Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Famine à Madaya : Les images de Syrie que personne ne veut voir

Forty thousand people live in this Syria town, Madaya, where they have been starving to death and surrounded by landmines for the past six months. Photo credit: Madaya page on Facebook

Quarante-mille personnes habitent la ville syrienne de Madaya, aux abords minés, et y meurent de faim depuis six mois. Crédit photo : page Facebook de Madaya

Quarante-mille personnes, habitant la ville de Madaya, dans les monts Qalamoun en Syrie, seraient en train de mourir de faim dans l'indifférence du reste du monde, disent des militants de la cause syrienne. Cette petite ville de montagne, située à 1.400 mètres d'altitude, à 40 kilomètres au nord de Damas dans le gouvernorat de Rif Dimashq, le long de la frontière libanaise, est assiégée par les forces gouvernementales appuyées par la milice du Hezbollah, qui empêchent depuis juillet toute nourriture et aide d'y pénétrer.

La ville est au centre d'une lutte entre différentes factions embourbées dans la guerre civile syrienne, et ses habitants en paient le prix.

Dans un article publié hier, accompagné de photos terribles de Syriens et d'habitants de Madaya mourant ou morts de faim, l'Observatoire syrien des droits humains (SOHR en anglais), basé au Royaume-Uni, explique :

Les gens de Madaya connaissent la famine depuis 174 jours du fait du siège rigoureux par les forces du régime et du Hezbollah, la ville compte 40.000 personnes dont 20.000 civils qui ont fui leurs maisons à Zabdani où ont eu lieu de violents affrontements et de lourds bombardements par les forces du régime et l'aviation.

Le SOHR a constaté des centaines de mines terrestres posées par le Hezbollah et les forces al-Assad autour de la ville de Madaya s'ajoutant à la coupure de la ville d'avec les environs au moyen de barbelés et de fils de fer pour empêcher toute opération d'entrée ou sortie, la ville compte 1.200 cas de maladies chroniques, et 300 enfants souffrant de malnutrition et de maladies diverses, au milieu d'une pénurie aiguë de produits alimentaires et médicaux qui a causé une hausse spectaculaire des prix de l'alimentation, 1 kg de sucre ou de riz coûte 3600 livres syriennes soit près de 90 dollars US, le SOHR a documenté la mort de 17 civils parmi lesquels des femmes et des enfants, par manque de nourriture et de médicaments, ou à cause des mines et des snipers lors de tentatives de trouver de quoi manger autour de la ville.

La presse rapporte que les habitants de Madaya mangent des feuilles, des insectes, et même des chats, depuis l'épuisement de leurs réserves. Sur sa page Facebook, Hand in Hand for Syria (Main dans la main pour la Syrie) dépeint un tableau plus affreux :

La plupart des photos qui sortent de la petite ville de Madaya (environs de Damas) sont trop crues pour être montrées. Les images choquantes dépeignent le vrai visage du désespoir humain : des êtres réduits à des squelettes, yeux enfoncés dans leurs orbites, cages thoraciques saillantes, attendant leur tour d'être appelés par la mort.

Cela fait six mois que les gens de Madaya sont assiégés. Récoltes et provisions se sont amenuisées, ne laissant rien d'autre que le désespoir. La nourriture restante dans la ville est devenue si chère que la plupart des gens ne peuvent simplement pas se payer de quoi manger.

Ils ont commencé par faire cuire les récoltes. Quand il n'en resta plus, ils cuisaient l'herbe, les plantes… puis les insectes. Quand la malnutrition devint insupportable, ils se sont résolus à manger les chats.

Les chats.

A ce jour, la famine a pris les vies d'une cinquantaine d'habitants. La malnutrition est répandue, et avec le froid de l'hiver qui s'installe, c'est par milliers que les gens sont en danger accru d'hypothermie.

Pourtant le monde reste impassible, constate le blogueur BSyria :

Assad affame Madaya. Enfants, femmes et hommes meurent de faim. Le monde se contente de regarder.

Selon Raed Bourhan, un fixeur syrien vivant à Beyrouth au Liban, l'arrivée de l'hiver exacerbe encore davantage la situation déjà désespérée de Madaya :

Des milliers vivent dans des conditions hostiles, le gel à -5°, mazout et bois de chauffage sont rarement sous la main

Dans un autre tweet, il partage des photos d'enfants “dépouillés de leurs droits” par la poursuite de la guerre en Syrie :

Les enfants ont perdu leurs droits fondamentaux, bonheur, éducation, chaleur et espoir #Madaya_meurt_de_faim

Un troisième tweet décrit comment les prix alimentaires ont explosé dans les zones assiégées, qui sont encerclées de mines et de tireurs embusqués interdisant aux habitants de partir :

Les prix alimentaires battent tous les records, 1 kg de céréales et de riz coûte au moins 100 dollars #Madaya_meurt_de_faim

La page Facebook de Madaya a lancé un appel à des manifestations de solidarité des défenseurs la cause syrienne devant les ambassades russes (la Russie mène des frappes aériennes en Syrie) et les représentations de l'ONU :

