Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Nigeria : pourquoi le silence du gouvernement après les massacres de Boko Haram à Baga ?

A screenshot from a propaganda video showing Boko Haram leader Abubakar Shekau. Public Domain photo from Voice of America.

Capture d'une des vidéos de propagande du leader de Boko Haram, Abubakar Shekau. Public Domain photo from Voice of America.

La campage de violence menée par Boko Haram au Nigéria s'est intensifiée ces dernières semaines. Le mouvement Islamique djihadiste, dont les bases se trouvent au nord-est du Nigéria, au nord Cameroun et au Niger, responsable de milliers de décès ces dernières années a attaqué Baga, petite ville de l'Etat de Borno, au nord-est du Nigéria.

Amnesty International décrit cette massacre comme étant le plus meurtrier dans l'histoire de la secte islamique, avec près de 2 000 victimes.

Les attaques de Baga et des villes environnantes semblent être les plus meurtrières dans la liste croissante des attentats haineux menés par le groupe. Si le rapport faisant état de l'élimination de la ville sur la carte et des centaines voire deux milles civils tués s'avère vrai, ce sera le signe, inquiétant d'une escalade sanglante des assauts de Boko Haram contre la population civile. Daniel Eyre, chercheur nigérian au sein d'Amnesty International.

Cependant, l'état-major du ministère de la Défense nigérian affirme que le nombre de victimes a été exagéré. Dans sa déclaration suite au tragique événement, le Général-Major Chris Olukolade, porte-parole de l'armée, a affirmé que le nombre des victimes de Baga n'excédait pas 150 personnes.

Comme vous le savez peut-être, il y a eu une autre attaque terroriste sur la ville de Baga dans l'etat de Borno la semaine dernière qui a fait un certain nombre de morts. Après cette malheureuse attaque, de nombreuses spéculations et conjectures ont été colportées par une partie de la presse sur les pertes en vie humaine, les médias en ligne en particulier. Certains prétendent que plus de mille personnes ont été tuées tandis que d'autres ont écrit avec certitude que 2000 personnes ont perdu la vie dans cette attaque isolée. […] Au vu de toutes les preuves disponibles, le nombre de personnes qui ont perdu la vie lors de cette attaque n'a jusqu'à présent pas dépassé l'intervalle de 150. Ce chiffre comprend un grand nombre de terroristes armés tués au cours de leur attaque, dans la bataille avec les troupes.

Le général a également incité les uns et les autres à vérifier les images circulant sur les réseaux sociaux, prétendant être celles de l'attaque de Baga.

Ignorez les fausses images de #Baga diffusées sur le web par des politiciens démoniaques. Ce sont celles des victimes d'un incendie survenu en République Démocratique du Congo en 2010.

Les nouvelles du massacre de Baga, la réaction tardive du gouvernement et les supputations ultérieures sur le nombre réel des victimes ont provoqué la colère des internautes nigérians. Chxta compare le nombre de victimes à sa durée de vie terrestre.

150 et non 2000 décès à  #Baga .Des nombres ou des humains? Non, dans ces contrées, nous ne vivons pas dans “Le jour de la Marmotte“. Nous vivons quelque part dans l'enfer de Dante.

Pensée partagée par Jeremy Weate, un éditeur basé à Lagos :

C'est incompréhensible, insondable que la Présidence ne se soit pas exprimée sur les atrocités survenues à Baga.Une absence totale d'humanité.

Le blogueur Blossom a été également irrité par ce manque d'empathie du gouvernement :

Si vous est partisan du Président Jonathan comme je le suis et que vous ne condamnez pas le massacre de #Baga , je m'inquiète pour ce profond manque d'empathie.

La préoccupation des autorités, centrée plus sur les chiffres des victimes que sur la protection de ses citoyens, est à l'origine de la colère de l'auteur Chika Unigwe :

Si vous traitez les atrocités commises sur votre propre peuple comme un simple inconvénient, ne blâmez quiconque suivra votre exemple.

La réponse tardive de l'armée a laissée Gege sans voix :

Je suis désolé mais le massacre de Baga est survenu il y a déjà deux jours. Mais le porte- parole de l'armée n'a fait sa déclaration qu'aujourd'hui. C'est ridicule.

Le musicien ElDee tourne en dérision le service média de la Présidence :

Jusqu'à présent, voici les réactions de l'équipe de GEJ (Goodluck Ebele Jonathan, le président nigérian, ndlt) sur #Baga.

Onye Nkuzi a remis en question le statut  de Président de Goodluck Ebele Jonathan :

 Le concept de “une personne réfléchie” existe en droit. Un “leader refléchi” se serait-il comporté comme GEJ sur les attaques de Chibok et Baga? J'en doute.

AyoDee dénonce la récupération politique de la tragédie par le parti d'opposition APC (All Progressives Congress) :

#Baga n'est pas perçu comme une tragédie par plusieurs au sein de l'APC.Ce sont des munitions contre GEJ. Démoniaque, macabre, c'est le moins que l'on puisse dire.

#Baga n'est pas perçu comme une tragédie par plusieurs au sein de l'APC.Ce sont des munitions contre GEJ. Démoniaque, macabre, c'est le moins que l'on puisse dire.

Banajide relègue au second plan la guerre politique entre le parti au pouvoir et du parti d'opposition et se concentre sur les vies perdues :

PDP/APC nos innocent voisins morts à #Baga ne sont plus capables de faire la différence.

PDP/APC nos innocent voisins morts à #Baga ne sont plus capables de faire la différence. 

Tunji Landers partage son sentiment d'horreur sur l'engourdissement face aux crimes incessants perpétrés sur d'innocents nigérians par Boko Haram :

#Baga on ne peut continuer à traiter émotionnellement ces massacres continus de notre peuple. Des milliers de morts et pas un sursaut de notre conscience nationale.

#Baga on ne peut continuer à traiter émotionnellement ces massacres continus de notre peuple. Des milliers de morts et pas un sursaut de notre conscience nationale

Boko Haram contrôle des villes et des villages sur un périmètre de la taille de la Belgique. La ville de Baga se trouve être l'emplacement de la base militaire utilisée par une force multinationale mise en place pour les combattre.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site