Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Kathmandou: les évènements récents transformés en oeuvres d'art

Trail of Liberation. Artwork by Ashim Shakya. Used with permission.

Trail of Liberation [“Chemin de la libération”, NdT]. Création d'Ashim Shakya, reproduite avec autorisation.

Bien que petit à petit, la vie reprenne son cours à Kathmandou, les habitants n'ont pas encore poussé de soupir de soulagement, même après la levée du blocus officieux imposé par l'Inde, qui a duré presque cinq mois. Depuis la fin septembre 2015, le Népal a souffert d'une sévère pénurie de carburant et de vivres lorsque des milliers de camions contenant des biens de première nécessité en provenance d'Inde sont restés bloqués à la frontière indo-népalaise.

Les Népalais sont encores sous le choc du chaos causé par cette pénurie, entrainant un marché noir des biens de première nécessité, tels que le gaz.

Ashim Shakya, artiste et musicien autodidacte de Kathmandou, a décrit la situation dans une série d'oeuvres. Ci-dessous, “Pressurized” [“Sous pression”, NdT] montre la pression sous laquelle les Népalais ont vécu pendant le blocus.

Pressurized. Artwork by Ashim Shakya. Used with permission.

Pressurized. Création d'Ashim Shakya, reproduite avec autorisation.

Dans “Annihilation“, il décrit le marché noir de l'huile de cuisson.

Annihilation. Artwork by Ashim Shakya. Used with permission.

Annihilation. Création d'Ashim Shakya, reproduite avec autorisation.

Une autre oeuvre, “E X T R A C T I O N“, représente les motifs et conséquences de la crise, du marché noir et du blocus.

E X T R A C T I O N . Artwork by Ashim Shakya. Used with permission.

E X T R A C T I O N . Création d'Ashim Shakya, reproduite avec autorisation.

Lorsque la pénurie de carburant a forcé les Népalais à se tourner vers l'électricité pour cuisiner leurs repas, pomper de l'eau et accomplir d'autres tâches de la vie courante, plus de cinq cent transformateurs ont fondu dans le pays, incapables de répondre à l'augmentation de la consommation.

Ashim a eu l'idée de raconter ces évènements dans son oeuvre “Explosive Aftermath” [“Conséquences explosives”, NdT].

Explosive Aftermath. Artwork by Ashim Shakya. Used with permission.

Explosive Aftermath [“Conséquences explosives”, NdT]. Création d'Ashim Shakya, reproduite avec autorisation.

Il explique en détails l'idée derrière “ExplosiveAftermath” sur Facebook :

This symbolizes the recent issue of exploding Transformers due to overload of electricity. The transformer poles are levitating itself for the people as it[‘]s no longer safe to be on the ground proving its smarter than most of the officials here. Though this is the main theme behind this work, everyone may relate it to your respective Interpretations and feelings. Thank you.

Ceci symbolise le problème récent des transformateurs qui explosent à cause de la surcharge. Ces piliers lévitent parce qu'au sol ils sont dangereux pour les gens. Ils se montrent ainsi plus malins que la plupart des fonctionnaires d'ici. Bien que ce soit le thème principal derrière ce travail, chacun peut y mettre sa propre interprétation et ses propres sentiments. Merci.

Son oeuvre “Breakdown I E N C L O S E D” [“La crise capturée”, NdT] décrit avec force l'état de Kathmandou pendant le séïsme d'avril 2015, qui a fait presque neuf  milles morts.

Breakdown I E N C L O S E D . Artwork by Ashim Shakya. Used with permission.

Breakdown I E N C L O S E D . Création d'Ashim Shakya, reproduite avec autorisation.

Sur Facebook, Su Bash écrit ses impressions sur cette oeuvre :

For me this depicts the black day, the day when earthquake struck. The world came crashing in. This is a powerful image.

Pour moi, cela montre le jour noir, le jour où le tremblement de terre a frappé. Le monde s'est effondré. C'est une image puissante.

Dans son art, Shakya ne se concentre pas seulement sur la pénurie, le chaos et la destruction, mais aussi sur l'espoir et l'harmonie qui sont abondants au Népal.

Dans son “Mellow Dwellings” [“Tendres demeures”, NdT], une rue d'habitations est réinventée en instruments de musique. Shakya explique sur Facebook :

“Mellow Dwellings “
Souls of triumphant comes over these houses where Music dwells in every walk and gestures as I pass the melodies of my path. A lone house may chant some notes but it's the community that composes a “Harmony” .

“Mellow Dwellings “
Les âmes triomphantes passent au-dessus de ces maisons où la Musique vit dans chaque pas et dans chaque geste alors que je marche sur les mélodies de mon chemin. Une maison solitaire peut bien chanter quelques notes, mais c'est la communauté qui compose une “harmonie”.

Mellow Dwellings. Artwork by Ashim Shakya. Used with permission.

Mellow Dwellings. Création d'Ashim Shakya, reproduite avec autorisation.

Manjima Sharma commente sur Facebook :

Amazing imagination. If the houses were constructed to reflect the sketch , it could have been a world landmark. Wonderfully done.

Incroyable imagination. Si ces maisons étaient construites comme sur ce dessin, elles pourraient être mondialement connues. Superbe.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site