Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Inde, les victimes de violences sexuelles prennent la parole et gardent l'anonymat grâce aux filtres de Snapchat

Screenshot of victims of sexual abuse using snapchat to tell their stories.

Capture d'écran d'une victime d'abus sexuel utilisant Snapchat pour raconter son épreuve.

Un journaliste indien s'est mis à utiliser Snapchat d'une façon innovante pour permettre aux victimes de violences sexuelles de raconter leurs récits sans révéler leur identité.

Comme dans beaucoup d'autres pays, la violence envers les femmes est un sérieux problème en Inde. Les autorités ont été amenées à passer des lois très strictes contre les auteurs de tels actes. Malgré cela, peu de victimes portent plainte ou dénoncent les attaques à la police à cause des questions indélicates de cette dernière, ainsi que du stigmate attaché au statut de victime de violence sexuelle dans la société patriarcale indienne.

Pour tenter de changer cette situation, le journaliste et “conteur Snapchat” autoproclamé Yusuf Omar fournit à ses sujets une large gamme de filtres : ceux-ci déguisent les visages des victimes de façon qu'elles parlent de leur épreuve face à la caméra tout en gardant l'anonymat. C'est une méthode créative et puissante qui permet aux survivantes de modifier le scénario et de faire entendre leurs voix.

L'utilisation de Snapchat d'Omar a attiré l'attention des médias nationaux et internationaux. Dans une interview avec Global Voices, Omar, qui est également le rédacteur en chef de la version mobile du journal Hindustan Times, explique :

unnamed

Yusuf Omar's Snapcode

The filters were the only reason they shared their story. In India it’s both illegal to show the identity of rape survivors in the media, but there’s also the question of stigma- a society where they risked being alienated from friends of family and banished from their communities for making their stories public.

Les filtres sont la seule raison pour laquelle elles racontent leur histoire. En Inde, il est illégal de publier l'identité de survivantes de viols dans les médias, mais il y a aussi la question du stigmate. C'est une société dans laquelle elles risquent l'aliénation de leurs amis et de leur famille et le bannissement de leurs communautés pour avoir rendu leurs histoires publiques.

Comment le public a-t-il réagi ?

My biggest fear was people thinking Snapchat was making a serious topic trivial. Quite the opposite happened. The story got people taking about rape culture, sexual abuse in India and women’s issues in a broader way. But that conversation started with the innovative use of tech. The global Climb Against Sexual Abuse organisation have borrowed the idea and are calling on survivors around the world to Snapchat their stories. I’m really happy about that.

Ma plus grande peur était que les gens pensent que Snapchat rendait trivial un sujet sérieux. C'est le contraire qui s'est produit. Cette histoire a fait parler les gens de la culture du viol, des abus sexuels en Inde et des problèmes des femmes de façon plus générale. Mais cette conversation a commencé avec un usage innovant des technologies. L'organisation mondiale Climb Against Sexual Abuse a emprunté l'idée et appellent les survivant(e)s du monde entier sur Snapchat pour raconter leurs épreuves. J'en suis vraiment heureux.

Pendant ce temps, Omar a utilisé des méthodes de journalisme traditionelles pour mettre les victimes à l'aise avec les outils eux-mêmes avant de procéder aux enregistrements.

Snapchat, à l'origine une application de messagerie, compte plus de 150 millions d'utilisateurs quotidiens et gagne en popularité en Inde. Sur Youtube, une vidéo de Yellowbulbs.com partage les résultats d'une étude réalisée en 2016 auprès de cent étudiants de New Delhi, décrivant l'utilisation de Snapchat parmi les millenials indiens :

Omar exploite cette popularité pour s'attaquer à un énorme problème : rien qu'en 2014, 36 735 viols ont été rapportés en Inde, et beaucoup d'autres n'ont pas été enregistrés. Selon les bulletins d'information, l'incidence des viols a augmenté de neuf pour cents depuis 2010.

D'après Omar, voici ce qui a rendu l'expérience entière extrêmement personnelle pour les survivantes :

It wasn’t difficult because even though they weren’t too familiar with Snapchat, any millennial around the world knows how to take a selfie, and that’s all this was. First I tried the filters on myself. They laughed. Then they tried a few. We giggled. Finally they hit the red button, shared their story and the world cried.

Ça n'a pas été difficile, car même si elles ne connaissaient pas vraiment Snapchat, n'importe quel millénial partout dans le monde sait comment prendre un selfie. Ce n'était rien de plus que ça. J'ai d'abord essayé les filtres sur moi-même. Elles ont ri. Ensuite, elles en ont essayé quelques uns. On a rigolé un peu. À la fin, elles ont appuyé sur le bouton rouge, partagé leurs histoires, et le monde a pleuré.

Les efforts d'Omar lui ont valu des compliments sur les médias sociaux pour avoir donné une signification plus profonde à ce qui n'était avant qu'une app amusante :

Compliments au rédacteur en chef du HT mobile Yusuf Omar pour transformer une innovation inutile en un outil puissant et édifiant.

D'autres ont également utilisé Snapchat pour leur travail. Les Indiens Avani Parekh, Nida Sheriff et Rajshekar Patil ont créé un service de conseils sur les abus domestiques appelé lovedoctordotin, adressé aux adolescents indiens qui pensent se trouver dans une relation abusive.

Omar offre ses conseils aux journalistes utilisant les outils numériques pour rapporter des histoires très sensibles :

Look beyond the gimmicks. Snapchat at face value is about funny self portraits and emojis, but behind the filters are phenomenal algorithms. Use the technology as a tool to tell better stories. See the potential to hack anything. Right now I’m looking at Pokemon Go and saying, how can we tell news stories like this. Maybe we direct people with smartphone cameras to breaking news events like gamers are flocking to animated creatures.

Regardez au-delà des gadgets. La valeur nominale de Snapchat n'est qu'autoportraits rigolos et émojis, mais derrière les filtres se cachent des algorithmes phénoménaux. Utilisez la technologie pour raconter de meilleures histoires. Voyez le potentiel qu'il y a à pirater, en quelque sorte, quoi que ce soit. En ce moment, je suis en train de regarder Pokemon Go et je me dis, comment peut-on rapporter des informations comme ça ? Peut-être, en dirigeant les gens dont les téléphones sont munis d'appareils photo vers des évènements, comme les joueurs qui affluent vers des créatures d'animation.

Ceci étant, les implications légales de ces innovations narratives restent à régler, comme par exemple la validité des histoires devant un tribunal. Il y a environ deux mois, les partis politiques indiens de droite, armés de plaintes déposées à la police, ont menacé le comédien Tanmay Bhat pour avoir publié une vidéo utilisant des filtres Snapchat et qui caricaturait deux importantes célébrités indiennes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site