussures Bhoutan). Utilisée avec permission.

 Au Bhoutan, une campagne dirigée par un entrepreneur local collecte des chaussures usées pour les nettoyer et les distribuer à ceux qui ne peuvent pas se permettre d'acheter une paire neuve. La campagne Help Shoe Bhutan (Aide Chaussure Bhoutan) a jusqu'ici donné des chaussures à près de 1 pour cent des 740 000 habitants du pays.

L'histoire commence avec M. Sandeep Gajakas, un ingénieur indien, qui a inventé le concept du service de nettoyage des chaussures. M. Gajakas a remarqué que certaines personnes ne faisaient pas l'effort de nettoyer leurs chaussures. Si elles s'attendent à ce que quelqu'un d'autre le fasse à leur place,c'est qu’ il devait y avoir certainement une manière pour en faire des affaires viables. En 2003, il a ouvert la première affaire de nettoyage et de réparation professionnelle de chaussures en Inde pour tous les types de chaussures, à Mumbai. A présent son réseau de franchise ShoeVival couvre 10 villes dans trois pays.

Le jeune entrepreneur bhoutanais Dawa Drakpa a introduit le concept de ShoeVival au Bhoutan en 2011. Le blogger bhoutanais Passang Tshering raconte ce qui s'est passé ensuite:

Ses parents l'avaient envoyé pour étudier pour devenir infirmier à Bangalore [Inde], mais à leur grande déception, il revient de Mumbai avec une franchise pour le nettoyage de chaussures, et sans le diplôme. Inimaginable, mais c'est l'étrangeté du destin. [..]

En peu de temps, il a transformé ce qui était auparavant perçu comme un “sale boulot” en une affaire juteuse.

help shoe bhutanDawa Drakpa a écrit sur son blog à propos de son combat et de la façon dont il a démarré l'entreprise sociale appelée Help Shoe Bhutan. M. Drakpa a vu beaucoup de chaussures dans une poubelle et il a pensé qu'une bonne partie pouvaient être recyclée et réutilisée. Dans les campagnes du Bhoutan, de nombreux enfants marchent plusieurs kilomètres sans avoir des chaussures décentes pour aller à l'école. Les agriculteurs travaillent la terre pieds nus parce qu'ils ne peuvent pas se permettre des chaussures.

La dernière campagne de collecte de chaussures a commencé en septembre 2011. D'après les mots de Drakpa:

L'intention était claire: 
1 Recueillir autant de vieilles chaussures possible. 
2. Les faire revivre. 
3 et enfin les distribuer aux personnes qui ne pouvaient pas se permettre d'acheter une bonne paire de chaussures.

Help Shoe Bhutan a distribué 500 paires de chaussures à Merak, un village à l'extrême est du Bhoutan, dans le district de Trashigang. Crédit photo Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

Help Shoe Bhutan a distribué 500 paires de chaussures à Merak, un village à l'extrême est du Bhoutan, dans le district de Trashigang. Crédit photo Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

Drakpa signale que de nombreuses organisations, entreprises et individus se sont offerts pour aider  avec de l'argent ou tout simplement pour donner un coup de main. Le nettoyage et la réparation des chaussures coûtent à peine Nu. 80 (1,30 $ US) par paire, un service que Drakpa fournit. Le Bhutan Dragons Motorcycle Club s'est joint à l'initiative en tant que partenaire pour la distribution et la livraison des chaussures dans les zones rurales qui en avaient besoin. Il raconte comment ses membres travaillent ensemble dans une course à la charité par des temps froids et brumeux afin de distribuer les chaussures et d'autres articles dans le quartier Samtse au sud-ouest du Bhoutan.

Une fillette avec une paire de chaussures recyclées lors d'une distribution. Crédit photo Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

Une fillette avec une paire de chaussures recyclées lors d'une distribution. Crédit photo Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

La première distribution a eu lieu en mars 2012. Drakpa rappelle:

L'équipe de distribution est arrivée vers 15 heures. Et les enfants étaient debout, en file indienne, dans l'attente de leur tour. Même à cet instant, je n'étais pas très sûr de savoir comment ces chaussures auraient été acceptées. […] Il y avait différentes sortes de chaussures pour adultes et enfants, des tongs, des bottes, des chaussures en cuir et la liste continue. […] Help-Shoe Bhoutan avait apporté  221 paires de chaussures nettoyées et réparées.

Un à un les enfants ont essayé les chaussures … Ils étaient très excités, nous pouvions voir clairement que tant les enfants que les adultes choisissaient leurs chaussures avant même que leur tour d'essayer arrive. Ils se sont vite tous précipités vers les chaussures et ça` ressemblait plus à un marché aux poissons. Cela dit, c'était en effet un honneur pour nous, l'équipe de distribution. 

 

La joie d'obtenir une paire de chaussures lors de la distribution dans le district de Zhemgang, l'une des régions les plus pauvres au Bhoutan. Photo crédit: Help Shoe Bhutan.  Utilisée avec permission.

La joie d'obtenir une paire de chaussures lors de la distribution dans le district de Zhemgang, l'une des régions les plus pauvres au Bhoutan. Photo crédit: Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

L'équipe de  Help Shoe Bhutan a également distribué des chaussures à Zhemgang, le quartier le plus pauvre au Bhoutan. Drakpa rappelle:

Nous nous sommes fixés comme but que pas une seule personne ne quitterait la salle sans avoir eu une paire de chaussures. La distribution a commencé avec Bardo Tshogpa faisant l'appel selon les noms des familles. Il y a 68 ménages dans Bardo gewog, soit environ 300 personnes. Les dons comprennent les chaussures, des vêtements, des jouets, de nouvelles couvertures, des bonbons, des biscuits, etc.

La première campagne, qui a duré jusqu'en mai 2012, a distribué environ 1300 paires de chaussures. La deuxième lancée en juin 2012 par Son Altesse Royale la Princesse Chimi Yangzom Wangchuck visait la distribution de 2000 paires. L'initiative est en cours, avec un nombre total de chaussures distribuées atteignant 5996 au 21 mai 2014.

Notre partenaire pour la distribution Bhutan Dragons Motorcycle Club a distribué 742 paires de chaussures dans Pemagatshel. Crédit photo Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

Partenaire pour la distribution, Bhutan Dragons Motorcycle Cl,b a distribué 742 paires de chaussures dans Pemagatshel. Crédit photo Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

Quel est le prochain but dans cette campagne? Selon sa page sur Facebook, l'équipe ira dans les écoles secondaires pour former les élèves à nettoyer et à recycler les chaussures. Un billet, publié le 24 juillet, indiquait que:

Nous essayons simplement de sensibiliser les élèves pour qu'ils prennent eux-mêmes soin de leurs propres chaussures.

On dit souvent “donner un poisson à un homme, il se nourrira pendant un jour”. Apprenez-lui à pêcher, il va ouvrir une poissonnerie et nourrir son quartier “

Vous pouvez suivre le projet via sa page sur Facebook.

Des enfants heureux avec des chaussures recyclées. Photo crédit:  Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

Des enfants heureux avec des chaussures recyclées. Photo crédit: Help Shoe Bhutan. Utilisée avec permission.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site