Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pourquoi tant de plaisanteries sur les ananas à Madagascar ?

I am #Pineapple via Mirana (with permission)

Je suis ananas. Via Mirana (with permission)

A propos des derniers mèmes sur les réseaux sociaux, l'ananas est le nouvel orange (oui, allusion à la série ‘Orange is the new black’), tout au moins, à Madagascar.

Les réseaux sociaux dans l'Ile Rouge sont parfumés fortement à l'ananas ces derniers temps. Pourquoi ce goût soudain pour ce fruit ? Voici des éléments de contexte sur la situation sociale actuelle à Madagascar.

Madagascar est classé comme l'un des pays les plus pauvres au monde par la Banque mondiale (et selon Radio France International). Les critiques sur l'économie du pays n'ont pas plu au président malgache. Il a mis au défi les observateurs, les médias malgaches et les citoyens de “fournir des preuves que le pays s'appauvrissait.”

Les Malgaches ont rapidement réagi et de façon cinglante:

Ce graphique n'est-il pas une preuve suffisante, Monsieur le Président ?

Koolsaina, un blog communautaire malgache, a posté la photo suivante sur son site:

Malagasy citizens going through trash pile ups in Antananarivo via koolsaina

A Antananarivo, les habitants fouillent les ordures. Via Koolsaina

Après ce premier échange tendu entre le président et les Malgaches, un autre site malgache, Tananews, a posté une photo de la première dame Voahangy Rajaonarimampianina portant une robe verte avec un motif en forme d'ananas.

President and first lady at independence day ceremony via Tananews

Le président malgache et son épouse durant une cérémonie de la journée de l'indépendance. Via Tananews

Tananews a ajouté un lien et un commentaire assez sarcastique : “C'est vrai, tout le monde n'est pas pauvre à Madagascar.” Le lien amenait à une page web de la marque de luxe Dolce & Gabana, prouvant que la robe coute 7745 dollars sur le site du grand magasin américain Nieman Marcus (on ignore quel est le prix réel de la robe que la première dame portait).

Le web malgache a été scandalisé. Une avalanche de mèmes sous le hashtag #mananasy (ananas) a fait son apparition en quelques jours sur les réseaux sociaux locaux. En voici quelques uns qui ont été très partagés.

Spoof of a Marc Zuckerberg profile wondering about pineapple in Madagascar (with permission)

Une parodie du compte FB de Marc Zuckerberg : il s'interroge sur les ananas à  Madagascar. Utilisé avec autorisation

Beggar: "Can I have 7,000 USD please ?" First lady: " I have no pineapple for you" via POV FB page

Mendiant : “Je peux avoir US $7,000 s'il vous plait ?” Première dame : “Je n'ai pas d'ananas pour vous.” Via la page Facebook POV

"New Pineapple haircut because I want to be famous too" via Rivo Francis on Facebook

“Une nouvelle coupe de cheveux rappelant l'ananas. Parce que je veux être célèbre moi aussi.” Via Rivo Francis sur Facebook

"Did you know that the Brand Dolce & Ananas was all the rage in Madagascar ?" via Aina Rakotoson onn FB

Via Aina Rakotoson sur Facebook

Ces plaisanteries sur les ananas sont malheureusement apparues quelques jours après un attentat perpétré durant la cérémonie du jour de l'indépendance. Une grenade a explosé dans la foule qui assistait au défilé militaire dans le stade national. L'attentat a fait trois morts et 91 blessés. Voici une vidéo tournée peu de temps après.

L’ “ananas-gate” survient au moment où un projet de loi sur la liberté d'expression et l'éthique en ligne est rédigé par les autorités malgaches. Les premières fuites sur le contenu de cette loi font état de sévères restrictions sur les libertés numériques. Tout contenu ‘diffamatoire’ sera passible de lourdes amendes. La loi devrait être soumise au vote du parlement dans les prochaines semaines.

L'éditeur de Global Voices en malgache Andriamifidisoa Zo aka Jentilisa a contribué à cet article

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site