Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Et si l'on s'inspirait de l'Amérique latine pour lutter contre le changement climatique ?

The Amazon. Photo credit: Mariusz Kluzniak (Flickr)

Le fleuve Amazone. Crédits photo : Mariusz Kluzniak (Flickr)

Cet article a été rédigé par Hoda Baraka pour 350.orgune organisation qui construit un mouvement global pour le climat. Il est republié sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenus.

L'Amérique latine détient une longue histoire de mouvements populaires, que ce soit dans un contexte environnemental, politique ou économique. Aujourd'hui, ces mouvements se sont établis comme des forces sociales et politiques majeures qui façonnent en grande partie les réalités régionales.

On retrouve ci-dessous les points forts des discussions avec les militants pour la lutte contre le réchauffement climatique en Amérique latine mettant en lumière la singularité du mouvement pour le climat dans la région et ce que le mouvement global pourrait apprendre de cet exemple à suivre.

1. S'adapter aux changements

A l'instar d'autres régions du Sud, l'Amérique latine continue de subir un processus d'urbanisation au fur et à mesure que les populations se déplacent des campagnes vers les villes à la recherche d'opportunités économiques. Bien que l'urbanisation suscite beaucoup de problèmes environnementaux et que les cultures rurales soient largement remplacées par les cultures urbaines, dans le cas de l'Amérique latine, les militants ruraux et urbains ont regroupé leurs forces pour combattre la crise climatique. 

Ainsi, plutôt que de succomber au changement dicté par l'urbanisation, ils s'adaptent et rassemblent leurs forces avec les jeunes militants situés dans les zones urbaines. 

En tant que militant contre le changement climatique, le Péruvien Majandra Rodriguez Acha, l'un des fondateurs du groupe activiste connu sous le nom de TierrActiva Peru, explique :

Je pense que le mouvement pour le climat en Amérique latine est nouveau mais en même temps assez vieux. Les groupes qui sont directement affectés par le changement climatique tels que les autochtones, les femmes et les communautés rurales se sont mobilisés sur les problèmes liés au changement climatique depuis longtemps; mais je pense également que dans certaine mesure, en tant que mouvement plus urbain et mené par les jeunes, c'est assez nouveau. C'est un mouvement différent qui grandit ; de plus en plus de gens découvrent ce qu'est le changement climatique et comment cela les affecte et affecte les autres dans différents contextes. 

Ecoutez le podcast ci-dessous où Majandra parle également des réalités du changement climatique en Amérique latine, des communautés affectées, des risques d'être un militant environnementaliste dans la région, et d'autres choses encore.

2. Unis par la lutte pour des moyens d'existence durables

Ce que les observateurs identifient comme étant un mouvement latino-américain pour le climat provient de l'association de plusieurs mouvements. Cela ajoute non seulement de la force à la lutte climatique mais c'est également une réflexion précise sur l'impact transversal du changement climatique dans la mesure où il affecte les vies, les emplois, la santé et bien au-delà. 

L'assemblage de ces forces hisse les débats sur le climat à un autre niveau et représente tout un nouveau niveau de pression sur les gouvernements (qui sont à la traîne sur le changement climatique) tout en ajoutant un réel pouvoir aux multiples voix unies dans leur appel à l'action climatique. 

La militante pour la lutte contre le changement climatique, Nicky Scordellis, qui a rejoint le mouvement climatique bolivien il y a plusieurs années et fait partie du groupe activiste TierrActiva Bolivia, explique :

L'Amérique latine possède cet immense mouvement qui souvent ne s'auto-désigne pas mouvement climatique mais ce qu'ils font fait complètement partie des luttes contre le changement climatique. Deux éléments clefs entrent en jeu : l'un est la résistance, et en Amérique latine, il y avait d'immenses mouvements de résistance contre les grands projets d'envergure, l'extraction de combustibles fossiles, l'exploitation minière, tout ce qui est souvent lié aux problèmes territoriaux et aux droits des autochtones. En fait, tous sont liés au changement climatique et c'est incroyablement puissant en Amérique latine. L'autre élément clef, ce sont les personnes qui forgent des alternatives, à travers l'Amérique latine. Il existe d'incroyables expériences de projets de transition en cours, d'agriculture biologique locale, de construction de maisons écologiques et de jardins urbains. Cela arrive partout en Amérique latine. Je pense que ça montre comment combattre le changement climatique et qu'il est vraiment important pour les mouvements existant à travers le monde de voir ce qui se passe en Amérique latine et d'apprendre de ces expériences. 

Ecoutez le podcast ci-dessous dans lequel Nicky parle également des militants contre le changement climatique en Bolivie et comment ils se mettent en lien avec d'autres groupes activistes à travers la région. 

3. Animés par une puissante connexion à leur terre

A travers l'Amérique latine, beaucoup de traditions spirituelles autochtones expriment l'éthique du respect pour la vie non-humaine, pour certains lieux, les caractéristiques du paysage et la terre elle-même. Par conséquent, ce respect envers la nature se reflète à travers un besoin de vivre en équilibre avec l'environnement, de respecter et protéger les écosystèmes qui permettent de vivre sur terre. 

Dans une économie mondiale animée par des intentions capitalistes, beaucoup voient la nature comme une simple ressource qui doit être exploitée pour des gains économiques. Pour affronter cette cupidité et les destructions qui s'ensuivent, beaucoup de communautés autochtones se sont dressées pour défendre la nature, tragiquement trop souvent au prix de leur vie.

En Amérique latine, en se basant sur leurs racines autochtones, beaucoup intègrent ces concepts et traditions spirituelles dans une approche globale du développement. La prémisse de cette approche est de faire des choses d'une manière communautaire, écologiquement équilibrée et sensible aux cultures. Une telle approche bien connue est appelée le mouvement Buen Vivir [mouvement du bien vivre]. Ayant pris naissance en Equateur, il est enraciné dans la conception du monde des Quechua des Andes.

D'autres mouvements sociaux à travers l'Amérique du sud ont été inspiré par ceci et se sont développés, en faisant également le lien avec d'autres systèmes autochtones de croyance, tels que ceux des Aymara de Bolivie, les Quichua d'Equateur et les Mapuches du Chili et d'Argentine.

Lisez aussi sur le mouvement “Buen Vivir” dans le Guardian: “Buen Vivir:  la philosophie sociale qui inspire l'activisme en Amérique du Sud“.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site