Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Piratage: la contre-attaque de Bollywood entraîne l'interdiction de plus de 2.600 sites internet de partage de fichiers

Serveurs des Archives d'Internet. Photographie de John Blyberg sur Flickr. CC BY 2.0

Tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Il semble que Bollywood soit à l'origine du blocage des Archives d'Internet en Inde. Les Archives d'Internet sont une bibliothèque numérique qui permet aux visiteurs de retrouver des versions archivées de pages internet, via un service gratuit appelé Wayback Machine [Machine à remonter dans le temps, NdT].

De nombreux Indiens ont rapporté être incapables d'accéder aux Archives d'Internet depuis le 8 août 2017. À la place, les utilisateurs ont vu apparaître le message suivant :

Your requested URL has been blocked as per the directions received from the Department of Telecommunications, Government of India. Please contact administrator for more information.

L'URL que vous avez requise a été bloquée suivant les directives reçues du Département des télécommunications du Gouvernement indien. Veuillez contacter votre administrateur pour plus d'information.

Ni les fournisseurs d'accès à internet ni les autorités n'ont donné de raison pour cette interdiction.

Le 10 août, cependant, le site Buzzfeed a publié qu'elle fut issue à la suite de deux jugements rendus par la Cour suprême de Madras, dans l'état indien du Tamil Nadu (que l'on peut consulter ici et ici). Le jugement, daté du 2 août, est basé sur les requêtes de deux compagnies de productions célèbres, Red Chillies Entertainement et Prakash Jha Productions, pour stopper la distribution de copies piratées de deux films récents (“Quand Harry rencontra Sejal” et “Du rouge à lèvres sous ma burqa”) sur des sites de partage de fichiers.

Les Archives d'Internet sont une organisation à but non lucratif basée à San Francisco et qui milite pour un Internet libre. Elle archive le web depuis plus de vingt ans et a ainsi préservé “des milliards de pages depuis des millions de sites” à l'aide de ses bots [fr] qui tournent régulièrement sur la toile.

Bloquer @internetarchive est comme fermer une bibliothèque à clé. Nous devons nous battre.

L'interdiction fut rapportée en premier par le site d'informations technologiques indien MediaNama. D'après eux, les Archives d'Internet ont contacté le gouvernement indien mais n'ont pas reçu de réponse. L'article mentionne également que bien que http://web.archive.org soit bloqué, ce n'est pas le cas de https://web.archive.org.

En plus des Archives d'Internet, plus de 2.600 sites de partage de fichiers ont été affectés par le jugement. L'industrie du film de Bollywood est donc montée en puissance dans son combat contre le piratage, et surtout contre la diffusion illégale de films en continu (streaming).

Les vrais coupables sont [le film] Lipstick, Red Chillies Entertainment et la Cour suprême de Madras pour avoir ordonné le blocage de 2.650 sites.

Vraiment ? C'est *ça*, la raison derrière l'interdiction idiote des Archives d'Internet ??

Selon le site Internet Live Stats, l'Inde compte 462,1 millions d'internautes sur une population totale de 1,3 milliards (à mi-2016) : une interdiction totale de sites tels que les Archives d'Internet a donc une portée considérable.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site