Invitation aux militants et organisations humanitaires et de droits humains à travers le monde, et une manifestation de solidarité avec Madaya assiégée, devant les ambassades de Russie et les bureaux de l'ONU.
‪#‎sauvez_madaya‬
‪#‎répondez_nous‬

Une autre entrée supplie le monde de sauver les enfants de Madaya :

A Syrian child from Madaya, besieged for the past six months. Photo credit: Madaya page on Facebook

Un enfant syrien de Madaya, assiégée depuis six mois. Crédit photo : Page Facebook de Madaya

Sur Facebook, la Syrienne Kenan Rahbani partage des photos d'habitants de Madaya mourant de faim et commente :

Pardonnez-moi de publier ces photos choquantes, mais je le dois.

Si ces gens meurent de faim, ce n'est pas parce qu'ils sont pauvres, ou que la nourriture manque. Le Hezbollah et le régime Assad affament à mort la ville de Madaya. Elle est totalement assiégée, et ni nourriture, ni médicaments ni eau ne sont autorisés à y pénétrer. L'ONU est là mais ne peut entrer dans la ville parce que le Hezbollah et le régime Assad ne les laissent pas entrer.

Cela se passe en 2016 en Syrie. Et l'EI n'y est pour rien.

La militante syrienne Rafif Joueati se demande combien de personnes devront encore mourir avant que le monde agisse :

Madaya n'est ni la première ni la dernière à subir la famine d'un siège. La question est, combien d'autres dizaines de milliers vont mourir avant une action internationale ? #Syrie

Elle pose une autre question :

Et quand il n'y aura plus de feuilles à manger ?

Et de s'interroger :

Aveugles. Si on disait que 40.000 chiots mouraient de faim le monde entier défilerait pour protester. Des humains ? pas tellement.

Lire aussi

[en anglais]

[en français]

5 commentaires

  • Issal Saleh

    Le Daech chiite qu’est le Hezbollah prétend combattre le Daech sunnite. Tous deux usent des mêmes méthodes consistant d’abord à prendre en otage des familles innocentes, quitte à les sacrifier sans aucun état d’âme, pour arriver au même but : le premier étaler son califat sunnite, et le second (Hezbollah) étendre l’empire perse, nouveau califat chiite.
    Et bien sûr Hassan Nasrallah est capable de parler de droits de l’homme et de résistance pour masquer ses objectifs odieux. La majorité de la communauté chiite appuie son leader, aveuglée par les intérêts mesquins communautaires . Par quel phénomène psychologique, les mères chiites en arrivent à ne pas vouloir voir que ces enfants et ces femmes syriennes sont semblables aux leurs ?
    L’explication doit être la même que celle qui fait que Goebbels avait six filles qu’il adorait et que les dirigeants nazis étaient d’excellents pères, mais qu’ils arrivaient à dissocier la nature de leurs enfants et celle des enfants juifs ou polonais ou russes. Folie humaine. Les libanais qui soutiennent Nasrallah (je ne parle pas de ses dhimmis aounistes ou du 8 mars) ne pourront dire un jour qu’ils n’étaient pas au courant, comme les dirigeants nazis au procès de Nuremberg ou comme tous les Allemands après la découverte des camps nazis par les Alliés. Bachar et Nadrallah et Daech , c’est le même chose : la traduction en chair et en sang des pires instincts de l’homme. Arrêtez-les, nom de dieu !!! Chiites de tous les pays reveillez-vous . Maronites de Aoun, est-ce celà l’enseignement des 4 evangiles ?

  • Etchebarne Gaby

    textes à lire par ceux qui soutiennent Hafed el Assad…

  • Combien de temps faudra t’il encore attendre pour que cessent les exactions contre ce peuple. Prit en tenaille par le régime d’Hafed el Assad,les milices du Hezbollah, l’aviation Russe.

    Une fois de plus, notre attitude est glaçante d’inhumanité,nos émotions rangées au placard à pharmacie entre Prozac , Lexomil et Xanax, nos “hommes politiques” ravagés d’inquiétudes quand à leurs devenir, leurs ambitions, leurs bien “pensances”, leurs paralysies crasses,leurs amnésies délibérées.
    De quoi sont coupable ces enfants? quelles crimes ont commis leurs mères? leurs pères? Ils ne sont rendu coupable ou supposé que d’appartenance politique ou confessionnelle .
    Au nom de quel “dieu”, de quel “prophète”est perpétuée cette agonie???

  • Farid Algérie

    Pourquoi ne pas dénoncer les monstres terroristes qui se cachent parmi la population et entravent la vie normal, voire l’approvisionnement en denrées alimentaires de la ville?

    Toutes la presse mainstream est aux abois autant que les terroristes assiégés, peut être réussiront ils a leurs porter le secoure sous bannière de l’aide humanitaire?

    Les terroristes bien gras doivent être épargnés pour qu’ils puissent continuer a faire du bon boulot?

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site