Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Vous puez !” : les manifestants demandent la démission du gouvernement libanais

Thousands of Lebanese protestors chanting "You Stink" outside parliament. Photo credit: @joeyayoub

Des milliers de manifestants scandent “Vous puez” devant le Parlement Photo : @joeyayoub

“Vous puez !”. En deux mots, voici le message que les manifestants libanais ont exprimé devant le parlement dans la capitale, Beyrouth, hier samedi 22 aout. Le mouvement avait débuté comme une manifestation à propos des ordures non ramassées dans la ville. Désormais, la puanteur menace le gouvernement. Les manifestants, hier, se sont installés devant le parlement et veulent y rester jusqu'à ce que leurs demandes soient satisfaites. .

Que s'est-il passé ?

Des milliers de personnes se sont réunies hier à Riad El Solh à Beyrouth pour demander  “une solution durable au problème du ramassage des ordures au Liban.”

Nous sommes plus de 10 000.

La manifestation a dégénéré en accrochages avec les forces de sécurité et s'est achevée par un sit-in devant le parlement, les manifestants refusant de quitter les lieux avant que leurs revendications soient satisfaites.

Le Liban, déjà frappé par un déficit d'infrastructures et des coupures d'électricité quotidiennes, n'a plus de président depuis plus d'un an. En 2009, son parlement a prolongé son propre mandat jusqu'en 2017, sans élections, en justifiant cette décision par l'instabilité politique. Hier samedi, les manifestants ont demandé que cela change aussi. Il ne s'agit plus seulement du problème de la collecte des ordures.

Une solution au problème des ordures 

Sur le blog Hummus for Thought,  Joey Ayoub, qui est également un auteur de Global Voices et un activiste libanais vivant au Liban, explique:

Nous voulons une solution soutenable au problème des déchets au Liban. Notre système actuel est catastrophique, et ces dernières semaines ont illustré cet échec. Des solutions très simples peuvent être mises en place, et il est très dangereux de ne pas le faire. Le gouvernement est déjà en relation avec des experts de l'environnement qui nous ont contactés spontanément. Mais pour qu'ils soient entendus, nous devons maintenir la pression.

Actuellement, l'amoncellement de nos ordures n'est pas traité comme il le faudrait, c'est le moins que l'on puisse dire. Ce qui signifie que nous respirons des cochonneries, que nous buvons des cochonneries, que nous mangeons des cochonneries. Quand les pluies arriveront, les déchets se déverseront dans la mer. Nos forêts et nos réserves naturelles sont déjà très gravement polluées. Si nous n'agissons pas, nous ferons face à un problème de santé publique plus grave encore que nous pouvons l'imaginer. C'est très grave .

L'appel à manifester hier a attiré un nombre très important de participants pour le Liban : il s'agit de la manifestation la plus importante à ce jour d'une série qui a débuté et s'est propagée depuis que le mouvement Tol3et Re7atkom (Vous puez), réclame une solution au problème des ordures non ramassées. Le 17 juillet dernier, la plus grande décharge à ordures du Liban a été fermée. Les ordures ont commencé à s'amonceler dans toutes les rues de Beyrouth. Les autorités ont mal  géré la crise. Les ordures et la chaleur estivale font rarement bon ménage. Les sacs d'ordures ont continué à s'empiler et la puanteur a empoisonné l'atmosphère.

Visitez aussi notre page de collecte et vérification collective d'informations Global Voices Checkdesk

Environ 10 000 personnes ont participé hier à la manifestation. Voici quelles étaient leurs revendications :

1. La démission immédiate de Mohammad Machnouk, Ministre de l'Environnement. Même s'il ne porte pas toutes les responsabilités, il est le premier responsable en tant que ministre de l'environnement, et en particulier de la décision dangereuse de dissimuler les ordures.
2. Des appels d'offres transparents pour des solutions conformes à la protection de l'environnement, sûres, et soutenables, qui respectent davantage la santé du citoyen que les poches et les intérêts des politiciens. Nous refusons d'avoir six Sukleens (nom de la compagnie chargée de la collecte des ordures au Liban) au lieu d'un ! [ ndlr : Sukleen est considéré comme faisant partie du problème, avoir six mini-Sukleens ne ferait donc qu'empirer le problème.]
3. Transparence et enquête sur les responsabilités de tous ceux qui ont joué un rôle dans la crise actuelle ou ont dilapidé l'argent public, en obligeant le procureur des finances publiques à publier les conclusions des enquêtes. Nous appelons aussi à manifester samedi (22 aout) devant le parlement, une institution dont le mandat est de protéger la vie et les droits des citoyens.

‘Plus de flics que de manifestants” 

Le bâtiment du parlement était protégé par “plus de flics que de manifestants’, il était donc assez inévitable que des heurts aient lieu après les tirs contre les manifestants aux canons à eau, aux gaz lacrymogènes et même à balles réelles. Joey Ayoub se trouvait dans la manifestation. En voici les étapes en quelques tweets :

Il y a plus de sécurité que si Israël et Assad envahissaient le Liban en même temps. Est-ce que nous sommes à ce point terrifiants ?

J'ai vu des services d'ordre moins important pour des menaces du groupe ISIS. La manifestation à 18h.

5-6 flics par volontaire C'est ça l'Etat libanais. La manifestation à 18 heures

C'est seulement une brigade. Il y a facilement plus de 200 flics

“ILS TIRENT A BALLES REELLES”

Bientôt, une confrontation directe avec la police a eu lieu. Toujours selon les tweets de Joey Ayoub :

Nous recevons des gaz lacrymogènes. Ils tabassent de vieilles femmes et des enfants. Une vieille dame a perdu connaissance. AU SECOURS.

Ensuite, des tirs à balles réelles ont eu lieu :

Des balles que nous avons trouvées par terre

ILS TIRENT A BALLES RÉELLES contre les manifestants

Armée/ Sécurité générale tirent maintenant à balles réelles près de Gemmayzeh.

On entend des tirs d'armes à feu tout autour de nous à Gemmayzeh. Vous tous, RESTEZ CHEZ VOUS S'IL VOUS PLAIT

Ils nous tirent toujours dessus

Sit-in devant le parlement 

Débordées par la colère des manifestants et renonçant à une nouvelle escalade de la répression, les forces de sécurité ont battu en retraite et cédé le terrain aux manifestants, qui ont décidé d'organiser un sit-in. Joey Ayoub relate :

Nous annonçons un sit-in permanent jusqu'à la démission de ce parlement criminel et jusqu'à de nouvelles élections parlementaires.

Nous sommes environ 10 000 personnes dans Riad El Solh ce soir.

“Un succès”

Pour Mohamed Najem, la manifestation a été un succès. Il tweete :

Aujourd'hui a été un succès. Il ne s'agit plus seulement des ordures. Comment pouvons-nous transformer ce succès politique et faire un pas de plus pour le Liban que nous voulons?

.
Il poursuit :

Les revendications des manifestants : 1) Démission immédiate du gouvernement 2) élections avec de nouvelles lois pour introduire la proportionnelle.

‘Nous n'oublierons pas, nous ne pardonnerons pas’

Pour certains, ce qui s'est passé hier à Beyrouth ne sera ni oublié ni pardonné.

Ce qui s'est passé aujourd'hui est impardonnable. Nous n'oublierons jamais et ne pardonnerons jamais. Nous continuerons jusqu'à ce que nos exigences soient satisfaites

D'avantage d'informations via ces différents liens:

Hummus for Thought

Twitter

Facebook

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site