Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guatemala : Le média qui a publié les témoignages de survivantes de l'incendie subit une cyberattaque

Mujeres prenden velas el 8 de marzo de 2017 en la Ciudad de Guatemala. Foto de Carlos Sebastián para Nómada. Usada bajo licencia Creative Commons.

Des femmes allument des bougies le 8 mars 2017 dans la ville de Guatemala. Photo de Carlos Sebastián pour Nómada. Utilisée sous licence Creative Commons.

La semaine où l'Amérique Latine a porté sur les réseaux et dans la rue la lutte pour les droits des femmes, l'opinion publique de la région s'est enflammée après la mort de plus de 40 jeunes filles dans un foyer de la banlieue de la ville de Guatemala.

La tragédie est survenue après la rébellion des jeunes filles contre des abus sexuels qui auraient été commis dans le foyer, suivie d'une brutale répression et de leur enfermement. Selon les médias locaux, pour s'évader les jeunes filles ont incendié des matelas, mais les autorités les ont laissées enfermées à clé. Le bilan final est encore provisoire, mais plusieurs médias l'évaluent à plus de 40 morts.

Les réseaux et les médias ont mis à la une cette histoire pendant les jours qui ont suivi. NomadaGT était parmi les médias qui ont suivi l'histoire et a publié des enregistrements audios avec des témoignages de plusieurs des jeunes filles.

Peu après la publication de ces enregistrements audio, quelques utilisateurs et médias ont dénoncé une attaque DDoS, (attaque par déni de service, dans laquelle une multitude d’ utilisateurs ou ordinateurs tentent d'accéder à un site, jusqu'à ce que le site tombe sous la pression de la grande quantité de trafic).

Ce type d'attaque provoque la perte de connexion avec le réseau en raison de la consommation de bande passante. Ces attaques fonctionnent également au travers de la surcharge provoquée sur les ressources informatiques du serveur auquel on s'attaque :

Actuellement Nómada est attaqué par un DDoS (attaque par déni de service)

Les journalistes informant sur cette histoire subissent actuellement une attaque DDoS. Nómada cherche de l'aide technique.

Le site Guatemala Shafaqna a signalé :

Le portail d'information Nómada a interviewé deux mineures survivantes de la tragédie de la Maison d'Accueil Vierge de l'Assomption, cependant, après les avoir publiés, le site a connu des problèmes. Ces déclarations ont été publiées dans la note Interviews : une policière a dit aux filles qu'elles n'ont qu'à lécher le feu [nos italiques] écrite par la journaliste Claudia Méndez Arriaza.

D'autres médias ont repris l'information et détaillé les problèmes qui empêchaient l'accès à Nómada GT. Après plusieurs heures, quand le service a été rétabli, les notes ont été actualisées comme l'a fait remarquer le média Soy 502 :

Le portail d'information Nómada a interviewé deux mineures survivantes de la tragédie de la Maison d'Accueil Vierge de l'Assomption, cependant, après les avoir publiés, le site a connu des problèmes. Actuellement, les services sont rétablis.

Quelques heures plus tard, le site de Nómada GT a été rétabli, mais la suspension des services est restée comme une trace importante sur le flux d'information qui a marqué l’État comme responsable de la mort de ces jeunes filles.

Si vous avez passé toute la journée à essayer d'accéder à la note, nous vous la joignons ici complète, sur notre page Facebook. Nous nous excusons pour le retard.
Le meurtre de ces filles ne restera pas impuni.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site